Vendredi 30 septembre 2016 | Dernière mise à jour 18:31

Drame en France Le conducteur du bus est hospitalisé en psychiatrie

En état de choc, le jeune conducteur de 19 ans, impliqué dans un accident qui a coûté la vie à 12 passagers portugais, n'a pu encore être entendu par les enquêteurs.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le conducteur du fourgon impliqué dans l'accident qui a causé la mort de ses douze passagers portugais, jeudi soir en France, a été hospitalisé en psychiatrie, a indiqué samedi le parquet de Moulins (centre). En état de choc, ce Portugais de 19 ans, qui souffre d'une fracture du poignet, avait été admis aux urgences psychiatriques de Moulins. Il a dû être transféré dès vendredi dans un autre établissement psychiatrique pour «quelques jours», a expliqué à l'AFP le procureur de la République de Moulins, Pierre Gagnoud.

Dans ces conditions, son audition ne devrait pas intervenir avant le «début de semaine prochaine».

Un autre homme, qui «pourrait être le propriétaire supposé du fourgon» et qui circulait à bord d'un autre véhicule roulant en convoi avec le fourgon, a également été hospitalisé dans cet établissement «pour un choc psychologique», a ajouté le magistrat.

Le véhicule qu'il conduisait transportait 12 passagers de nationalité portugaise. Il venait de Suisse et roulait vers le Portugal. Il a dévié de sa route et percuté frontalement un poids lourd.

Partis de Romont (FR), les voyageurs se rendaient au Portugal pour les fêtes de Pâques. Neuf des victimes résidaient à Fribourg et trois dans le canton de Vaud.

«Route de la mort»

Le drame s'est produit sur une portion de la route traversant la France d'est en ouest, surnommée «la route de la mort» en raison de sa dangerosité. Le fourgon n'était «pas un minibus et n'était pas adapté par nature pour le transport collectif», a rappelé le procureur.

Les enquêteurs vont «recomposer le fourgon à partir des débris» pour tenter de déterminer «s'il était aménagé spécialement pour transporter des gens», ce qui semble «peu probable». L'autre hypothèse est un «aménagement artisanal, pas du tout adapté, avec des chaises pliables et des passagers assis au fond sur des sièges de fortune», a-t-il détaillé.

Aide psychologique

Le chauffeur italien, passager du poids lourd sous lequel s'est encastré le fourgon, est sorti de l'hôpital. Il a été entendu vendredi par les enquêteurs. Son collègue a été opéré du poignet et sera entendu dans la journée, a précisé le procureur.

Les familles des victimes sont arrivées vendredi à Moulins et d'autres étaient attendues dans la journée de samedi. Une cellule d'aide médico-psychologique a été mise en place.

Le ministre des Transports Alain Vidalies a appelé à ne pas mettre hâtivement en cause l'état de la route pour expliquer le drame. «Quelles que soient les infrastructures, quelles que soient les mesures de précaution prises, quand vous êtes confrontés à des prises de risque ou à des imprudences qui en réalité sont des délits routiers, vous n'y pouvez rien», a fait valoir le ministre, interrogé par la radio RTL. (afp/nxp)

(Créé: 26.03.2016, 12h57)

Sondage

Faut-il introduire la préférence indigène lors des embauches?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.