ACCUEIL 24.7.2014 Mis à jour à 08h01

Reconnaissance faciale: Facebook sous pression en Allemagne

Réseaux sociaux

Le défenseur des libertés informatiques de la ville allemande de Hambourg (nord) a décidé de poursuivre une procédure administrative ouverte contre l'américain Facebook à propos de sa technique de reconnaissance faciale.

Mis à jour le 16.08.2012
L'Allemagne n'en est pas à son premier affrontement avec un géant de l'internet à propos de l'usage fait des données personnelles.

L'Allemagne n'en est pas à son premier affrontement avec un géant de l'internet à propos de l'usage fait des données personnelles.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

Johannes Caspar a certes «salué» un accord trouvé en la matière entre Facebook et les autorités irlandaises, par lequel le très populaire réseau social «s'engage pour le moment à ne pas appliquer la reconnaissance faciale aux nouveaux inscrits» du site.

Mais le groupe «a rejeté toute contrainte supplémentaire. Cela signifie que la base de données biométriques (contenant les visages des personnes déjà inscrites sur Facebook) reste illégale» au regard du droit européen, a indiqué le bureau de Johannes Caspar dans un communiqué.

«Le risque d'utilisation frauduleuse émanant d'une base de données contenant des millions de visages est immense», constate le défenseur des libertés dans ce communiqué.

En conséquence, il relance une procédure administrative ouverte contre Facebook il y a plus d'un an et suspendue depuis juin dans l'attente de la fin des négociations en Irlande.

Demander une autorisation

Johannes Caspar, qui «déplore que Facebook joue la montre au lieu de chercher une décision amiable», réclame «au minimum» que le site demande à tous ses inscrits de lui donner l'autorisation de conserver leurs données. Faute de quoi, il estime que Facebook doit effacer purement et simplement sa base de données.

L'Allemagne n'en est pas à son premier affrontement avec un géant de l'internet à propos de l'usage fait des données personnelles, un débat très épineux dans un pays marqué par l'expérience récente de deux dictatures. La préoccupation des citoyens à ce sujet est souvent avancée comme l'une des raisons du grand succès dans le pays du parti des Pirates, en pointe sur les questions de libertés informatiques.

Le groupe Google a par exemple été forcé de revoir pour l'Allemagne les conditions de publication des photographies de rues et bâtiments de son service «Google Streetview» et de masquer de nombreuses façades à la demande des riverains. (afp/Newsnet)

Créé: 16.08.2012, 13h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment