Samedi 27 août 2016 | Dernière mise à jour 09:57

Présidentielle française Sarkozy et Hollande s'empoignent déjà sur les débats

Nicolas Sarkozy a accusé lundi François Hollande de se dérober en refusant trois débats avant le second tour, une proposition qualifiée de «caprice» par les socialistes, pour lesquels une seule rencontre suffit.

Sarkozy accuse Hollande de fuir, alors que le vainqueur du 1er tour parle lui de caprice de mener 3 débats d'ici le 6 mai.

Sarkozy accuse Hollande de fuir, alors que le vainqueur du 1er tour parle lui de caprice de mener 3 débats d'ici le 6 mai. Image: AFP

Dossiers

Résultats définitifs connus

François Hollande, avec 28,63% des voix, et Nicolas Sarkozy, 27,18%, sont qualifiés pour le second tour de la présidentielle le 6 mai, selon les résultats définitifs du premier tour publiés lundi par le ministère de l’Intérieur.

D’après ces résultats, le candidat socialiste a totalisé plus de 10 millions de voix, 10.273.475, contre 9.754.324 pour le président sortant.

Marine Le Pen (FN) a recueilli 17,90% des suffrages, avec 6.421.808 voix.
Jean-Luc Mélenchon (FG), 3.985.088 voix, est à 11,10%. François Bayrou (Modem) est derrière, avec 9,13% des suffrages et 3.275.390 voix.

Tous les autres candidats sont en dessous de la barre des 3%.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

"M. Hollande ne doit pas fuir", a lancé Nicolas Sarkozy, arrivé derrière le député de Corrèze au premier tour présidentiel. "Lorsqu’il débattait tranquillement entre camarades socialistes (pour la primaire), il proposait trois débats", a ajouté le candidat UMP.

"Maintenant, a-t-il poursuivi, il s’agit de débattre devant les Français, projet contre projet, personnalité contre personnalité, expérience contre expérience. Les Français ont le droit de savoir".

L'UMP monte au front

Plusieurs ténors de la majorité gouvernementale sont montés au créneau dans la matinée pour dénoncer la position des socialistes. "C’est Tartuffe fait roi", s’est indigné dans un communiqué le ministre UMP et élu de Haute-Loire, Laurent Wauquiez. "Hollande refuse de faire trois débats de transparence devant les Français. Quel mépris à l’égard des électeurs! Les Français le demandent, l’attendent et y ont droit", a-t-il ajouté.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et son collègue du Travail, Xavier Bertrand, se sont étonnés que les socialistes s’en tiennent à un seul débat, alors que la primaire socialiste, pour désigner leur candidat à la présidentielle, avait donné lieu à trois rencontres de ce type.

«Un caprice»

"C’était un caprice de faire trois débats dans la primaire (socialiste) entre eux?", s’est interrogé Xavier Bertrand sur Europe 1. Le ministre a estimé qu’un premier débat pourrait porter sur "tous les problèmes économiques et sociaux", le deuxième sur les "sujets de société", comme le droit des étrangers non communautaires à voter aux élections locales, comme le propose François Hollande. A ce sujet, Xavier Bertrand s’est déclaré "persuadé que la France n’en voulait pas".

Le troisième débat porterait sur les questions internationales, car "la France n’est pas une île", a dit enfin le ministre. "François Hollande a un peu peur du débat" et donc il "le refuse", a dénoncé le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, sur RTL "Il y a de très, très nombreux sujets sur lesquels François Hollande s’est caché, a dissimulé le fond de sa pensée. Le masque doit tomber", a lancé devant la presse le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé.

"Les Français, a-t-il ajouté, doivent choisir celui qui est capable de préserver l’indépendance de la France et notre souveraineté face aux grands enjeux qui s’annoncent".

Les socialistes restent fermes

Mais chez les socialistes, on restait fermes lundi, soulignant, comme l’avait déjà fait dimanche soir François Hollande, qu’un seul débat suffisait. Un "seul (débat) suffit" pour montrer les "différences entre Nicolas Sarkozy qui ne peut pas rassembler, parce qu’il a divisé les Français pendant cinq ans, et François Hollande, qui peut rassembler", a déclaré Manuel Valls sur France Inter.

"Pourquoi céder au caprice de Nicolas Sarkozy? A-t-il proposé en 2007 plusieurs débats à Ségolène Royal? Non. Il proposait combien de débats la semaine dernière? Deux. Aujourd’hui trois. Et pourquoi pas quatre ou cinq ?", s’est agacé le directeur de communication de François Hollande.

"Ce n’est pas parce que Nicolas Sarkozy a raté l’écrit que François Hollande doit lui offrir deux oraux de rattrapage", avait ironisé dans la nuit de dimanche à lundi le député PS des Landes, Henri Emmanuelli. (afp/nxp)

(Créé: 23.04.2012, 12h50)

Sondage

Vous sentez-vous indisposé par le port du burkini?




Sondage

Prendre l'apéro en uniforme, est-ce choquant?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.