ACCUEIL 30.7.2014 Mis à jour à 10h48

Un élève de l'école juive visée par Merah, roué de coups

Toulouse

Un adolescent scolarisé dans l'école juive de Toulouse (sud-ouest) où Mohamed Merah avait tué trois enfants et un enseignant en mars, a été violemment agressé mercredi soir.

Mis à jour le 05.07.2012
Des personnes se recueillent devant l'école juive de Toulouse où Mohamed Merah a tué trois enfants et un enseignant en mars.

Des personnes se recueillent devant l'école juive de Toulouse où Mohamed Merah a tué trois enfants et un enseignant en mars.
Image: AFP

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

Les agresseurs présumés, âgés de 18 ans et d'origine maghrébine selon une source policière, ont été interpellés jeudi matin à Lyon (centre-est de la France) et placés en garde à vue.

La victime, un adolescent de 17 ans, a été violemment agressée dans le train Toulouse-Lyon. Portant une étoile de David en pendentif, il a d'abord été insulté par ses deux agresseurs, puis «roué de coups», a expliqué le ministère de l'Intérieur.

«Seule l'intervention d'un passager et des contrôleurs de la SNCF (Société nationale des chemins de fer français) a pu mettre un terme aux violences», a ajouté le ministère. Les identités des deux agresseurs, qui avaient été contrôlés dans le train, «étaient connues», selon le ministère, mais ils n'avaient pas pu être interpellés à leur descente du train.

Ecole maudite

C'est dans un bureau de recrutement de l'armée, à Lyon, qu'ils ont été arrêtés jeudi matin. L'école Ozar Hatorah, où est scolarisée la victime, a été le théâtre de la dernière des trois tueries perpétrées par le jeune jihadiste français Mohamed Merah, qui avait auparavant tué trois militaires dans la même région.

Le 19 mars, il avait ouvert le feu devant l'école, tuant trois enfants et un professeur. Mohamed Merah a été abattu le 22 mars par la police dans l'assaut de l'appartement où il était retranché à Toulouse.

L'école s'est refusée jeudi à tout commentaire sur la nouvelle agression. «C'est la consternation, l'effroi», a réagi le président de la communauté juive de Toulouse, Ariel Bensemhoun, évoquant «un nouvel antisémitisme qui ravage la France».

Tristes vocations

«Incontestablement, l'affaire Merah semble susciter énormément de vocations, a-t-il ajouté. La victime «a déjà connu le traumatisme de l'affaire Merah, on est dans une forme d'acharnement qui devient insupportable.» Cette agression survient un mois après une attaque ayant visé de jeunes juifs début juin à Villeurbanne, dans la banlieue de Lyon.

Des jeunes qui portaient la kippa avaient été agressés à coups de marteau et de barre de fer. Quatre participants présumés à l'agression sont poursuivis pour «violences aggravées».

Selon le ministère de l'Intérieur, les actes et menaces antisémites ont augmenté de 46% de janvier à avril 2012 par rapport à l'an dernier. Mais après un pic en mars, la tendance des autres mois est stable. Jeudi, le ministère s'est à nouveau dit déterminé à «combattre toutes les résurgences de ce mal profond qu'est l'antisémitisme.» (afp/Newsnet)

Créé: 05.07.2012, 16h05