Samedi 1 octobre 2016 | Dernière mise à jour 13:55

France Frères écroués pour le meurtre de leurs parents

Un drame familial s'est déroulé dans le village français de Labastide-Clairence, samedi.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Deux frères âgés de 27 ans et 23 ans ont été mis en examen pour «assassinats» et écroués lundi en fin de soirée après que leurs parents eurent été découverts tués par balles samedi, a-t-on appris mardi matin auprès du Parquet de Bayonne. Le drame s'est déroulé dans la maison familiale de Labastide-Clairence (Pyrénées-Atlantiques), à une trentaine de kilomètres de Bayonne.

«Les deux frères ont été mis en examen pour «assassinats» et écroués, la compagne du cadet ayant été libérée sans être inquiétée», a indiqué à l'AFP le Procureur de la République de Bayonne, Samuel Vuelta Simon. «Une information judiciaire a été ouverte pour homicides volontaires avec préméditation».

Repas familial

Les deux frères sont soupçonnés d'avoir tué samedi en fin de matinée, de plusieurs balles provenant d'un revolver de collection, leur mère et leur père, âgés d'environ 55 ans. La famille était réunie à l'occasion d'un repas familial où se trouvaient les parents, leurs deux fils, la compagne du fils cadet et leur petite fille.

Samedi, le cadet s'était présenté en fin de matinée à la gendarmerie d'Hasparren, blessé à la jambe. Il avait indiqué aux gendarmes que «son père s'en était pris à sa mère et qu'il aurait lutté contre son père».

Ils vivaient en vase clos

Les gendarmes arrivés sur place en même temps que les secours n'ont pu que constater le décès de la mère, ayant succombé à une hémorragie provoquée par une balle logée dans la cage thoracique. Le père, touché par trois balles, au thorax, dans la région lombaire et au niveau du crâne, a succombé à ses blessures peu après l'arrivée des secours.

Le frère aîné, dans un état de choc, avait été hospitalisé avant d'être placé en garde-à-vue. Le cadet, hospitalisé également pour deux blessures par balles à la jambe, avait lui aussi été placé en garde-à-vue.

Selon les premiers éléments de l'enquête, la famille vivait en huis-clos et était peu connue du voisinage. Le père travaillait dans le secteur des assurances, la mère était au foyer.

L'enquête est menée conjointement par la Brigade de gendarmerie d'Hasparren et la Section de recherches de la gendarmerie de Pau. (afp/nxp)

(Créé: 23.02.2016, 10h54)

Sondage

Faut-il introduire la préférence indigène lors des embauches?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.