ACCUEIL 25.7.2014 Mis à jour à 17h51

Revivez tous les temps forts de la soirée électorale

Présidentielle française

Tout au long de la fin d'après-midi et de la soirée, nous avons suivi en direct l'actualité et les temps fort de ce second tour de l'élection présidentielle française.

Mis à jour le 06.05.2012 368 Commentaires

1/40 L'équipe de Hollande au grand complet devant les partisans socialistes à la Bastille.

   

  • 23:16  

    Les Parisiens font la fête sur la place de la Bastille où artistes et personnalités se succèdent sur scène. En ce moment, c'est le chanteur et ancien champion de tennis Yannick Noah qui se produit. Actuellement dans l'avion qui le ramène de Tulle, François Hollande devrait arriver dans la capitale vers minuit.

  • 23:05  

    Le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy Henri Guaino a indiqué sur le plateau de France 2 qu'il n'avait pas écrit de discours de victoire pour le président sortant. A la question: «Aviez-vous effectivement écrit deux discours, un discours de victoire, un discours de défaite?», Henri Guaino, plume de Nicolas Sarkozy, a répondu «Non, non».«Quand les résultats ont commencé à paraître, nous nous sommes mis, avec le président de la République, à réfléchir à ce qu'il allait dire», a-t-il expliqué.

  • 22:54  

    Autour de la Suisse, la France voisine a voté en faveur de Nicolas Sarkozy pour ce second tour. Le président sortant est arrivé en tête dans le Haut-Rhin (son meilleur score avec 63,33%), la Haute-Savoie, le Jura, l'Ain et le Doubs. Son rival socialiste s'est, lui, imposé dans le territoire de Belfort (50,52%).
    Il y a deux semaines, lors du premier tour, le président sortant était déjà arrivé en tête dans cinq des six départements bordant la frontière suisse. François Hollande avait même été dépassé par la candidate du Front national dans le Haut-Rhin.

  • 22:53  

    La chancelière allemande Angela Merkel a appelé François Hollande pour le féliciter et l'inviter à Berlin.

  • 22:42  

    Sur Wikipedia, la page consacrée à François Hollande a déjà été sommairement mise à jour avec son élection.

  • 22:40  

    La vidéo du premier discours de François Hollande en tant que président, tout à l'heure à Tulle en Corrèze...

  • 22:35  

    Le premier ministre britannique David Cameron vient de féliciter François Bayrou par téléphone.

  • 22:19  

    Le premier sondage sur les intentions de vote des Français au premier tour des élections législatives qui se tiendront le 10 juin met le PS et l'UMP au coude à coude avec respectivement 31 et 30%.

  • 22:10  

    Selon les derniers résultats du ministère de l'Intérieur, basés sur le dépouillement de 78% des suffrages, l'écart entre François Hollande et Nicolas Sarkozy se resserre un peu: 51,1% pour le vainqueur, 48,9% pour le perdant.

  • 22:05  

    François Hollande a quitté en voiture la ville de Tulle en direction de l'aéroport de Brive-la-Gaillarde pour rallier Paris en fin de soirée.

  • 22:02  

    François Bayrou, président du MoDem qui a voté pour François Hollande, a appelé François Hollande à «construire dans l'action un esprit d'unité nationale» estimant qu'il s'agissait là de «la responsabilité la plus importante du nouveau président».

  • 21:51  

    Après avoir prononcé son discours, adressé un salut particulier à «sa» ville de Tulle, fait monter sur scène sa compagne Valérie Trierweiler et esquissé quelques pas de dans au son de l'accordéon, François Hollande tente de s'extirper de la foule pour aller prendre l'avion à Brive et rejoindre Paris où il est attendu sur la place de la Bastille.

  • 21:42  

    (Re)voir le discours de Nicolas Sarkozy après sa défaite:

  • 21:39  

    François Hollande, président élu, depuis la place de la Cathédrale à Tulle: «Tel est mon devoir. Servir les causes que j'ai portées et qui auront à être entendues ici en France, en Europe et partout dans le monde. Vive la République, et vive la France!»

  • 21:35  

    François Hollande, président élu, depuis la place de la Cathédrale à Tulle: «Ce rêve français que nous partageons tous, qui est de donner à nos enfants une vie meilleure que la nôtre. L'Europe nous regarde. Au moment où le résultat a été proclamé, je suis sûr que dans bien des pays, cela a été un soulagement, un espoir. L'idée que l'austérité n'est pas une fatalité. Il faut donner à la construction européenne une croissance. C'est ce que je dirai à nos partenaires européens et d'abord, à l'Allemagne. Nous ne sommes pas n'importe quel pays de la planète, n'importe quelle nation du monde. Nous sommes la France.» Applaudissements. «Il me reviendra de porter les aspirations de la France. Tout ce que je ferai sera au nom des valeurs de la République partout dans le monde. Le 6 mai doit être une grande date pour notre pas, un nouveau départ pour l'Europe. J'aime mon pays, j'aime les Français. Et je veux qu'entre nous, il y ait cette relation qui permet tout et qui s'appelle confiance

  • 21:33  

    François Hollande, président élu, depuis la place de la Cathédrale à Tulle: «Je demande à être jugé sur deux engagements majeurs: la jeunesse et la justice. J'ai confiance en la France, je la connais bien. J'ai pu autour de cette France-là, que j'ai visitée, mesurer les difficultés de nos concitoyens et relever tous les atouts et toutes les forces de notre pays. Je nous sais capables de surmonter les épreuves. Nous l'avons toujours fait et réussirons encore». Applaudissements.

  • 21:30  

    François Hollande, président élu, depuis la place de la Cathédrale à Tulle: «Aux électeurs qui ne m'ont pas accordé leur suffrage, qu'ils sachent que je respecte leur conviction et que je serai le président de tous. Ce soir, il n'y a pas deux France qui se font face. Il n'y a qu'une seule France réunie dnas le même destin. Chacun sera traité à égalité de droit et de devoir. Aucun enfant de la République ne sera laissé de côté, abandonné, laissé de côté, discriminé. La promesse de la réussite sera honorée pour l'accomplissement de chacun et pour son destin personnel. Trop de fractures, trop de blessures, trop de coupures ont pu séparer nos concitoyens. C'en est fini! Le premier devoir du président de la République, c'est de rassembler et d'associer chaque citoyen à l'action commune. Il faut sortir le pays de la crise, préserver notre modèle social, sortir de la dette, l'égalité entre les territoires. La priorité éducative sera notre engagement. La transition écologique, nous devons l'accomplir. La réorientation de l'Europe pour la croissance, pour l'avenir.»

  • 21:28  

    François Hollande, président élu, depuis la place de la Cathédrale à Tulle: «Je suis fier d'avoir été capable de redonner l'espoir. J'imagine ce soir leur émotion. Je la partage, je la ressens. Cette émotion doit être celle de la fierté, de la dignité, de la responsabilité. Le changement que je vous propose, commence maintenant!»

  • 21:26  

    François Hollande, président élu, depuis la place de la Cathédrale à Tulle: «Je mesure l'honneur qui m'est fait et la tâche qui m'attend. Devant vous, je servirai mon pays avec l'exemplarité qu'il faut. J'adresse un salut républicain à Nicolas Sarkozy qui a dirigé la France pendant 5 ans et qui mérite, à ce titre, tout notre respect.»

  • 21:25  

    François Hollande, président élu, depuis la place de la Cathédrale à Tulle, est ovationné par une foule en délire «On a gagné» a remplacé le «On va gagner!».

  • 21:23  

    François Hollande va donner sa première allocution présidentielle.

  • 21:18  

    Laurent Fabius, ancien ministre, socialiste: «Son premier voyage international sera pour Berlin. Ensuite, il y aura deux rendez-vous: le G8 et le défi de l'Afghanistan.»

  • 21:17  

    Laurent Fabius, ancien ministre, socialiste: «On est heureux ce soir mais on doit déjà se tourner vers le futur.[...] C'est un très beau spectacle démocratique qu'a donné la France.»

  • 21:15  

    Martine Aubry, qui aura probablement un poste ministériel dans le nouveau gouvernement: «Le parti socialiste a préparé un beau projet. C'est le travail collectif de tous qui fait la victoire de François Hollande. Ce soir, mon bonheur est complet.»

  • 21:14  

    Sur Twitter, on apprend que Valérie Trierweiler, compagne de François Hollande: «fière d'accompagner le nouveau président».

  • 21:13  

    François Hollande va s'exprimer dans quelques minutes.

  • 21:10  

    Rama Yade, ancienne secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme sous le premier gouvernement Fillon: «Je félicite François Hollande par esprit républicain. Avec François Hollande, nous aurons beaucoup de travail.» Rama Yade, qui appartient toujours à la majorité, a laissé le suspens planer sur une éventuelle participation au gouvernement socialiste.

  • 21:09  

    Alain Juppé, maire UMP de Bordeaux, ancien ministre des Affaires étrangères: «C'est une défaite dans l'honneur.» Comme Xavier Bertrand et Nadine Morano qui se sont exprimés plus tôt (voir ci-dessous notre live), Alain Juppé a estimé que dans le contexte européen, Nicolas Sarkozy s'en était plutôt pas mal tiré.

  • 21:06  

    Thomas Hollande: «Je profite de cette victoire en tant que militant. Mon père m'a dit qu'il s'était préparé à être dans cette situation. Mais qu'il n'avait pas encore réalisé

  • 21:04  

    Thomas Hollande, fils du nouveau président de la République, avec son père au téléphone, filmé en direct par France Télévisions: «Félicitations! -... -En même temps, l'important, c'était de gagner. -...- Comment tu te sens, là?-...-Ca marche!»

  • 21:01  

    Yannick Noah, ex-tennisman et chanteur français, s'apprêterait à donner un concert en l'honneur du nouveau président de la République. Il a chaleureusement salué sa victoire.

  • 21:00  

    Marine Le Pen: «Je ne veux pas construire une nouvelle droite. Je veux défendre la nation. Nous allons faire un grand rassemblement pour porter le message de la France pour le porter à l'Assemblée nationale

  • 20:58  

    Marine Le Pen, présidente du Front National: «Ce n'est ni une bonne, ni une mauvaise nouvelle. Si Nicolas Sarkozy avait eu la moindre chance d'être réélu, les membres de l'UMP l'ont tuée dans l’œuf en appelant les électeurs frontistes à voter pour lui.»

  • 20:54  

    Noëlle Chatelet, soeur de Lionel Jospin, candidat socialiste malheureux à la présidentielle de 2002: «Ca ne lave pas la peine de 2002, mais ça met un baume sur la plaie

  • 20:53  

    Nathalie Kosciusko-Morizet, porte-parole de Nicolas Sarkozy, accuse Marine Le Pen d'avoir participé à la victoire de Hollande.

  • 20:51  

    Arnaud Montebourg, porte-parole de François Hollande: «C'est un coup de tonnerre en Europe. Car le message est celui de sortir l'Europe de l'ornière.»

  • 20:48  

    Xavier Bertrand, de l'UMP: «Il faut entendre la France populaire qui n'a pas signé un chèque un blanc à François Hollande.»

  • 20:44  

    Nadine Morano, membre de l'UMP: «Ceux qui sont en face de nous vont redescendre très vite sur Terre. Les Français vont se réveiller avec la gueule de bois. Nicolas Sarkozy a été blessé qu'on ne respecte pas l'institution de la République.»

  • 20:42  

    La foule est en liesse rue de Solférino, devant le QG du Parti socialiste:

  • 20:41  

    Ségolène Royal, candidate socialiste malheureuse à la présidentielle de 2007, mère des enfants de François Hollande: «Il va tout de suite s'attaquer à la vie chère

  • 20:40  

    Manuel Valls, porte-parole de François Hollande, salue le mandat de Nicolas Sarkozy et tend la main à tous les citoyens: «Ce pays a besoin de justice».

  • 20:38  

    Arnaud Montebourg, de l'équipe de François Hollande: «C'est le désir de réconciliation nationale. Nous nous donnons la main dans une période où on a besoin de se redresser. Le message est un message de remerciement à nos électeurs et aux autres.»

  • 20:37  

    Josiane Balasko, actrice française, militante pour les sans-papiers et les mal-logés: «C'est une joie énorme».

  • 20:36  

    François Hollande devrait s'exprimer dans quelques minutes depuis Tulle.

  • 20:35  

    Henri Guaino, conseiller spécial de Nicolas Sarkozy: «Je suis triste et j'ai un sentiment d'injustice car il a fait un boulot extraordinaire et je ne suis pas sûr que les Français en aient conscience.» Henri Guaino souligne également, comme Jean-François Coppé, que les autres gouvernements européens ont été balayés avec plus de violence. La faute à la crise, dit-il en substance.

  • 20:30  

    Nicolas Sarkozy: «Une autre époque s'ouvre. Dans cette nouvelle époque, je resterai l'un des vôtres. Votre idéal, c'est l'idéal de toute ma vie. Vous pourrez compter sur moi pour les défendre. Mais après 35 ans de mandat politique, ma place ne pourra plus être la même. Depuis 10 ans, je vis les responsabilités au plus haut niveau. Après 5 ans à la tête de l'Etat, mon engagement dans la vie de mon pays sera désormais différent. Au moment où je m'apprête à redevenir un Français parmi les Français, plus que jamais, j'ai l'amour de mon pays. Jamais je ne pourrai vous rendre tout ce que vous m'avez donné. J'ai été bouleversé par ces foules. Vous ne pouviez pas me faire un plus beau cadeau. Ce soir, donnons la meilleure image de la France, qui n'a pas de haine au coeur, qui ne baisse pas la tête, d'une France ouverte, d'une France qui ne regarde pas l'autre comme un ennemi, qui sait que la vie est faite de succès et d'échecs. Soyons dignes. Soyons exactement le contraire de l'image que certains auraient voulu donner dans le cas inverse. Vous êtes la France éternelle. Je vous aime.» La foule entonne La Marseillaise à pleins poumons.

  • 20:25  

    Nicolas Sarkozy: «J'ai essayé de faire de mon mieux pour protéger la France. Je ressors de cette présidence avec un amour encore plus fort pour la France. Je veux remercier les millions de Français qui ont voté pour moi. Je n'ai pas ménagé ma peine. Je me suis engagé totalement. Vous m'avez aidé d'une manière extraordinaire. Nous avons fait une campagne inoubliable contre toutes les forces, et Dieu sait qu'elles étaient nombreuses. Mais je n'ai pas réussi. Je porte toute la responsabilité de cette défaite. Je vais vous dire pourquoi. Je me suis battu sur la valeur de la responsabilité. Et je ne suis pas un homme qui n'assume pas sa responsabilité. J'étais le chef. Et quand il y a une défaite, c'est le numéro 1 qui en porte toutes les responsabilités. »

  • 20:21  

    Nicolas Sarkozy s'exprime en direct de La Mutualité: «Le peuple français a fait son choix. J'ai beaucoup réfléchi. La France a un nouveau président de la République. C'est un choix républicain. François Hollande doit être respecté. J'ai beaucoup souffert que l'institution ne soit pas représentée. Ne donnons pas le mauvais exemple. Je ne serai jamais comme ceux qui nous ont combattus. Je viens de l'avoir au téléphone. Je lui souhaite bonne chance au milieu des épreuves. Cela sera difficile mais je souhaite de tout coeur que la France réussisse à traverser les épreuves car la France est quelque chose de beaucoup plus grand que nous. Nous devons penser exclusivement au bonheur de la France. C'est notre mission, c'est notre idéal.»

  • 20:20  

    Le cortège de Nicolas Sarkozy est arrivé sous quelques quolibets à La Mutualité.

  • 20:20  

    Jean-Pierre Raffarin, ancien premier ministre, issu de la majorité présidentielle: «Je craignais ce scénario depuis l'été 2011. Aujourd'hui, ce qui est important, est de constituer une grande force d'opposition républicaine unie, rassemblée mais diverse. Dans le passé, la gouvernance n'a pas été assez diverse. [...] Nous avons besoin d'une force d'opposition pour gagner les législatives.»

  • 20:15  

    Nadine Morano, proche de Nicolas Sarkozy: «Tous les Exécutifs de l'Union européenne ont été balayés. Nicolas Sarkozy a mieux tenu que les autres. Il a servi la France avec beaucoup de passion, c'est ce qui anime sa vie. Il a été au front. C'est lui qui a tout donné à la France.»

  • 20h12  

    Le camp de Nicolas Sarkozy est déjà dans la bataille suivante.
    Jean-François Coppé: «Les journalistes sont dans l'immédiateté. Mais les historiens diront que Nicolas Sarkozy a été un grand homme d'Etat. L'heure est à la mobilisation pour les législatives. Car ce n'est pas bien de donner tous les pouvoirs à un seul parti politique!»

  • 20:11  

    Valérie Trierweiler, compagne du nouveau président de la République : «La sensation de passer de télespectateur à acteur».

  • 19:12  

    Réaction de Benoît Hamon, porte-parole du PS, qui exprime son «très grand bonheur» à l'annonce de la victoire de François Hollande, qui «met fin à 17 ans de règne de la droite à l'Elysée».

  • 19:10  

    Harlem Désir, numéro deux du PS, a jugé dimanche qu’avec «François Hollande, c’est la République qui est de retour. Ce 6 mai, avec François Hollande, c’est la République qui est de retour. La France a refusé la dérive sarkozyste et a choisi de reprendre son destin en main. C’est la fin de l’arrogance: ce 6 mai est un jour de victoire pour tous les Républicains», a-t-il déclaré à l’AFP.

  • 19:08  

    La Sofres va jusqu’à donner 55% des voix à François Hollande. «Il ne faut pas rêver», commente-t-on toutefois au siège du Parti socialiste français.

  • 19:04  

    Comme au premier tour, l’AFP (Agence France Presse) envoie à ses abonnés les informations sur l’élection de François Hollande, leur laissant la responsabilité de les publier avant l’embargo de 20h. Voici la dépêche que vient de diffuser l’AFP: «Le socialiste François Hollande a été élu dimanche président de la République, recueillant entre 52 et 53,3% des suffrages au second tour de la présidentielle, d'après les estimations de quatre instituts de sondages. Selon les instituts CSA, TNS Sofres et Ipsos, le candidat PS a obtenu 52% des voix contre 48% à son rival UMP, le président sortant Nicolas Sarkozy. Les estimations de Harris Interactive variaient entre 52,7 et 53,3% en faveur du candidat socialiste.»

  • 19:00  

    Nouveaux chiffres confirmant, voire affinant la victoire de la gauche: entre 52,7 et 53,3% des voix pour voix pour François Hollande, selon LH2 (Louis Harris), 53,3% pour Interactive, 52% selon CSA.

  • 18:57  

    Ballet de limousines à l’Elysée: le premier ministre François Fillon, le ministre de l’Economie et des Finances François Baroin et d’autres ténors de la droite, viennent d’arriver auprès de Nicolas Sarkozy dans le palais présidentiel à Paris.

  • 18:55  

    Selon Le nouvel obs, les jeunes militants socialistes ont prévu, en cas de victoire de François Hollande, de marcher du siège du PS, rue de Solférino, à la place de la Bastille pour «la prendre d'assaut».

  • 18:50  

    Le DCRI (Renseignement intérieur) donne François Hollande vainqueur à 52,5%. Selon l’institut de sondage Ipsos, le candidat socialiste recueillerait également 52%.

  • 18:45  

    L'ancienne conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey suit les élections de nos voisins de près. Elle indique sur les ondes de la RTS,: «Je ne connais pas Hollande directement. Mais c'est un rassembleur.»

  • 18:37  

    Pierre Moscovici, directeur de campagne de François Hollande: «On ressent de l'émotion, on attend».

  • 18:35  

    Comme annoncé sur notre site il y a une quarantaine de minutes, le rassemblement de l'UMP (parti présidentiel) prévu place de la Concorde serait annulé. L'information semble se confirmer. C'est le quotidien belge Le Soir qui, après l'avoir annoncé avec des pincettes au conditionnel, le confirme.

  • 18:30  

    Le taux d'abstention au second tour est estimé à 20, 1% selon l'Institut Ipsos. Contre 16,3% en 2007.

  • 18:25  

    De plus en plus de sources confirment la victoire de François Hollande. De tous les chiffres qui circulent, aucun ne donne Sarkozy vainqueur, pas même les deux candidats au coude à coude. François Hollande l’emporterait avec un score oscillant, selon les sources, entre 52% et 55% ; ce qui place le score que ferait le socialiste au-delà de la marge d’erreur propre aux sondages.

  • 18:20  

    L'ambiance monte devant le QG du Parti Socialiste rue de Solférino ainsi que Place de la Bastille, où les militants devraient fêter la victoire le cas échéant.

  • 18:15  

    Pour les préparatifs de fête de la victoire, avantage Bastille contre Concorde. A l'approche de l'annonce des résultats à 20h, on s’agite depuis le courant de l’après-midi, place de la Bastille et à la Concorde à Paris. Mais on semble plus avancés dans le camp de François Hollande que dans celui de Nicolas Sarkozy. Les grues s'affairent à la Bastille, où le candidat socialiste doit fêter sa victoire s'il est élu, et des ouvriers édifient une grande scène. Lieu symbolique pour la gauche, c'est sur cette place qu'en 1981 les socialistes avaient fêté l'élection de François Mitterrand. A la Concorde, où Nicolas Sarkozy avait triomphé en 2007, une demi-douzaine de camions satellitaires déploient leurs câbles et positionnent leurs antennes. Mais aucun militant de l'UMP n’est visible sur la place livrée aux badauds et touristes.

  • 18:10  

    Selon l'envoyé spécial à Paris du quotidien belge Le Soir, l'UMP - le parti présidentiel- aurait annulé le rassemblement prévu ce soir place de la Concorde.

  • 18:05  

    Du côté de La Mutualité, fief sarkozyste, les militants affluent également mais ne scandent que «timidement» selon des tweets envoyés sur place: «Hollande en Corrèze, Sarkozy à l'Elysée!».

  • 18:00  

    D'après plusieurs correspondants à Paris, les militants socialistes commencent à se masser devant le QG du Parti Socialiste en vue de fêter la victoire escomptée.

  • 17:50  

    De nombreux bureaux de vote vandalisés durant la nuit à Marseille, murés pour être rendus inutilisables, ont pu ouvrir normalement toute la journée grâce à l'intervention rapide des services spécialisés dès 3 heures du matin, nous raconte BFM TV.

  • 17:40  

    De nouveaux chiffres circulant depuis quelques minutes mais devant toujours être considérés avec prudence confirment une victoire de François Hollande avec 53% des voix, voire 54.

  • 17:30  

    Un sondage Ifop-Fiducial pour Europe 1, Paris Match, et Public Sénat estime que le taux de participation final à 20h sera de 81, 5%. Il était de 85,31% en 2007.

  • 17:25  

    Les préparatifs de la soirée électorale sur France Télévisions

  • 17:20  

    On connaît le programme de la soirée des deux candidats. François Hollande devrait s'exprimer depuis son fief de Corrèze, à Tulle, puis, s'il est élu, aller à Paris fêter sa victoire à la Bastille. Tandis que Nicolas Sarkozy, après avoir passé le week-end en famille, a prévu un rassemblement à la Concorde.

  • 17:15  

    Les premiers chiffres qui circulent maintenant depuis quelques heures déjà (François Hollande vainqueur à 53%) sont à prendre avec des pincettes. Les premiers sondages «sortie des urnes» ne sont disponibles en principe qu'après 18h.

  • 17:00  

    Le taux de participation à 17h est tombé: 71,96%, selon le ministère de l'Intérieur. Ce chiffre est légèrement supérieur à celui du premier tour à la même heure (70,59%). Le taux final de participation avait été de 83,97% au second tour de 2007, et de 79,48% le 22 avril.

  • 16:52  

    Sur Twitter, les Twittos se déchaînent à l'enseigne de #RadioLondres, s'amusant à coder les informations qui sont interdites de publication en France. Exemple: «Poulet sorti du four avant la fin de la cuisson. Température de la cuisse gauche: 52,6. Côté droite, les carottes sont cuites.»

  • 16:12  

    De nombreux électeurs corses voulant revenir du continent sur l'île pour voter au second tour de la présidentielle en ont été empêchés. Une grève des marins CGT de la SNCM et de La Méridionale pour réclamer l'application des mêmes lois sociales par toutes les compagnies assurant les liaisons Corse-continent a été reconduite dimanche.

  • 13:00  

    Selon quelques instituts de sondage, le candidat socialiste François Hollande obtiendrait entre 52,5 et 53% des voix face au président sortant Nicolas Sarkozy.

  • 12:00  

    A midi, le taux de participation au vote est plus élevé qu'au premier tour du 22 avril: 30,66% contre 28,29%, ce qui laisse entrevoir un taux de participation supérieur à 80% pour l'ensemble de la journée. Par contre, c’est un peu moins bien qu’en 2007 où 34,11% des électeurs avaient fait leur devoir à la même heure.

  • 11:00  

    Les résultats d’outre-mer sont tombés. François Hollande arrive en tête presque partout: en Guadeloupe (71,93%), à Saint-Pierre-et-Miquelon (65,31%), en Martinique (68,46%), en Guyane (62%) et à Saint-Martin (51,5%). Il n’y a qu’à Saint-Barthélemy où Nicolas Sarkozy l’emporte (82,7%).

Créé: 06.05.2012, 17h09

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

368 Commentaires

Céline Larsen

06.05.2012, 18:18 Heures
Signaler un abus 41 Recommandation 0

On va connaître une des ces crises s'il devient Président, je préfère même pas y penser. Répondre


joe zbinden

06.05.2012, 18:12 Heures
Signaler un abus 33 Recommandation 0

Les français prennent conscience que 17 ans de Droite ne mènent nulle part. Répondre



Sondage

La série noire aérienne actuelle accroît-elle votre peur de prendre l'avion?