Lundi 26 septembre 2016 | Dernière mise à jour 04:00

Charlie Hebdo Dieudonné arrêté pour «apologie du terrorisme»

Le polémiste a été interpellé à son domicile en Eure-et-Loire, selon iTÉLÉ.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le polémiste Dieudonné qui doit se produire au Théâtre de Beaulieu à Lausanne du 24 au 26 janvier, a été placé mercredi 14 janvier en garde à vue à Paris dans le cadre d'une enquête pour «apologie du terrorisme», a-t-on appris de source judiciaire, confirmant une information de iTÉLÉ.

Le Parquet de Paris avait ouvert cette enquête après que Dieudonné avait déclaré sur sa page Facebook «je me sens Charlie Coulibaly», à la suite des attentats ayant visé Charlie Hebdo et un supermarché juif, où Amédy Coulibaly avait pris des clients en otage. Quatre d'entre eux ont été tués.

Dans sa déclaration sur Facebook, qui a ensuite été supprimée, Dieudonné avait assuré avoir participé à la manifestation historique dimanche en hommage aux victimes du terrorisme, tout en la tournant en dérision, la qualifiant d'«instant magique comparable au big-bang», «comparable au couronnement de Vercingétorix».

«Sachez que ce soir, en ce qui me concerne, je me sens Charlie Coulibaly», avait-il ajouté, détournant le slogan de soutien à Charlie Hebdo, «Je suis Charlie», en l'associant au nom du djihadiste, Amédy Coulibaly.

Antécédents

Adepte des provocations, le polémiste a déjà été condamné par la justice pour des propos antisémites. Le Parquet de Paris avait ouvert une enquête pour le même délit d'apologie du terrorisme début septembre après la diffusion d'une vidéo où Dieudonné ironisait sur la décapitation du journaliste américain James Foley par l'organisation État islamique (EI).

Dans une autre vidéo en 2010, l'humoriste controversé avait aussi appelé à la libération de Youssouf Fofana, condamné pour le meurtre d'Ilan Halimi, jeune juif séquestré, torturé et tué en 2006. Poursuivi pour cette vidéo, il a été relaxé début février mais doit comparaître en appel jeudi sur le volet civil de ce dossier.

Dans le viseur du gouvernement fin 2013, Dieudonné M'Bala M'Bala avait vu plusieurs de ses spectacles interdits par la justice. Parmi d'autres déboires judiciaires, il a été mis en examen en juillet par le juge financier Renaud van Ruymbeke pour fraude fiscale, blanchiment de fraude fiscale et abus de biens sociaux.

Selon une source proche du dossier, il est soupçonné d'avoir minoré ses revenus à l'égard du fisc et ses biens vis-à-vis de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), qui s'applique aux patrimoines supérieurs à 1,3 million d'euros. Contacté, son avocat, David de Stefano, avait répondu que son client était «totalement en règle au niveau fiscal» et assurait qu'«il (n'était) pas soumis à l'ISF».

(J.Sa/afp/nxp)

(Créé: 14.01.2015, 10h17)

Sondage

Que pensez-vous des places de cinéma numérotées comme au théâtre?





Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?




Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.