Samedi 1 octobre 2016 | Dernière mise à jour 13:55

France Une avalanche tue cinq militaires en Savoie

Cinq membres de la Légion étrangère rattachée à la Brigade alpine sont morts lundi après-midi et six ont été blessés à Valfréjus.

Un hélico survolant la zone où l'avalanche s'est déclenchée.

Un hélico survolant la zone où l'avalanche s'est déclenchée. Image: Ledauphine.com/AFP

2006-2016: les avalanches les plus meurtrières en France

2016
- 13 jan: Une dizaine de skieurs, dont un groupe de lycéens lyonnais, sont emportés par une avalanche sur une piste fermée des Deux Alpes (Isère). Il y a trois morts et trois blessés graves.
- 18 jan: Une avalanche emporte onze militaires lors d'un entraînement sur une piste de Valfréjus (Savoie) et fait cinq morts.

2015
- 24 jan: Six skieurs aguerris du Club alpin français sont tués par une avalanche à Ceillac (Hautes-Alpes).
- 1er avr: A 3000 mètres d'altitude, au Col Émile Pic à Pelvoux (Hautes-Alpes), une avalanche emporte un groupe d'une dizaine de skieurs d'un club autrichien. Deux Autrichiens et un Italien sont tués. Un troisième Autrichien est grièvement blessé.
- 15 sept: Sept alpinistes sont tués dans le massif des Ecrins, sur la commune de Pelvoux.

2014
- 29 mars: Trois randonneurs à raquette sont emportés par une avalanche dans les Pyrénées ariégeoises, au-dessus du village de Rabat-les-Trois-Seigneurs. Deux sont tués et le troisième blessé.
- 25 déc: Deux frères, alpinistes confirmés d'une vingtaine d'années, sont emportés sur le glacier d'Armancette, dans le massif de La Vanoise (Savoie).

2013
- 5 mars: Quatre alpinistes du Club alpin français, originaires de Rennes, sont emportés et tués dans une cascade de glace de la Goulotte des Enfers, sur la commune de Crévoux (Hautes-Alpes). Seul leur guide est rescapé.

2012
- 12 juil: Une avalanche au Mont Maudit, dans le massif du Mont-Blanc, fait 9 morts, de nationalités suisse, allemande, britannique et espagnole. Il s'agit de l'avalanche la plus meurtrière depuis dix ans.

2011
- 11 jan: Quatre skieurs qui évoluent hors-piste avec un moniteur sont emportés et retrouvés morts à Val-d'Isère.
- 19 mars: Trois skieurs de randonnée sont tués à Ceillac (Hautes-Alpes), dans le massif du Queyras.

2010
- 1er jan: Trois skieurs hors piste sont ensevelis sur le domaine des Arcs (Savoie).
- 1er nov: Un père et ses deux fils meurent dans une avalanche lors de l'ascension de la Roche Michel (plus de 3000 m d'altitude), en Savoie.
- 5 déc: Trois randonneurs à ski périssent dans le massif de la Chartreuse (Isère), au col des Ayes.

2009
- 7 mars: Trois skieurs de randonnée sont tués sur la commune de Presle, au Mont Chapotet (2.076 mètres).
- 11 mars: Trois lycéens et leur guide meurent à Valmeinier (Savoie).
- 13 avr: Trois skieurs de randonnée sont retrouvés morts dans une coulée de neige qui avait emporté cinq personnes dans le massif du Queyras (Hautes-Alpes).

2008
- 24 août: Une avalanche sur la face nord du Mont-Blanc du Tacul (Haute-Savoie), à 3.600 m d'altitude, tue cinq Autrichiens et trois Suisses.

2007
-9 août: Trois alpinistes sont tués par une importante chute de séracs sous le dôme des Ecrins, à 3.500 m d'altitude.

2006
- 31 janv: Trois militaires meurent lors d'une randonnée à ski dans le massif du Dévoluy (Hautes-Alpes).

2005
- 11 mars: Trois randonneurs à ski sont tués par une avalanche au-dessus d'Ecole-en-Bauge, dans le massif des Bauges (Savoie).

L'avalanche la plus meurtrière des dernières décennies en France a eu lieu le 10 février 1970 (39 morts au centre UCPA de Val d'Isère). Par ailleurs, le 16 avril 1970, 71 personnes, dont 56 enfants, ont été tuées par une coulée de boue et de neige au sanatorium du plateau d'Assy (Haute-Savoie).

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Cinq militaires qui s'entraînaient en ski de randonnée à Valfréjus (F), en Savoie, sont morts lundi lors d'une avalanche, moins d'une semaine après celle des Deux Alpes, en Isère, où deux lycéens et un Ukrainien avaient été tués. Ces légionnaires du 2e Régiment étranger de génie de Saint-Christol participaient à un exercice d'aguerrissement en montagne, avant de partir en opération, lorsqu'ils ont été surpris vers 13h50 au-delà de 2000 m d'altitude.

Au total, treize skieurs sur un groupe d'une cinquantaine de militaires ont été emportés par la coulée de neige. Outre les cinq victimes, huit militaires ont été blessés. Deux d'entre eux, retrouvés en état d'hypothermie, dont un dans un état grave, ont été transportés dans les hôpitaux de Grenoble et Saint-Jean-de-Maurienne. Six autres ont été plus légèrement blessés, dont quatre ont également été hospitalisés à Saint-Jean-de-Maurienne, a indiqué la préfecture de Savoie.

Selon une source policière, les militaires – des légionnaires venus d'Europe de l'Est, mais aussi du Népal – étaient ensevelis sous 3 à 4 m de neige et ont été retrouvés grâce aux détecteurs de victimes d'avalanche, dont ils étaient équipés.

Enquête ouverte

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, se rendra mardi matin à Valfréjus, selon son entourage. De son côté, François Hollande a exprimé «la solidarité de la Nation» aux familles et aux proches des victimes. «Le président de la République a appris avec émotion la mort de cinq légionnaires (...)» et «assure leurs camarades blessés de son soutien et leur souhaite un prompt rétablissement».

Le parquet d'Albertville a ouvert une enquête qui doit déterminer les circonstances de l'accident avant un éventuel transfert du dossier à un parquet à compétence militaire, en l'occurrence celui de Lyon, si des éléments venaient étayer la piste de l'homicide involontaire.

«Il faut qu'on comprenne ce qui s'est passé, la nature du risque et la dimension technique, et on verra ensuite s'il y a matière à compétence militaire», a précisé une source judiciaire.

Selon Jean-Claude Raffin, maire de la commune de Modane dont dépend la station de Valfréjus, ces militaires, «des gens normalement aguerris à ce genre de sortie», sont partis «vers 9h00 de la station» et étaient «sur le point de regagner le sommet du col du Petit Argentier» lorsque l'avalanche s'est déclenchée dans un secteur «pas très vaste» mais «très raide», en dehors du domaine skiable.

Il s'agit «vraisemblablement d'une plaque à vent», a estimé le capitaine Cyril Anceau, de la CRS Alpes, unité de police spécialisée dans les secours en montagne. La coulée de neige mesurait «400 m de large pour 250 m de dénivelé», a-t-il précisé.

Fin des recherches

Sur les lieux, où les recherches ont cessé, tous les rescapés ont regagné une maison communale, où les attendaient du personnel de la station et les pompiers pour les prendre en charge.

Trois hélicoptères ont été engagés dans les recherches, menées par les secouristes de la CRS Alpes, unité de police spécialisée dans les secours en montagne. Cinq maîtres-chiens et trois médecins étaient aussi sur place.

Ce nouveau drame de la montagne intervient alors que le risque d'avalanche était de trois («marqué») sur une échelle de cinq dans le massif des Cerces, proche de la frontière italienne.

Selon l'Association nationale pour l'étude de la neige et des avalanches (Anena), la coulée s'est produite entre 2350 et 2600 m d'altitude, en combe nord-est du Petit Argentier, et les militaires ont probablement été victimes d'une plaque à vent.

Alpinistes brevetés

Le 2e Régiment étranger de génie de Saint-Christol est un régiment de génie d'assaut, dont les missions sont notamment le renseignement, le combat direct et l'appui à la mobilité, selon le site internet du ministère de la Défense. Rattachés à la Brigade alpine, ces militaires interviennent en montagne. Tous leurs membres ont donc des brevets d'alpinistes et de skieurs militaires.

Ce régiment avait déjà été endeuillé en février 2012, à Valloire (Savoie), dans les mêmes circonstances. Une avalanche y avait emporté cinq légionnaires, dont un était décédé.

L'avalanche meurtrière de lundi est le deuxième accident mortel dans les Alpes en moins d'une semaine. Mercredi, trois personnes, deux élèves de 16 ans d'un lycée de Lyon et un skieur ukrainien de 56 ans, ont trouvé la mort dans une avalanche sur une piste fermée de la station des Deux Alpes (Isère).

Agé de 47 ans, un professeur qui encadrait les lycéens a été mis en examen samedi pour homicides involontaires.

Selon l'Anena, avant le drame de Valfréjus, sept personnes avaient déjà trouvé la mort dans des avalanches depuis le début de l'année dans les Alpes françaises. (nxp)

(Créé: 18.01.2016, 16h14)

Sondage

Faut-il introduire la préférence indigène lors des embauches?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.