ACCUEIL 31.7.2016 Mis à jour à 08h54

Un an après Maïdan, l'UE tire les leçons de ses tâtonnements

Ukraine

La Commission européenne n'a pas saisi la portée géopolitique de l'Accord d'association qu'elle était en train de négocier avec l'Ukraine, selon des experts.

Mis à jour le 23.11.2014 21 Commentaires

1/114 Après sa libération, Nadia Savtchenko, est arrivée en avion à l'aéroport Borispil de Kiev, où elle s'est adressée à la presse: «Je suis prête à me sacrifier de nouveau sur le champ de bataille pour l'Ukraine» . (Mercredi 25 mai 2016)
Image: AFP

   

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Il y a un an, l'Ukraine renonçait à s'associer avec l'Union européenne sous la pression de Moscou, déclenchant la révolution de la place Maïdan et prenant de court une UE qui n'avait, selon les experts, ni mesuré la portée de ce rapprochement ni anticipé l'agression russe.

«On est allé au clash sans presque s'en rendre compte», résume Vivien Pertusot, responsable de l'Institut français des relations internationales (Ifri) à Bruxelles.

«Même les experts, les universitaires qui suivaient cela de près ont été surpris», souligne-t-il. «Personne n'a prévu la chaîne de réactions, peut-être même pas les Russes», confirme l'une de ces spécialistes, Giselle Bosse, professeure assistante à l'université de Maastricht.

Déjà 4300 morts en Ukraine

Le 21 novembre 2013, lors d'un sommet à Vilnius, le président pro-russe Viktor Ianoukovitch avait renoncé à la signature d'un accord d'association avec l'Union européenne au profit d'une coopération accrue avec la Russie. Ce refus avait déclenché plusieurs semaines de manifestations pro-européennes et provoqué la fuite de M. Ianoukovitch après un bain de sang parmi les manifestants en février, suivie de l'annexion de la Crimée par la Russie début mars.

Le conflit dans l'est de l'Ukraine, déclenché en avril par des séparatistes prorusses, a fait plus de 4300 morts à ce jour.

L'Union européenne, qui s'était promis d'apporter paix et stabilité à l'Europe, a-t-elle semé les graines de la sécession voire de la guerre en empiétant sur la sphère d'influence d'une Russie souhaitant restaurer son ascendant sur d'anciens pays du bloc soviétique?

«La Commission européenne n'a pas saisi la portée géopolitique de l'Accord d'association qu'elle était en train de négocier» avec l'Ukraine, souligne M. Pertusot, rappelant que ce pays de 45 millions d'habitants devait «servir d'exemple» et illustrer les bienfaits de son «soft power».

Associée à l'Otan

Les experts et fonctionnaires européens se sont concentrés sur les aspects techniques, alors que politiquement, la Pologne et les pays baltes, espéraient «marquer ainsi une frontière clairement irréversible» avec la Russie, qu'ils «ne voulaient laisser naviguer seule dans ces pays», selon le chercheur.

«L'UE a peut-être déclenché quelque chose sans le vouloir», admet Mme Bosse.

Elle a «été de plus en plus associée à l'Otan dans la perception russe et quand le Partenariat oriental a accouché d'une offre concrète sous forme d'accords d'association et de libre-échange, la Russie a adopté une position ouvertement conflictuelle vis-à-vis de l'UE», écrivent les chercheurs Laure Delcour et Hrant Kostanyan dans une note du Centre for European Policy Studies (CEPS).

Une Russie agressive

Moscou a voulu faire pièce en lançant une union douanière et une Union économique eurasiatique, qui réunit déjà le Kazakhstan, le Belarus et l'Arménie et entrera en vigueur le 1er janvier 2015.

La crise du gaz avec l'Ukraine début 2009 ou la guerre éclair menée par la Russie en soutien aux républiques séparatistes en Géorgie quelques mois plus tard ont montré qu'elle pouvait se montrer bien plus agressive.

C'est dans ce contexte que le partenariat oriental, doté de centaines de millions d'euros d'aide par an, a été conclu par l'UE en mai 2009 avec l'Ukraine, la Géorgie, la Moldavie, l'Arménie, l'Azerbaïdjan et le Belarus. Les trois premiers ont finalement signé en juin un accord d'association et de libre-échange avec l'UE, ce qui représente un rapprochement économique, social et politique sans précédent avec Bruxelles, mais exclut toutefois une adhésion pleine et entière.

Réaction russe

En parallèle, et faute de consensus entre les 28, l'UE a laissé s'enliser le «partenariat stratégique» qu'elle appelait de ses voeux avec la Russie.

Le Partenariat oriental ne peut toutefois être blâmé seul pour avoir déclenché les interventions russes en Ukraine depuis le mois de mars. «Cela est beaucoup plus lié à une défense des intérêts de sécurité de la Russie, alors que l'Ukraine est stratégique pour elle», estime Mme Bosse.

Après la fuite du président Ianoukovitch, la Russie, qui a basé en Crimée une grande partie de sa flotte, «devait réagir» face à l'avènement imminent d'un pouvoir proeuropéen. Elle a alors «étendu sa zone de sécurité» en annexant la Crimée et en soutenant les rebelles séparatistes dans l'Est, explique la chercheuse.

A l'avenir et pour construire une vraie politique à l'Est, «l'UE ne devrait pas oublier que l'Otan est son ombre, elle doit être consciente» qu'elle est perçue ainsi en Russie. (smk/afp/nxp)

Créé: 23.11.2014, 08h04

21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

21 Commentaires

albisser philippe

23.11.2014, 09:40 Heures

Donc ce rapport donne raison à la Russie l'europe veut déplacer ses frontières à l'est en contradiction avec les accords passés. Répondre


margareth eigenmann

23.11.2014, 09:19 Heures

Si cela est vrai, et j'en doute fort, c'est très grave . Ne pas étudier la portée de ses actes de la part d'un ensemble de pays comme l'ue montre le peu de sérieux de bruxelles. Je pencherai plutôt pour un acte délibéré afin de mettre le feu aux poudres. C'est plus leur style. Répondre



Sondage

Trouvez-vous le concours de Miss Suisse désuet?



Sondage

La population suisse s'arme toujours plus. Vous sentez-vous en sécurité?




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne