Dimanche 4 décembre 2016 | Dernière mise à jour 08:55

Prière punk anti-Poutine La justice promet un procès public aux Pussy Riot

Un tribunal de Moscou a annoncé lundi qu'il retransmettrait en direct le procès des Pussy Riot. Ces trois jeunes femmes sont détenues depuis mars pour avoir chanté une «prière punk» anti-Poutine.

Les trois jeunes femmes sont poursuivies pour avoir improvisé le 21 février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» intitulée «Marie mère de Dieu - chasse Poutine!» à l'intérieur de la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou.

Les trois jeunes femmes sont poursuivies pour avoir improvisé le 21 février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» intitulée «Marie mère de Dieu - chasse Poutine!» à l'intérieur de la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«La prochaine audience aura lieu le 30 juillet», et la suite du procès sera ouverte au public et retransmise en direct sur le site du tribunal, a déclaré aux journalistes la porte-parole du tribunal, Marina Liakh, à l'issue d'une audience sous haute protection policière.

Nadejda Tolokonnikova, 22 ans, Ekaterina Samoutsevitch, 29 ans, et Maria Alekhina, 24 ans, sont accusées d'avoir «insulté» et «infligé des blessures morales profondes à des chrétiens orthodoxes» et encourent sept ans de prison pour «hooliganisme».

Le tribunal, qui a ordonné vendredi le maintien en détention des trois prévenues jusqu'en janvier 2013, a par ailleurs rejeté sans surprise la requête des avocats de la défense de faire citer comme témoin le président russe Vladimir Poutine et le patriarche de Moscou et de toutes les Russies, Kirill, a ajouté la porte-parole.

Les avocats, qui qualifient le procès de «théâtre de l'absurde», n'étaient guère optimistes sur les chances de voir leurs requêtes aboutir.

«Je ne m'attends à rien de bien», avait ainsi écrit lundi matin sur Twitter l'un des avocats, Mark Feïguin, peu avant le début de l'audience.

Sympathisants arrêtés

Deux sympathisants des Pussy Riot ont été interpellés lundi aux abords du tribunal Khamonvitcheski de Moscou, où des dizaines de policiers étaient déployés et la rue était bloquée par des barrières métalliques, selon un journaliste.

Au total, une douzaine de sympathisants se sont réunis aux abords du tribunal pour témoigner de leur soutien aux prévenues.

Parallèlement, quelques militants orthodoxes sont venus exiger une punition sévère pour les membres des Pussy Riot, en brandissant des pancartes avec le slogan «Pour la morale».

Les trois jeunes femmes sont poursuivies pour avoir improvisé le 21 février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une «prière punk» intitulée «Marie mère de Dieu - chasse Poutine!» à l'intérieur de la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou.

Cette prière anti-Poutine a suscité de nombreuses réactions de désapprobation, dans un pays qui a connu depuis la chute du régime soviétique en 1991 un renouveau religieux.

Soutien des Red Hot Chili Peppers

Mais de nombreuses personnalités russes, y compris des personnalités revendiquant leur appartenance à la communauté orthodoxe, ont pris la défense des trois prévenues, jugeant disproportionnés les poursuites et leur maintien en détention.

Elles ont aussi reçu le soutien ce week-end du groupe de rock américain Red Hot Chili Peppers, dont le leader Anthony Kiedis, est monté sur scène lors de concerts à Saint-Pétersbourg puis à Moscou vêtu d'un tee-shirt barré de l'inscription «Pussy Riot».

Le bassiste de ce groupe, Michael Balzary, a écrit aux trois jeunes femmes en disant qu'il «saluait leur courage et priait pour leur libération», selon le quotidien en ligne gazeta.ru.

Début juillet, d'autres membres du groupe Pussy Riot étaient montés sur scène lors du concert à Moscou d'un autre groupe de rock américain, Faith No More, pour interpréter une chanson appelant à «une révolte en Russie». (afp/nxp)

(Créé: 23.07.2012, 12h49)

Sondage

Avec le retrait de François Hollande, la gauche peut-elle conserver la présidence de la France?



Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.