ACCUEIL 29.8.2014 Mis à jour à 21h55

Le Japon renoue avec le nucléaire aujourd'hui

Énergie

Le réacteur 3 de la centrale d’Ohi devait être relancé dimanche malgré l’opposition de citoyens traumatisés par le désastre atomique de Fukushima en mars 2011.

Mis à jour le 01.07.2012 1 Commentaire
La municipalité d’Ohi, la préfecture et le gouvernement central ont jugé que les réacteurs pouvaient être remis en exploitation.

La municipalité d’Ohi, la préfecture et le gouvernement central ont jugé que les réacteurs pouvaient être remis en exploitation.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

En dépit d’une opinion publique très divisée, la compagnie régionale d’électricité Kansai Electric Power avait reçu le 16 juin l’aval des autorités locales et du Premier ministre pour remettre en service les réacteurs 3 et 4 d’Ohi (ou Oi). Elle avait immédiatement commencé les préparatifs.

La municipalité d’Ohi, la préfecture de Fukui (province où se trouve le réacteur) et le gouvernement central ont jugé que ces réacteurs pouvaient être remis en exploitation en toute sécurité sur la foi de tests de résistance validés par les instances de contrôle, même si des sismologues ont lancé des mises en garde et que les travaux de renforcement contre les séismes et tsunamis ne seront achevés que dans trois ans.

Source d’énergie cruciale

"Ma responsabilité est de protéger les citoyens", a reconnu le Premier ministre, Yoshiko Noda, promettant de "tout faire pour qu’un accident tel que celui de Fukushima ne se reproduise pas", même en cas de nouvelle catastrophe naturelle. Mais il a simultanément insisté sur le fait que "l’énergie nucléaire est une source d’électricité cruciale".

Kansai Electric Power, qui totalise 11 réacteurs, tous arrêtés, estime que la relance des tranches 3 et 4 d’Ohi lui permettra de ramener le déficit de production à moins de 10%, contre près de 15% sans eux, au moment des pics estivaux.

La décision finale a de fait été prise en fonction de considérations essentiellement économiques, l’absence d’énergie nucléaire obligeant à des restrictions de consommation jugées pénalisantes pour les entreprises.

Sans compter que la nécessité d’importer davantage de pétrole et de gaz naturel pour faire carburer à plein régime les centrales thermiques réduit l’indépendance énergétique de l’archipel et gonfle la facture d’achat de marchandises à l’étranger, engendrant de colossaux déficits commerciaux. "Je voudrais que disparaisse un gouvernement qui place l’économie devant la sécurité des citoyens", s’est agacé à maintes reprises l’écrivain et journaliste Satoshi Kamata, meneur de l’opposition à l’usage de l’atome.

Première relance depuis Fukushima

La réactivation du réacteur 3 d’Ohi aura effectivement lieu dimanche vers 21h (12h GMT), et il devrait commencer à produire de l’électricité dans quelques jours puis atteindre sa pleine puissance début août.

Il s’agit du premier cas de relance réelle d’un réacteur au Japon depuis l’accident de Fukushima provoqué par le tremblement de terre et le raz-de-marée qui ont ravagé le littoral du nord-est le 11 mars 2011.

Par la suite, l’ensemble des 50 réacteurs nucléaires de l’archipel ont été maintenus à l’arrêt et seules les unités 3 et 4 d’Ohi ont pour le moment été autorisées à reprendre du service après avoir franchi les examens techniques et obstacles politiques.

Une unité à Tomari (nord) avait certes gagné en août dernier le droit de repasser en mode d’exploitation commerciale, mais il ne s’agissait pas d’un redémarrage à proprement parler. Tomari 3 était alors en phase de test, prolongé plusieurs mois à cause du désastre nucléaire. Unique réacteur encore en service début mai, il a de nouveau été arrêté le 5 du même mois pour maintenance.

2 mois sans nucléaire

La remise en exploitation du réacteur 3 d’Ohi, en attendant le 4 dans quelques jours, met ainsi fin à près de deux mois d’absence totale d’énergie nucléaire au Japon, une situation que nombre de citoyens auraient voulu prolonger indéfiniment.

Outre une pétition qui a recueilli pour l’heure plus de 7,5 millions de signatures, ces deux derniers vendredis des dizaines de milliers de Japonais ont manifesté leur opposition aux centrales nucléaires en se rassemblant devant la résidence du Premier ministre à Tokyo. "Je suis mère d’un jeune enfant et enceinte du deuxième, je voudrais qu’ils puissent grandir dans un environnement sûr", témoignait vendredi une des manifestantes.

Depuis trois jours, aux mêmes cris de "saikado hantai !" ("non au redémarrage !"), des centaines d’opposants farouches bloquent l’accès à la centrale d’Ohi pour tenter d’empêcher la remise en service, soutenus par divers rassemblements ailleurs dans l’archipel.

Créé: 01.07.2012, 10h46

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

1 Commentaire

Pierre Martin

01.07.2012, 19:39 Heures
Signaler un abus 9 Recommandation 0

Patience ! Compte tenu du manque de fiabilité actuelle des centrales nucléaires face aux imprévus, il est fort probable qu'une région déjà touchée par un grave accident nucléaire se trouve à nouveau touchée par une catastrophe. Ce sera alors le coup de grâce pour cette technologie dont l'opinion publique ne veut déjà plus, mais que certains technocrates s'acharnent encore à nous imposer. Répondre



Sondage

La Suisse doit-elle soutenir la candidature de Sepp Blatter à la présidence de la FIFA?



Sondage

Certaines compagnies aériennes continuent à sillonner le ciel de pays en guerre, est-ce raisonnable?



Super héros, Louis Vuitton, fleuri, à poids... Les meilleurs du web!