Dimanche 11 décembre 2016 | Dernière mise à jour 08:00

Athènes Le vice-ministre grec du Travail démissionne

Nikos Nikopoulos a avancé les raisons de sa démission: la crise grecque et les négociations avec l'Europe. Le gouvernement a déjà nommé un remplaçant.

Antonis Samaras, nouveau Premier ministre grec, devant le parlement réuni lundi.

Antonis Samaras, nouveau Premier ministre grec, devant le parlement réuni lundi. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Nikos Nikolopoulos, vice-ministre grec du Travail, a présenté lundi sa démission. Motif: le gouvernement ne réclame pas avec suffisamment de vigueur de modifications au plan d’aide internationale à la Grèce.

«L’unique raison de ma démission est ma conviction personnelle selon laquelle la question de la renégociation avec la troïka, ainsi que la correction des importantes distorsions dans les domaines de l’emploi, des retraites, de la sécurité sociale et de l’Etat providence, auraient dû être clairement posées sur la table dès le départ», écrit Nikos Nikolopoulos dans sa lettre de démission.

«Tout le monde n'est pas fait pour des temps difficiles»

«Il n’y a pas d’explication rationnelle à cela», a déclaré Simos Kedikoglou, le porte-parole du gouvernement. «La négociation avec la troïka n’a pas encore commencé, et, encore hier, il a voté en faveur du gouvernement. Tout le monde n’est pas fait pour des temps difficiles.»

Selon certains analystes, la démission de Nikos Nikolopoulos, qui appartient comme Antonis Samaras aux conservateurs de Nouvelle démocratie (ND), souligne les divisions du gouvernement sur l’attitude à adopter face à la «troïka» constituée par l’Union européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international.

Le gouvernement de coalition formé après les élections législatives du 17 juin avait dans un premier temps réclamé une longue liste de changements aux conditions fixées par les créanciers internationaux en échange de leur aide financière. Il a récemment adopté un ton moins revendicatif en affirmant qu’il mettrait en œuvre les réformes réclamées avant de solliciter une renégociation des termes de l’aide. (ats/reuters/nxp)

(Créé: 09.07.2012, 21h13)

Sondage

L'école doit-elle privilégier la langue maternelle des élèves à une des autres langues nationales?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.