ACCUEIL 3.9.2014 Mis à jour à 02h40

Manifestation aux cris de «voleurs» devant Bankia

Madrid

Tapant pour certains sur des tambours et des casseroles, des milliers de personnes ont manifesté samedi devant le siège de Bankia, fustigeant le sauvetage public de la banque.

Mis à jour le 16.06.2012 11 Commentaires
Avant de manifester devant Bankia, les Indignés ont défilé pendant deux heures.

Avant de manifester devant Bankia, les Indignés ont défilé pendant deux heures.
Image: AFP

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

Ils avaient auparavant défilé pendant deux heures, à l'appel de plus plusieurs groupes du mouvement des «indignés», né en mai 2011 de l'exaspération à l'égard de  la crise, pour dénoncer la corruption et l'incapacité des politiques à en sortir.

Sur le chemin, ils ont collé des affiches sur chaque succursale de Bankia où on pouvait lire: «Cette banque trompe, escroque, et jette les gens à la rue», faisant allusion aux expulsions en série de propriétaires ne pouvant plus payer leur crédit et aux «produits toxiques» vendus par la banque.

«Coupables ! Coupables ! Voleurs ! Voleurs !», hurlaient les manifestants devant le siège de la banque, quadrillé par une haie de policiers antiémeute portant des gilets pare-balles et qui ont troqué leur casquette pour un casque à l'arrivée du cortège, a constaté une journaliste de l'AFP.

Cornes de burme

«Votre dette, nous ne la paierons pas», «nous voulons une solution, les banquiers en prison», criaient-ils encore à grand renfort de cornes de brume, de sifflets, en tapant sur des casseroles et des tambours.

«On a commencé à sortir les casseroles lorsque la prime de risque a dépassé les 500 points», raconte Alejandra Pinel, une étudiante en droit de 25 ans, qui fait allusion à la montée en flèche des taux d'emprunt qui met l'Espagne en position très difficile pour se financer sur les marchés.

Une allusion également au «coralito» argentin, lorsque des milliers de gens manifestaient en tapant sur des casseroles en 2001 face aux mesures bancaires draconiennes en pleine débâcle économique.

Du privé au public

Tous dénoncent le sauvetage public de 23,5 milliards d'euros de Bankia et le plan d'aide européen atteignant jusqu'à 100 milliards d'euros destiné au secteur bancaire espagnol. «Sauvetage bancaire = vol des citoyens», pouvait-on lire sur une banderole.

«Car ils veulent convertir la dette privée des banques en une dette publique. C'est une escroquerie», s'emporte Oscar, un chômeur de 46 ans.

Les «indignés» ont porté plainte jeudi contre Bankia, exigeant, comme d'autres organisations de la société civile, des comptes sur le scandale bancaire qui a plongé le pays dans une crise financière historique.

(afp/Newsnet)

Créé: 16.06.2012, 22h57

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

11 Commentaires

Djémal Alatait

17.06.2012, 15:12 Heures
Signaler un abus 3 Recommandation 0

Les bon suisses-moutons et leur masochiste pro-bancaire!!! Quand les banksters vous aurons essoré à votre tour, que ferez-vous pour perpétuer votre adulation des riches? Vous leur offrirez un rein ou un poumon (en payant l'ablation de votre poche bien sûr...!) pour qu'ils continuent de s'enrichir sur votre dos au sens propre après s'être enrichi au sens figuré??? Répondre


Réf Léchir

17.06.2012, 18:56 Heures
Signaler un abus 3 Recommandation 0

Vous voulez laisser les banques faire faillite ? Très bien, prenons le courage de changer de système ... Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne



Rubriques: Suisse · Monde · Sports · Faits divers · People · Loisirs · Société · Economie · Auto-Moto · High-Tech · Santé
Outils: Recherche · RSS · Mobile · Météo
Le Matin: Contacts · Publicité · Annonce · Services clients · Conditions générales · Cercle de lecteurs · Charte des commentaires · Impressum