Mardi 27 septembre 2016 | Dernière mise à jour 12:09

Russie Poutine soutient la décision de condamner les Pussy Riot

Le président russe Vladimir Poutine a jugé dimanche que la décision d'un tribunal de condamner à deux ans de camp les Pussy Riot, après une "prière" à son encontre dans une cathédrale de Moscou, était "correcte".

Pussy Riot

Pussy Riot Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

"En fait, il est correct qu'elles aient été arrêtées et il est correct que le tribunal ait pris une telle décision. Car il ne faut pas saper les fondements de la morale, détruire le pays. Que nous reste-t-il sinon ?", a-t-il déclaré dans une émission de la chaîne de télévision NTV, qui a déjà été diffusée en Extrême-Orient russe et dont des extraits ont été rendus publics par les agences de presse russes.

L'émission devait être diffusée dimanche soir à Moscou.

Nadejda Tolokonnikova, 22 ans, Ekaterina Samoutsevitch, 30 ans, et Maria Alekhina, 24 ans, ont été condamnées le 17 août à deux ans de camp chacune pour "hooliganisme" et "incitation à la haine religieuse", pour avoir chanté en février "Vierge Marie, délivre-nous de Poutine" devant l'autel de la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou.

Leur procès en appel, qui devait avoir lieu en début de semaine, a été repoussé au 10 octobre.

En août, Vladimir Poutine avait déclaré qu'il n'était pas favorable à un châtiment sévère pour ces trois jeunes femmes. Mais en septembre, à la suite de leur condamnation, il avait ajouté que l'Etat avait "l'obligation de protéger les sentiments des croyants", estimant que les Pussy Riot s'étaient livrées à un "sabbat" dans l'église.

Condamnation vivement critiquée

Cette affaire a eu un retentissement international. Leur condamnation a été vivement critiquée à l'étranger où elle a été qualifiée de "disproportionnée".

Dans l'interview accordée à NTV, le président russe a cependant tenu à préciser qu'il n'avait rien à voir avec cette condamnation.

"Je n'ai rien à voir avec cela. Elles le voulaient et elles l'ont eu", a-t-il déclaré.

"Ma première réaction avait été de demander aux croyants de leur pardonner, je pensais que cela s'arrêterait là", a dit Vladimir Poutine. Mais l'affaire "est passée au tribunal, et elles ont écopé de 'deux petites années'", a-t-il renchéri, employant un langage familier.

"Deux petites années par ci, cinq petites années par là", a immédiatement ironisé sur son compte Twitter l'avocat et blogueur Alexeï Navalny, un des principaux opposants à Vladimir Poutine.

Huit ans de camp

"Micha a eu huit petites années", a ajouté cette figure de l'opposition, faisant allusion à l'ex-magnat du pétrole russe emprisonné Mikhaïl Khodorkovski.

L'ex-dirigeant du géant pétrolier russe Ioukos, détenu depuis 2003, avait été condamné en 2005 pour escroquerie à grande échelle à huit ans de camp.

Cette peine a été portée à 14 ans en décembre 2010 à l'issue d'un second procès pour vol de pétrole, un total ensuite réduit d'un an en appel, prolongeant ainsi la détention jusqu'en 2016.

Les poursuites contre Mikhaïl Khodorkovski sont considérées par nombre d'observateurs comme un règlement de comptes orchestré par Vladimir Poutine qui voulait se défaire d'un détracteur riche et puissant. (afp/nxp)

(Créé: 07.10.2012, 17h31)

Sondage

La retraite à 67 ans est-elle envisageable?





Sondage

Que pensez-vous des places de cinéma numérotées comme au théâtre?





Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?




Sondage

Vous sentez-vous floué par les mesures eurocompatibles du Conseil national sur l'immigration?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.