ACCUEIL 18.12.2014 Mis à jour à 16h57

Les parents de la victime du «dépeceur» sont arrivés de Chine

Montréal

Les parents, accompagnés de la soeur et de l'oncle de la victime, ont fait le voyage depuis la Chine pour rencontrer les autorités et les services de police de Montréal chargés de l'enquête sur la mort de l'étudiant.

Mis à jour le 07.06.2012
Le portrait de l'assassin présumé de l'étudiant chinois affiché lors d'une conférence de presse à Montréal.

Le portrait de l'assassin présumé de l'étudiant chinois affiché lors d'une conférence de presse à Montréal.

Articles en relation

Partager & Commenter

Les parents de Lin Jun, l'étudiant chinois de 33 ans sauvagement tué et dépecé à Montréal dans la nuit du 24 au 25 mai, sont arrivés à Montréal en provenance de Chine, a confirmé le consulat de leur pays. Une cérémonie en mémoire du disparu pourrait être organisée.

Les parents, accompagnés de la soeur et de l'oncle de la victime, ont fait le voyage depuis la Chine pour rencontrer les services de police chargés de l'enquête, les autorités canadiennes ainsi que la direction de l'université Concordia où étudiait Lin Jun depuis l'été 2011, selon Xu Zheng, de la cellule communication du consulat de Chine à Montréal.

Par ailleurs, la direction de Concordia a l'intention d'organiser une cérémonie en mémoire de Lin Jun et va consulter la famille sur cette éventualité, a expliqué Christine Mota, la directrice de la communication de l'université où le jeune homme suivait un cursus d'ingénieur en informatique depuis l'été 2011.

Un mémorial improvisé, avec des fleurs, avait été érigé par des étudiants sur le site de l'université peu de temps après l'annonce du meurtre. Les parents de Lin Jun ont déclaré au consulat de Chine à Montréal qu'ils rencontreraient la presse «quand ils se sentiraient prêts à le faire».

La tête absente

À ce jour, quatre colis ont été retrouvés, contenant deux pieds et deux mains humaines. Deux ont été reçus par des partis politiques la semaine dernière, deux autres mardi par des écoles de Vancouver.

«Il manque toujours une pièce, désolé de dire ça comme ça, on parle de morceaux de corps. Il manque toujours la tête», a déclaré mercredi le commandant Ian Lafrenière, porte-parole de la police de Montréal qui dit ignorer si ce morceau du cadavre a pu être posté ailleurs. Des vérifications sont en cours pour déterminer si un colis de ce type est toujours en transit. (ats/Newsnet)

Créé: 07.06.2012, 06h42

Sondage

Le rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis est-il une bonne chose?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons