ACCUEIL 28.7.2014 Mis à jour à 16h18

Hariri accuse Bachar al-Assad

Attentat au Liban

Trois personnes, dont le chef des renseignements de la police libanaise, ont été tuées et près d'une centaine blessées vendredi dans un attentat à la voiture piégée à Beyrouth.

Mis à jour le 19.10.2012 12 Commentaires

1/13 Après l'explosion, les pompiers et secouristes sur les lieux.
Image: Keystone

   

La Syrie condamne

La Syrie a condamné l'attentat meurtrier à la voiture piégée qui a secoué vendredi la capitale libanaise Beyrouth. Le ministre syrien de l'Information Omrane al-Zohbi a dénoncé un acte "lâche" et "terroriste", selon l'agence officielle Sana.

"Ces attentats terroristes sont injustifiables où qu'ils se produisent", a ajouté le ministre syrien de l'Information, Omrane al-Zohbi, cité para Sana.

La Syrie est l'ancienne puissance de tutelle au Liban et a été pointée du doigt pour la série d'assassinats de personnalités libanaises hostiles à Damas en 2005 et 2008, notamment celui de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri. (afp)

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

L'attentat sanglant fait redouter l'extension du conflit syrien dans le pays.

L'attentat a visé le chef des renseignements des Forces de sécurité intérieure (FSI) du Liban, le général Wissam al-Hassan, un musulman sunnite proche de Saad Hariri, chef de l'opposition libanaise opposée au régime de Damas. Il était pressenti pour prendre la tête des FSI à la fin de l'année.

Les renseignements des FSI avaient joué un rôle majeur dans l'arrestation le 9 août de l'ex-ministre libanais Michel Samaha, un partisan du régime syrien, dans le cadre d'une affaire d'explosifs saisis qui devaient être notamment placés dans le nord du Liban.

La puissante explosion de vendredi, la première du genre dans la région de Beyrouth depuis 2008, ravive l'inquiétude d'un débordement du conflit syrien, qui divise les Libanais. La Syrie, qui a souvent été pointée du doigt dans des assassinats entre 2005 et 2008 au Liban, a immédiatement réagi en condamnant un attentat «lâche» et «terroriste».

Le chef de l'opposition libanaise et ancien Premier ministre, Saad Hariri, a néanmoins accusé le président syrien Bachar al-Assad «d'avoir assassiné le général Wissam al-Hassan».

«Le sol a tremblé sous nos pieds»

L'attaque s'est produite dans le quartier chrétien d'Achrafieh, dans le secteur est de la capitale. Selon l'Agence nationale d'information (ANI), l'explosion a eu lieu à une heure de pointe, 14h00, à 200 mètres d'un bureau des Kataëb (Phalanges), parti chrétien de l'opposition libanaise.

Un photographe de l'AFP a vu deux immeubles dévastés. Un immeuble était en feu et les volontaires de la Croix-Rouge faisaient sortir des blessés, le visage ou le corps ensanglanté. Des passants sous le choc étaient en pleurs.

Des balcons étaient à moitié effondrés. Dans les rues, des carcasses de voitures calcinées étaient visibles et des vitres brisées jonchaient le sol. Des pompiers et des membres de la défense civile entraient dans les immeubles à la recherche des victimes.

«Nous avons entendu une puissante explosion. Nous avons senti le sol trembler sous nos pieds», a expliqué Roland, 19 ans, alors que des passants étaient pris de panique au milieu des débris.

Près de la place Sassine, des parents des employés de la Banque européenne du Moyen-Orient (BEMO), dont les vitres ont été soufflées, tentaient d'avoir des nouvelles de leurs enfants. Non loin, une jeune femme de 25 ans sous le choc s'écriait «Maman, maman», en recherchant dans les décombres.

Pour beaucoup de rescapés, l'attentat ramène à l'esprit les années noires de la guerre civile (1975-1990). «Ca me ramène 30 ans en arrière, à l'époque des attentats piégés», a affirmé un médecin à l'hôpital Hôtel-Dieu. Le dernier attentat dans la région de Beyrouth remonte à janvier 2008, lorsqu'un officier des renseignements libanais, le capitaine Wissam Eid, avait été assassiné dans une attaque à la voiture piégée.

«Il se savait visé»

Un leader de l'opposition, Samir Geagea, a affirmé à la presse que le général Hassan se «déplaçait avec des mesures de sécurité exceptionnelles». «Il avait installé sa femme et ses enfants à Paris car il se savait visé», a-t-il ajouté.

L'intervention des renseignements des FSI a été prépondérante dans la recherche des responsables des attentats et assassinats qui ont visé des personnalités politiques dans les années 2000, notamment celui en 2005 de l'ex-Premier ministre Rafic Hariri, père de Saad.

La classe politique libanaise, divisée entre partisans et adversaires du régime syrien, a condamné à l'unanimité l'attentat. Les Etats-Unis ont fait de même, condamnant «dans les termes les plus forts ce qui semble être un acte terroriste». (afp/Newsnet)

Créé: 19.10.2012, 15h30

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

12 Commentaires

Gary Leston

19.10.2012, 16:38 Heures
Signaler un abus 5 Recommandation 4

Quelle tristesse. Et c'est encore la communauté chrétienne qui est visée. Mais pourquoi? Pourquoi fait-on des choses pareilles? Le Liban qui tente d'avancer, de se développer, de se moderniser, de créer de l'emploi, sans cesse rattrapé par ces tarés. Si c'est pas Israël, c'est les islamistes, les Syriens, les Palestiniens. Toujours quelqu'un pour faire ch. Mais qu'est-ce qu'ils ont ces gens? Répondre


Aneta Gonzalez

21.10.2012, 02:14 Heures
Signaler un abus 1 Recommandation 0

Qui donc a écrit ça et quand?: "...Le Liban - LA DÉCOMPOSITION du Liban en cinq provinces préfigure le sort qui attend le monde arabe tout entier, y compris l'Egypte, la Syrie, l'Irak et toute la péninsule arabe; au Liban, c'est déjà un fait accompli..." La Syrie n'est évidemment pour rien dans cet attentat, et c'est l'Iran qui dit vrai en désignant Israël le responsable. Répondre