ACCUEIL 23.12.2014 Mis à jour à 23h45

Il vend son rein pour un iPad et un iPhone

Chine

Un chirurgien et quatre autres personnes sont accusés d’avoir pratiqué illégalement le prélèvement d’un rein sur un adolescent désirant s'offrir des produits Apple.

Mis à jour le 10.08.2012
L'adolescent s’est ensuite acheté un iPhone et un iPad 2 avec l’argent gagné en vendant son rein.

L'adolescent s’est ensuite acheté un iPhone et un iPad 2 avec l’argent gagné en vendant son rein.
Image: Keystone

Partager & Commenter

Mots-clés

[Alt-Text]

Un chirurgien et quatre de ses complices ont comparu vendredi devant la justice chinoise, accusés d’avoir pratiqué le prélèvement et la vente d’un rein d’un adolescent qui s’est ensuite acheté un iPhone et un iPad 2 avec l’argent gagné.

Wang Shangkun, 18 ans, se trouve aujourd’hui dans un état grave, avec seulement un rein, à la suite de cette opération illégale réalisée l’an dernier, a rapporté vendredi le quotidien China Daily.

Les cinq personnes poursuivies encourent dix ans de prison pour trafic d’organe. Elles sont jugées par un tribunal de la ville de Chenzhou, dans la province centrale du Hunan. Selon le journal, qui cite l’arrêt de renvoi des accusés devant la cour, le jeune Wang était entré en contact sur l’internet avec une agence clandestine de transplantation d’organes, en affirmant qu’il était prêt à se séparer d’un rein.

Le montant de la transaction avait été fixé à 150'000 yuans (29'000 francs) plus 10'000 dollars en liquide, mais l’adolescent n’a en fait touché que 22.000 yuans (3360 francs), a indiqué le China Daily.

Les autorités chinoises ont annoncé au début du mois l’arrestation de 137 personnes, dont 18 médecins, soupçonnées d’avoir organisé un trafic d’organes dans plusieurs régions. Plus d’1,5 million de personnes sont en attente de greffe en Chine, alors que les organes sont très rares.

La majorité des opérations ayant lieu sont faites avec des organes prélevés sur les condamnés à mort ou les prisonniers après leur décès - souvent sans l’accord des familles, selon les organisations de défense des droits de l’Homme, ce que nient les autorités.

La tradition chinoise veut qu’un mort soit enterré sans mutilation, et très rares sont les Chinois qui acceptent le prélèvement d’organes lorsqu’un membre de leur famille décède. (afp/Newsnet)

Créé: 10.08.2012, 13h48

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment