ACCUEIL 22.9.2014 Mis à jour à 23h45

Six touristes espagnoles violées à Acapulco

Mexique

Six estivantes espagnoles ont été violées dans la station balnéaire d'Acapulco, sur la côte Pacifique du Mexique, par des hommes masqués et armés, faisant craindre des répercussions sur le tourisme.

Mis à jour le 06.02.2013 6 Commentaires
Un policier près de la maison où les touristes ont été agressées.

Un policier près de la maison où les touristes ont été agressées.
Image: AFP

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Jamais des faits de cette nature n'avaient été recensés dans cette ville portuaire, principale destination touristique du pays, bien qu'elle soit l'une des plus touchées par la vague de criminalité qui balaie le Mexique, notamment en raison du trafic de drogues.

La violence épargne généralement les touristes.

Selon les dépositions des victimes, aux petites heures du jour lundi, un groupe de cinq hommes s'est introduit dans leur maison de location, occupée par 13 Espagnols, dont ces six femmes, et une Mexicaine, sur la plage de Barra Vieja, dans le quartier touristique cossu de Punta Diamante.

Viols et vols

Les agresseurs auraient alors ligoté les sept hommes et la Mexicaine avec des câbles de téléphone et des cordons de maillots de bain, avant d'abuser des victimes durant deux heures et demie, a rapporté le maire de la ville, Luis Walton Aburto.

A leur départ, les agresseurs présumés ont également fait main basse sur 600 dollars, des téléphones portables, des tablettes électroniques et des appareils photos, d'après le journal mexicain La Jornada.

Au cours de la journée de mardi, Luis Walton a causé la stupéfaction en déclarant que ces faits étaient «regrettables» mais que «cela arrive partout dans le monde».

«C'est une situation très délicate (...) Je pense que l'enquête donnera des résultats dans quelques jours», a ajouté Luis Walton Aburto, estimant que cet évènement «affecte évidemment» la réputation de la célèbre station balnéaire, située dans l'Etat du Guerrero, à environ 400 km au sud de Mexico.

Le ministère des Affaires étrangères du Mexique a de son côté diffusé un communiqué pour «déplorer les agressions» et assurer que les Espagnoles avaient pu bénéficier «d'une assistance consulaire adéquate» de la part de membres de l'ambassade d'Espagne.

Policiers et militaires

Les services de presse de la représentation espagnole à Mexico ont précisé que toutes les informations sur cette affaire seraient communiquées par le gouvernement espagnol.

Selon la presse mexicaine, les victimes auraient déjà été transférées à Mexico et devraient à nouveau témoigner rapidement.

Selon les autorités de l'Etat du Guerrero, des unités constituées de policiers fédéraux et de militaires sont à la recherche des agresseurs présumés.

Au-delà de l'enquête, certains professionnels craignent les répercussions d'une agression d'une telle violence sur un secteur touristique moteur de l'économie locale.

«C'est peut-être l'attaque la plus forte contre le tourisme à Acapulco, nous n'avons jamais eu quelque chose comme ça ces derniers temps», a affirmé Roberto Manzanares, de l'Association d'hôtellerie et de gastronomie de Guerrero.

«Nous nous sommes toujours plaints des avertissements des Etats-Unis à leurs ressortissants pour qu'ils prennent des précautions lorsqu'ils viennent au Mexique, c'est regrettable que (des choses comme ça) arrivent», a poursuivi Roberto Manzanares.

Neuf millions de visiteurs

L'agression est survenue au cours d'un week-end prolongé au cours duquel le taux d'occupation des hôtels de la ville dépasse les 90%. Acapulco, moins d'un million d'habitants, attire chaque année environ neuf millions de visiteurs, dont un tiers d'étrangers.

Pour Roberto Manzanares, ce type d'événement contrecarre les efforts du pays pour soigner son image à l'international et éviter que la peur de la violence ne fasse fuir les touristes.

Le Mexique accueille environ 23 millions de visiteurs par an et le secteur génère, selon les autorités, 15 milliards de dollars de recettes, soit la quatrième source de devises après le pétrole, l'exploitation minière et les envois d'argent des émigrés. (afp/Newsnet)

Créé: 06.02.2013, 00h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

6 Commentaires

Christian Loup

06.02.2013, 06:58 Heures
Signaler un abus 45 Recommandation 7

Si la Police n'est pas capable d'assurer la sécurité des touristes et pire de relativiser la chose comme si c'était normal que cela arrive, je vais faire une chose, je vais aller ailleurs,histoire de voir si le commentateur relativise toujours autant son incompétence...... Répondre


Muster Paul

06.02.2013, 10:54 Heures
Signaler un abus 27 Recommandation 1

celà arrive partout dans le monde.... euuhhhh??? 6 filles violées en même temps pendant 2h30???... il a pas peur des mots le monsieur.... Répondre



Sondage

Est-il raisonnable d'initier des jeunes aux parfums du vin dans le cadre scolaire?





Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne