ACCUEIL 23.4.2014 Mis à jour à 16h25

Cauchemar sanglant à la première de Batman

Fusillade au Colorado

Un homme masqué de 24 ans se prenant pour le personnage Joker a tué par balles douze personnes dans un cinéma à Aurora, dans la banlieue de Denver. Il a été interpellé. Son appartement est piégé et les environs ont été évacués.

Mis à jour le 21.07.2012 250 Commentaires

1/39 James Holme a décidé de plaider la démence lors de son procès. (Mardi 4 juin 2013)
Image: Reuters

   

Portrait du tueur

James Holmes, le tireur présumé du cinéma d’Aurora, est un étudiant en neurosciences de 24 ans, dont la réputation de solitaire remonte à son enfance, dans le sud de la Californie.

James Holmes était en train de quitter l’Université du Colorado où il était inscrit en neurosciences depuis juin 2011, a précisé un porte-parole de l’établissement dans le quotidien local Denver Post.

Le FBI le décrit comme un homme blanc de 1,90 mètre, né le 13 décembre 1987, n’ayant pas de mentions significatives à son casier judiciaire et aucun lien avec le terrorisme. La police d’Aurora, lieu du massacre, a confié à la presse que son seul méfait dans la ville était un excès de vitesse commis en 2011.

Un étudiant, qui n’a donné que son prénom, Ben, explique que James Holmes vivait replié sur lui-même, ne disait jamais bonjour et faisait semblant de ne voir personne quand il croisait quelqu’un dans le couloir.

Ben révèle aussi qu’il a appelé la police peu après minuit dans la nuit de jeudi à vendredi --pratiquement à l’heure du massacre-- pour signaler qu’une musique assourdissante provenait de l’appartement de James Holmes. Ben n’a pu identifier la chanson, mais il suppose que celle-ci tournait en boucle.

Tom Mai, un proche voisin de la famille Holmes à San Diego, se souvient que le suspect était un adolescent timide qui ne fréquentait pas les jeunes du voisinage, écrit le San Diego Union-Tribune.

Dans un communiqué, la famille du jeune homme a dit coopérer avec les enquêteurs.

Vidéo

Promo annulée à Paris

L’équipe du film «The Dark Knight Rises», dernier volet de la trilogie Batman, a suspendu vendredi à Paris sa tournée de promotion après la fusillade sanglante de Denver.

«TF1 devait recevoir Marion Cotillard et Morgan Freeman au 20H mais comme la première du film était programmée ce soir, il était convenu d’enregistrer l’interview en fin de matinée. Or, ils ont préféré ne pas maintenir ce plateau» après avoir appris le massacre à Denver, a indiqué une porte-parole de la chaîne.

L’équipe du film, dont les acteurs Christian Bale, Anne Hathaway, Marion Cotillard et Morgan Freeman, était censée assister vendredi soir à la première parisienne du film sur les Champs-Elysées, avant sa sortie en France le 25 juillet. (afp)

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

Un tireur solitaire a ouvert le feu dans la nuit de jeudi à vendredi dans un cinéma bondé de la banlieue de Denver (ouest des Etats-Unis). La fusillade, qui a eu lieu lors de la première de «The Dark Knight rises», dernier volet de la trilogie Batman dont la sortie était attendue par des millions de fans. Elle a coûté la vie à au moins 12 personnes et en a blessé 58 autres.

L’homme est apparu devant l’écran, un masque à gaz sur le visage, a d’abord jeté une bombe lacrymogène dans la salle, à la faveur d’une scène où des coups de feu étaient échangés. Il a ensuite commencé à tirer sur les spectateurs.

«Des tirs au hasard»

Chris Jones, un spectateur, a expliqué que la fusillade avait commencé entre 20 et 30 minutes après le début du film. «Des gens ont commencé à s’effondrer. On était sur le sol pour éviter d’être touchés», a-t-il raconté à l’antenne de la chaîne locale KMGH-TV. «J’ai d’abord cru que c’était seulement des pétards. Il y avait de la fumée et puis j’ai entendu ’bam, bam, bam’. Le tireur n’avait même pas besoin de recharger. Les tirs partaient sans arrêt», a-t-il témoigné. Des balles ont traversé la salle de cinéma pour atteindre une salle mitoyenne.

Un témoin interrogé par la télévision CNN a dit avoir vu «un type qui montait lentement les marches et a ouvert le feu au hasard».

«Nous avons entendu 10 à 20 tirs et de petites explosions venant de partout. Nous avons entendu des gens hurler peu après. Puis on nous a dit d’évacuer les lieux par haut-parleur. Dès que nous sommes sortis, nous avons vu les gens courir partout en hurlant», a rapporté un autre spectateur.

Sans résistance

Dix personnes ont été tuées sur place. Deux autres personnes étaient décédées à leur arrivée à leur hôpital, a déclaré Frank Fania, porte-parole de la police, qui a révisé à la baisse un chiffre initial de quatre victimes décédées après leur transfert. Parmi les 59 blessés, de nombreuses personnes se trouvent dans un état critique.

Une «poignée» des personnes soignées à l'hôpital ne présentent aucune blessure par balle, mais ont subi d'autres blessures pendant la panique causée par les tirs.

Armes achetées légalement

Le chef de la police a précisé que le tireur était un habitant de la localité âgé de 24 ans. L'homme a été arrêté sans opposer de résistance dans un parking à l'arrière du cinéma.

La police a aussi saisi un fusil d'assaut, un fusil à pompe et un pistolet dans sa voiture, tandis qu'un autre pistolet a été retrouvée dans le cinéma. Les armes ont été acquises en toute légalité. Le tireur avait également acheté légalement plus de 6000 balles et cartouches sur internet ces deux derniers mois, selon le chef de la police.

Appartement truffé d'explosifs

Les chaînes de télévision ont diffusé une photo du jeune homme. Il s'agit d'un étudiant originaire de San Diego, en Californie. Il n'était jusqu'alors pas connu des services de police, hormis pour un excès de vitesse en octobre dernier.

Selon le chef de la police, l'appartement du suspect, dont des policiers se sont approchés par l'extérieur à l'aide d'une grue, est truffé de «matériel explosif ou inflammable». Les habitants de l'immeuble, qui est réservé à des étudiants et à des employés de l'Ecole de médecine de l'université du Colorado, ont été évacués.

De nombreux cinémas à travers les Etats-Unis avaient organisé des séances spéciales à minuit vendredi pour la sortie de «The Dark Knight rises». La tragédie n'a pas dissuadé les fans, nombreux vendredi par exemple devant un des cinémas de Washington à espérer avoir une place pour le film, a constaté un journaliste de l'AFP.

Campagne présidentielle suspendue

Le président Barack Obama, en campagne électorale depuis jeudi en Floride, a suspendu sa tournée afin de rentrer à Washington. Son adversaire républicain Mitt Romney a également suspendu sa campagne. La Maison Blanche a indiqué qu'il n'y avait a priori «pas de lien avec le terrorisme».

Barack Obama a en revanche dénoncé une violence «insensée» et appelé ses compatriotes à «une journée de prière et de réflexion». Il a donné l'ordre de mettre les drapeaux en berne sur tous les édifices publics pendant six jours.

Cinémas sous surveillance

A Paris, l'avant-première du film, qui devait avoir lieu vendredi soir sur les Champs-Elysées, a été annulée. Elle devait se tenir en présence des acteurs Christian Bale, Anne Hathaway, Marion Cotillard et Morgan Freeman, avant sa sortie en France le 25 juillet.

Le président François Hollande a exprimé sa «très vive émotion» et exprimé ses condoléances aux Américains. Le réalisateur du film, Christopher Nolan a fait part de son chagrin, et dénoncé une «tragédie absurde».

La police de New York a annoncé qu'elle renforcerait les mesures de sécurité dans les cinémas diffusant Batman «par précaution contre d'éventuels imitateurs et pour améliorer le sentiment de sécurité des spectateurs». L'un des plus gros exploitants de salles de cinéma dans le pays, AMC, a de son côté annoncé interdire aux spectateurs de porter des masques ou des armes factices.

Les forces de l’ordre ont arrêté le suspect, qui n’a pas opposé de résistance, dans le parking derrière le cinéma. Lors d’une conférence de presse, le chef de la police d’Aurora, Dan Oates, a indiqué que cet habitant de la commune âgé de 24 ans n’était jusqu’alors pas connu des services de police, hormis pour un excès de vitesse en octobre dernier.

Lors de son arrestation, il portait un masque à gaz et un gilet pare-balles. Trois armes à feu ont été retrouvées dans sa voiture et une quatrième dans la salle de cinéma.

Toujours selon la police, qui a fait évacuer l’immeuble où habite le tireur de même que le cinéma, son appartement était piégé avec des explosifs assemblés de façon «très sophistiquée». Des artificiers sont à l’oeuvre et il pourrait leur falloir des heures, voire des jours pour le sécuriser, a-t-elle ajouté.

D’après certains témoignages, l’homme a pu pénétrer dans la salle, malgré sa tenue voyante, car plusieurs spectateurs étaient déguisés en personnages du film, l’un des principaux longs-métrages hollywoodiens de cet été. «Il avait l’air d’appartenir à l’armée ou au SWAT (unité de police antiterroriste, NDLR), donc il se mêlait au chaos de la foule», a raconté Jennifer Seeger, une spectatrice, à la télévision NBC.

Obama suspend sa campagne

Le président américain Barack Obama a appelé vendredi les Américains à l’unité et au recueillement: «Ce matin, nous avons appris en nous réveillant la nouvelle d’une tragédie qui nous rappelle à tous ce qui nous unit en tant qu’Américains», a déclaré M. Obama à Fort Myers (Floride, sud-est) lors d’une intervention sobre en lieu et place d’un discours de campagne qu’il devait initialement y prononcer.

Il a affirmé que vendredi devait être une «journée de prière et de réflexion», pas pour la politique.

Son programme prévoyait un déplacement dans l’après-midi à Orlando pour conclure sa tournée de deux jours en Floride, un Etat crucial dans la perspective de la présidentielle de novembre. Mais il a écourté son voyage et devait rentrer à Washington en début d’après-midi. Le président a en outre ordonné de mettre les drapeaux en berne sur tous les bâtiments officiels durant six jours.

Les environs de Denver ont déjà été frappés par une fusillade meurtrière en 1999, lors du massacre de Columbine. Deux lycéens avaient alors ouvert le feu dans une école secondaire et tué 12 élèves et un professeur.

(afp/reuters/ats/ap/Newsnet)

Créé: 20.07.2012, 14h26

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

250 Commentaires

Christian Mickael

20.07.2012, 14:30 Heures
Signaler un abus 23 Recommandation 0

Le monde va mal, très mal ! Répondre


Manuel Fernandes

20.07.2012, 15:14 Heures
Signaler un abus 17 Recommandation 0

"le crime n'est pas ne lien avec le terrorisme..." , ok. Ni en lien avec le lobby des armes qui fait en sorte qu'elle puissent être à disposition des citoyens le plus facilement possible????ah mais non, je suis bête, comme le disent souvent les plus fervents défenseurs des armes à feu dans notre pays, c'est pas le pistolet qui tue mais bel et bien l'homme.......donc, aucun problème. Répondre