ACCUEIL 25.6.2016 Mis à jour à 05h17

L'Opéra de Munich se penche sur son passé nazi

Histoire

L'Opéra de Munich, dans le sud de l'Allemagne, a annoncé mardi qu'il faisait effectuer des recherches sur son passé pendant la période nazie et les années d'après-Guerre.

Mis à jour le 08.10.2013 8 Commentaires
Opéra de Munich.

Opéra de Munich.
Image: AFP

Partager & Commenter

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Des historiens de l'université de Munich se sont penchés sur le passé trouble de l'Opéra de Munich.

«Le projet, qui a commencé au printemps, doit durer deux ans», a précisé le directeur du Bayerische Staatsoper, l'Autrichien Nikolaus Bachler, joint au téléphone par l'AFP.

Selon lui, il s'agit non seulement de savoir ce qui s'est passé sous le troisième Reich, mais aussi, au-delà, de savoir «qui a continué à travailler sans problème à l'Opéra après 1945 en dépit de ses liens avec les nazis».

L'Opéra de Munich emboîte ainsi le pas au prestigieux Orchestre philharmonique de Vienne, qui avait ouvert une enquête sur les heures sombres de son passé. Au terme de ce travail, il avait dû admettre au printemps dernier avoir été dirigé de 1954 à 1968 par un ancien nazi, membre de la SS, la troupe d'élite du dictateur Adolf Hitler, et collaborateur de la Gestapo, la police politique sous le IIIe Reich.

Musiciens de l'opéra concernés

«En novembre seront présentés les premiers résultats de l'équipe de recherche. Ce que je peux déjà dire, c'est qu'il n'y a pas eu de travail forcé, ni d'actions d'épuration de façon généralisée au Bayerische Staatsoper, même si je ne peux exclure des cas isolés», a déclaré Nikolaus Bachler.

Il n'était pas en mesure dans l'immédiat de dire combien de musiciens de l'opéra munichois avaient été membres du parti nazi NSDAP. Au sein de l'Orchestre philharmonique de Vienne, la proportion de membres du NSDAP - 60 musiciens sur un total de 123 - était très supérieure à la moyenne au sein de la population (environ 10%). Cette proportion était de 20% au sein de l'Orchestre philharmonique de Berlin.

Parmi les documents que les historiens de l'Université de Munich vont éplucher avec attention, les dossiers personnels de trois anciens membres de la direction de l'Opéra : le chef d'orchestre autrichien Clemens Krauss (qui fut interdit d'estrade deux ans après la guerre pour sa collaboration avec les nazis), son ami, le compositeur allemand Richard Strauss, ainsi que le metteur en scène allemand Rudolf Hartmann. (afp/nxp)

Créé: 08.10.2013, 19h16

8

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

8 Commentaires

herrmann claude

09.10.2013, 16:42 Heures

Bayreuth c est prévu pour quand???? Répondre


Georges Alexandre

09.10.2013, 09:06 Heures

On connait parfaitement le passé de Richard Strauss et de Clemens Krauss. Si le premier a manifesté une grande dose d'inconscience et n'a jamais manifesté le moindre antisémitisme, le second a utilisé ses liens avec les dignitaires nazis pour consolider sa carrière. Mais tous deux restent d'abord d'immenses musiciens. Répondre



Sondage

La Grande-Bretagne a-t-elle raison de sortir de l'Union européenne?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne