Vendredi 30 septembre 2016 | Dernière mise à jour 20:27

Fuite de gaz Total a envoyé une équipe examiner la plate-forme d’Elgin

Après avoir hésité en raison des mauvaises conditions météorologiques, Total a finalement envoyé jeudi une équipe de spécialistes vers sa plate- forme pour tenter de stopper la fuite de gaz.

Total a reconnu que cette fuite de gaz était son «plus gros incident en mer du Nord depuis au moins dix ans».

Total a reconnu que cette fuite de gaz était son «plus gros incident en mer du Nord depuis au moins dix ans». Image: AFP

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Total a annoncé jeudi avoir envoyé une équipe de spécialistes des situations de crise vers sa plate- forme d’Elgin, en mer du Nord, afin d’examiner la fuite de gaz qu’il doit tenter d’arrêter. Des conditions météorologiques défavorables avaient jusqu’à présent empêché Total de faire décoller un hélicoptère.

«Total confirme qu’un hélicoptère a décollé d’Aberdeen à 10h30 (11h30 en Suisse) ce matin pour se poser sur la plate-forme de production et d’habitation (PUQ) d’Elgin afin de permettre à une équipe de spécialistes de réaliser une mission de reconnaissance de la plate-forme de tête du puits d’Elgin et du puits G4, si cela ne présente aucun danger», a déclaré le groupe.

Le succès des opérations entreprises au cours des prochains jours dépendra entre autres de l’évolution des conditions météorologiques. Les prévisions en ce domaine au Royaume-Uni prévoient pour la région d’Aberdeen un temps nuageux avec la possibilité de pluies fines ce jeudi tandis que le vent devrait rester faible.

Météo acceptable vendredi

MetOffice, le service météorologique britannique, ne prévoit pas de dégradation marquée pour vendredi. La surveillance aérienne de la zone touchée par la fuite suggère qu’un voile d’hydrocarbures résultant de la fuite s’évapore naturellement et n’aura qu’un impact minime sur l’environnement, a déclaré de son côté le ministère britannique de l’Energie.

Total a expliqué en début de semaine que la mission de reconnaissance visait à déterminer s’il était possible de mettre fin à la fuite en injectant de la boue dans le puits et si d’autres mesures étaient nécessaires. Le groupe évalue à 2,5 millions de dollars (deux millions d’euros environ) le coût quotidien de la fuite.

Une autre option étudiée en parallèle consisterait à creuser deux puits de dérivation jusqu’à la poche de gaz à l’origine de la fuite, à 4000 mètres sous les fonds marins, ce qui pourrait prendre six mois. Le forage des puits de dérivation porterait la facture quotidienne globale à 3 millions de dollars, selon le groupe.

Spécialistes américains

L’équipe de huit personnes dépêchée sur le site jeudi rassemble des salariés de Total et des techniciens de la société américaine Wild Well Control, spécialisée dans les situations critiques sur les installations pétrolières et gazières.

La fuite, qui a démarré le 25 mars, envoie chaque jour dans l’atmosphère quelque 200’000 mètres cubes de gaz naturel. Elle est apparue à la suite d’une augmentation de la pression dans un puits dont la production avait été arrêtée en 2011 et qui avait été partiellement bouché.

Deux bateaux de lutte anti-incendie restent en attente à l’extérieur de la zone d’exclusion de deux milles (3,7 kilomètres) autour de la plate-forme, a précisé Total. A la Bourse de Paris, l’action du groupe français a terminé jeudi en hausse de 0,79% à 38,21 euros alors que l’indice sectoriel Stoxx de l’énergie prenait 0,19%. Le titre a perdu 6,8% depuis l’annonce de la fuite. (ats)

(Créé: 05.04.2012, 07h21)

Sondage

Faut-il introduire la préférence indigène lors des embauches?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.