Jeudi 25 août 2016 | Dernière mise à jour 22:13

Philippines L'appât du butin mène un prêtre sous terre

Un homme d'église dévoré par le démon de l'argent a voulu voler sa propre paroisse. La police le recherche activement.

Image: ARCHIVES - PHOTO D'ILLUSTRATION/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La police recherche un prêtre soupçonné d'avoir fait creuser un tunnel de 18 mètres, selon les autorités locales. Il voulait voler le trésor supposé d'une chapelle historique de sa paroisse de San Joaquin (centre).

Nelson Silvela, prêtre de la paroisse de San Joaquin, sur l'île de Panay (centre), s'est évaporé après l'arrestation de 10 hommes. Ils ont affirmé avoir été engagés par lui pour creuser un tunnel menant au «Camposanto», chapelle située dans un cimetière et classée «trésor culturel national», a expliqué mercredi le maire de la ville, Eduardo Servidad.

Selon eux, le prêtre leur avait assuré qu'elle recelait un «trésor», sans leur en dire plus. «Nous considérons le Camposanto comme un lieu sacré et nous n'imaginions pas qu'un prêtre comme lui puisse faire une chose pareille», a-t-il confié à l'AFP, sans préciser si le prêtre est parvenu à ses fins.

Dix ans de prison

Il s'agit «d'une importante violation» de la loi qui a profondément heurté sa paroisse, a affirmé à l'AFP l'archevêque local Angel Lagdameo, ajoutant soutenir toute éventuelle condamnation du prêtre qui risque jusqu'à 10 ans de prison. (ats/nxp)

(Créé: 02.03.2016, 17h36)

Sondage

Devoir passer devant un psy pour les tireurs et les chasseurs, est-ce nécessaire?




Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.