Vendredi 30 septembre 2016 | Dernière mise à jour 11:55

Affaire Bettencourt Woerth «conteste tous les faits» qui lui sont reprochés

L'ancien ministre a déclaré qu'il «conteste tous les faits» qui lui sont reprochés dans l'affaire Bettencourt, affirmant qu'il n'y avait «aucune preuve» contre lui, dans un entretien publié par le Figaro.

Eric Woerth a été mis en examen à deux reprises.

Eric Woerth a été mis en examen à deux reprises. Image: AFP

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Eric Woerth, ancien ministre et ancien trésorier de l'UMP, a été mis en examen à deux reprises cette semaine par les juges d'instruction bordelais: la première fois mercredi pour trafic d'influence passif et la deuxième jeudi pour «recel à raison d'une présumée remise de numéraire» qui lui aurait été faite par Patrice de Maistre, l'ancien homme de confiance de Liliane Bettencourt.

«D'une manière générale, je conteste tous les faits qui me sont reprochés. Il n'y a aucune preuve contre moi d'une quelconque culpabilité. Je n'ai été qu'une seule fois reçu de toute ma vie chez Liliane Bettencourt et en présence d'autres personnes», déclare au quotidien Eric Woerth, s'exprimant pour la première fois depuis des mois sur cette affaire qui lui a coûté sa place au gouvernement.

«Le juge (Jean-Michel Gentil, ndlr) fait son métier et je n'ai rien à dire là-dessus. Mais il met en relation des faits qui n'ont rien à voir entre eux.

Depuis un an et demi, je démens avec force avoir reçu la moindre espèce», soutient-il encore.

Claire Thibout, l'ancienne comptable des Bettencourt, a toujours affirmé qu'en janvier 2007, Patrice de Maistre, lui aussi mis en examen, lui avait demandé 150'000 euros en liquide qu'il destinait à Eric Woerth, pour, avait-elle compris, le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Sommes qui sont bien supérieures au seuil légal pour un tel financement. Elle ne lui en avait remis que 50'000, mais une allusion de Patrice de Maistre concernant l'avantage d'avoir des comptes en Suisse avait fait penser à la comptable qu'il avait pu trouver la somme restante sur des comptes de Liliane Bettencourt dans ce pays.

«Mme Thibout reconnaît elle-même n'avoir assisté à aucun échange d'argent me concernant. On exige de moi d'apporter la preuve de ce qui n'existe pas. C'est mission impossible. Essayez, vous verrez!», affirme encore Eric Woerth au quotidien. (afp/nxp)

(Créé: 10.02.2012, 22h22)

Sondage

Faut-il introduire la préférence indigène lors des embauches?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.