Vendredi 26 mai 2017 | Dernière mise à jour 13:01

Champs-Elysées Attentat: Un message lié à «Daech» retrouvé

Selon des proches de l'enquête, un mot manuscrit reliant le tueur de Paris à l'Etat islamique a été retrouvé près du corps.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un message manuscrit prenant la défense de «Daech», l'organisation djihadiste Etat islamique (EI), a été retrouvé près du corps de l'assaillant qui a tué un policier jeudi soir sur les Champs-Elysées à Paris, a-t-on appris vendredi de source proche de l'enquête.

L'homme avait ensuite été abattu.

Un Coran a également été retrouvé dans le véhicule de l'attaquant, un Français de 39 ans qui a pris pour cible les policiers, ont indiqué des sources proches de l'enquête. La fusillade jeudi soir, à trois jours du premier tour de l'élection présidentielle, a été revendiquée par l'EI.

Elle a coûté la vie à un policier. Deux autres ont été blessés, ainsi qu'une touriste. Il n'était cependant pas connu comme islamiste radicalisé.

Perdu la raison

«Ici, tout le monde le connaît, c'est quelqu'un qui a perdu la raison, de psychologiquement vraiment atteint», confie sous anonymat un habitant de son quartier calme et pavillonnaire de Chelles, une ville de la banlieue nord-est de Paris, qui dit le connaître depuis plus de 20 ans. «Ses actes, ses réactions, sa façon de marcher, son attitude étaient en décalage, comme s'il venait de Mars», poursuit-il. «Il a un grain», confirme Salim, qui se présente comme un ami d'un de ses cousins, et assure l'avoir vu pour la dernière fois «il y a deux ou trois semaines».

Homme sans profession

Né le 31 décembre 1977 à Livry-Gargan, autre commune de la banlieue nord-est de Paris, l'assaillant avait été arrêté le 23 février par la police, soupçonné de vouloir tuer des policiers. Mais il avait été relâché le lendemain à l'issue de sa garde à vue, faute d'éléments, selon des sources proches de l'enquête. Depuis mars, il était visé par une enquête antiterroriste, selon une de ces sources. Cet homme sans profession connue avait déjà eu affaire plusieurs fois à la justice, pour des faits de vols avec violence puis trois tentatives d'homicide.

Pas de signe de radicalisation

En février 2005, il avait été condamné à 15 ans de réclusion pour avoir tenté de tuer un élève gardien de la paix portant un brassard de police ainsi que le frère de celui-ci. Les faits remontaient à 2001: circulant au volant d'une voiture volée, il avait pris la fuite après avoir percuté un autre véhicule.

Armé d'un revolver, il avait grièvement blessé les deux frères qui tentaient de le rattraper. Deux jours plus tard, il avait tenté de tuer un autre policier dont il s'était saisi de l'arme durant sa garde à vue. Sorti de prison en juillet 2013, il sera de nouveau condamné en 2014 pour vol aggravé à quatre ans de prison dont deux ans de sursis avec mise à l'épreuve. Il sortira finalement en 2015, en liberté conditionnelle. Selon une source proche de l'enquête, il n'avait pas présenté de signes de radicalisation en détention.

Revendication de l'EI en question

«Il était marqué par la prison mais pas marqué par la religion ou autre», estime Mohammed, 21 ans, qui vit dans un immeuble proche du pavillon où l'assaillant vivait chez sa mère. «Il avait une haine de la justice et de la police (...), il a peut-être pété un plomb en sortant de prison». Après sa libération conditionnelle, il n'avait pas particulièrement fait parler de lui. «On avait des petits dossiers sur lui mais rien de transcendant. Depuis sa sortie de prison, il avait réussi à se faire un peu oublier», indique une source policière. Son attaque sur les Champs-Elysées a été revendiquée par le groupe djihadiste Etat islamique (EI), mais cette revendication pose question puisque l'organisation donne le nom de guerre d'un djihadiste belge nommé comme «Abu Yussef le Belge».

«Haine contre la police»

Dans son voisinage, l'assaillant n'est pas décrit comme un homme radicalisé ayant pu graviter dans la nébuleuse salafiste djihadiste. «Vous lui disiez 'Daech' (acronyme arabe de l'EI), je suis sûr qu'il ne savait même pas ce que c'était», balaye Salim. «Il ne savait même pas se servir d'une télécommande, alors aller sur internet et contacter 'Daech', j'imagine pas!», développe-t-il. Abdel, un autre voisin de 23 ans, abonde: «Il avait une haine contre la police, contre la France. Il était marqué par la prison. Mais Daech, c'est n'importe quoi».

Jamais vu à la mosquée

Un papier portant un message manuscrit prenant la défense de Daech a pourtant été retrouvé près du corps de l'assaillant, a appris l'AFP vendredi de source proche de l'enquête. Et un Coran a également été retrouvé dans son véhicule, selon des sources proches de l'enquête. A Chelles, l'homme n'était cependant pas connu comme ayant une quelconque pratique musulmane communautaire. «Je vais souvent à la mosquée, je ne l'y ai jamais vu», dit Salim. Même constat chez un autre riverain, qui décrit un homme «absolument pas religieux». (afp/nxp)

Créé: 21.04.2017, 13h03


Sondage

Aimeriez-vous travailler à temps partiel?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters