ACCUEIL 26.5.2016 Mis à jour à 18h17

«Israël a le droit de se défendre»

Interview

L’Ambassadeur d’Israël en Suisse, M. Yigal Caspi, explique les raisons de la riposte décidée par son gouvernement, la nécessité de protéger ses citoyens et déplore que l’information diffusée dans les médias ne reflète pas la réalité.

Par Marion Clément. Mis à jour le 11.07.2014
M.Yigal Caspi, Ambassadeur d'Israël à Berne.

M.Yigal Caspi, Ambassadeur d'Israël à Berne.
Image: DR

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Pensez-vous qu’ici, l’opinion publique a une juste idée des événements?

(Yigal Caspi): C’est très difficile à expliquer à des gens en Europe, où règne le calme. En Israël, il y a les sirènes incessantes, les roquettes, la peur. Il faut toujours courir pour trouver des abris, ça terrorise la population. On ne peut pas vivre normalement, on ne peut pas laisser un enfant seul.

La riposte aérienne sur Gaza a-t-elle un lien avec le rapt puis le meurtre des trois adolescents israéliens?

Non, aucun lien. Nous savons que le Hamas était derrière l’enlèvement de nos enfants. On a fait pression sur les militants pour qu’ils nous disent où ils les retenaient. C’est alors que le Hamas a intensifié ses tirs de roquettes de Gaza. C’est le Hamas qui a commencé. Bien avant qu’on retrouve les corps des ados.

Quelque 450 roquettes ont été tirées de Gaza du 1er janvier au 30 juin. Pourquoi riposter maintenant?

Il y a relativement peu de dégâts en Israël grâce au «Iron Dome» («Dôme d’Acier»), notre système anti-missiles performant. On a donc décidé d’ignorer ces attaques pour ne pas aggraver la situation. Mais le Hamas a intensifié ses tirs, qui atteignent les grandes villes. Les terroristes veulent montrer à leur population qu’ils ont des munitions à «consommer» et qu’ils combattront toujours Israël.

Roquettes et missiles, c’est pareil?

Leur portée peut différer mais ce sont des engins de mort. En visant les citoyens israéliens, ils veulent les effrayer, les faire souffrir.

Est-il vrai que vous avertissez la population civile de Gaza avant tout raid aérien?

Oui. Chaque fois qu’on vise un bâtiment où nous pensons que sont déposées des munitions, on avertit les habitants. Parfois en téléphonant, sinon en envoyant une petite roquette sonore, inoffensive. Ils savent que c’est un signal et qu’ils ont quelques minutes pour se mettre à l’abri.

Le Hamas cache-t-il vraiment ses munitions et ses lance-roquettes parmi les civils?

Ils cachent leurs stocks d’armes et leurs lance-roquettes dans les hôpitaux, dans les écoles, sous les mosquées. Seuls des terroristes peuvent agir ainsi et se servir de leur population comme bouclier humain.

Des sites israéliens prétendent que certaines images proviennent d'autres conflits, parfois de Syrie. Est-ce vrai?

Absolument. Beaucoup de photos ne proviennent pas de Gaza mais de Syrie, d’Irak ou d’ailleurs et sont antidatées.

Les agences de presse parlent d’«activistes» du Hamas et de «combattants», alors que vous dites «terroristes». Distorsion de vocabulaire?

Ce sont des terroristes! C’est regrettable de ne pas utiliser les mots justes. Ils attaquent des civils israéliens et mettent en danger leur propre population. Ce sont des terroristes!

Lors de l’enlèvement des trois jeunes Israéliens, des milliers de Palestiniens ont fêté ce rapt?

Dans des cas pareils on doit être humain. Et lorsqu’on enlève trois enfants, celui qui applaudit n’est pas humain. Celui qui applaudit à l’assassinat d’innocents n’est pas humain. En Israël, beaucoup ont fêté ce drame… Ce n’est pas acceptable; ça n’aide pas à un compromis entre juifs et palestiniens.

Croyez-vous que la Suisse peut entendre qu’Israël a le droit de se défendre?

Pour le moment, l’opinion publique comprend que nous devons nous défendre. (Le Matin)

Créé: 11.07.2014, 18h57

Publicité

Sondage

Les salaires à plus d'un million des grands patrons sont-ils justifiés?




Sondage

Irez-vous voir les films primés au dernier Festival de Cannes?