ACCUEIL 31.5.2016 Mis à jour à 23h10

Trump lève le voile sur sa politique étrangère

Présidentielle américaine

Le candidat républicain à la Maison Blanche a dévoilé lundi une partie de ses conseillers diplomatiques.

Mis à jour le 22.03.2016 3 Commentaires
Le magnat de l'immobilier s'est entouré de cinq experts pilotés par le sénateur républicain de l'Alabama Jeff Sessions.

Le magnat de l'immobilier s'est entouré de cinq experts pilotés par le sénateur républicain de l'Alabama Jeff Sessions.
Image: Keystone

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le favori des primaires républicaines aux Etats-Unis Donald Trump a levé le voile sur ses conseillers diplomatiques et sur la politique étrangère isolationniste qu'il conduirait s'il était élu président, après des semaines d'atermoiements et d'outrances sur le sujet. Jusqu'à cet entretien fleuve accordé lundi au Washington Post, le tonitruant milliardaire n'avait de son propre aveu pas de sherpas en matière de diplomatie, sans que cela ne le dissuade de multiplier les envolées provocatrices sur sa vision du monde et sur ce qu'il ferait s'il entrait à la Maison Blanche le 20 janvier 2017.

Auprès du journal américain, qui a qualifié Donald Trump d'éventuel président «non interventionniste», le magnat de l'immobilier a confié être entouré de cinq experts pilotés par le sénateur républicain de l'Alabama Jeff Sessions. C'est l'un des rares noms que Donald Trump citait ces dernières semaines quand on lui demandait d'en dire plus sur les cerveaux de politique étrangère censés le conseiller.

Il a ajouté lundi celui de «Walid Phares, que vous connaissez probablement, titulaire d'une thèse, conseiller auprès de la Chambre des représentants et expert en antiterrorisme». Donald Trump s'appuie également sur «Carter Page et George Papadopoulos, un type excellent, consultant en énergie et pétrole», sur «Joe Schmitz (ex) inspecteur général au ministère de la Défense» et sur «le général Keith Kellogg», un officier à la retraite qui s'était fait vaguement connaître au début de l'occupation américaine de l'Irak en 2003.

Conservateurs

Outre le fait que ces responsables sont d'illustres inconnus dans les allées du pouvoir à Washington, et encore plus du grand public, le Washington Post les classe tous dans la mouvance conservatrice.

Walid Phares est un chercheur d'origine libanaise que des médias spécialisés ont lié à la faction chrétienne durant la guerre civile au Liban. Joe Schmitz a travaillé sous l'administration du président républicain George W. Bush (2001-2009), avant de servir la société de sécurité privée Blackwater, à la réputation sulfureuse durant la guerre en Irak. Carter Page et George Papadopoulos affichent des pédigrées dans les secteurs de l'énergie et du pétrole et conseillaient l'ex-candidat républicain Ben Carson.

Il y a deux semaines, Donald Trump avait concédé n'avoir «pas encore d'équipe» de politique étrangère.

Emporte-pièce

Mais le favori pour l'investiture républicaine à la présidentielle du 8 novembre enchaîne depuis des mois les déclarations à l'emporte-pièce: promesse de faire construire un mur à la frontière mexicaine, financé par le Mexique, pour bloquer l'immigration clandestine. Menace aussi de faire expulser les 11 millions de clandestins.

Donald Trump s'est dit ce mois-ci convaincu que «l'islam haïssait» l'Amérique et il a affirmé qu'il interdirait aux musulmans étrangers de mettre un pied sur le sol des Etats-Unis. Il a promis de faire la guerre commerciale à la Chine, au Japon et au Mexique, et de se rapprocher du président russe Vladimir Poutine, qu'il admire.

Alors que les liens Washington-Moscou sont tendus depuis 2012 en raison de la Syrie et de l'Ukraine, Donald Trump a réaffirmé lundi lors d'une conférence de presse vouloir «une meilleure relation avec la Russie».

Auprès du Washington Post, il a ajouté qu'il réduirait très fortement l'implication des Etats-Unis au sein de l'Otan «qui nous coûte une fortune». Il se détournerait de l'Asie, alors que le «pivot» de l'Amérique vers cette région est la pièce-maîtresse de la diplomatie du président Barack Obama.

Pro-Jérusalem

Et devant le groupe de pression juif américain pro-israélien Aipac réuni à Washington, Donald Trump a brisé un tabou sur le conflit israélo-palestinien: il s'est engagé, s'il est élu, à reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël et à transférer l'ambassade américaine de Tel-Aviv à la Ville sainte (voir article lié).

Très applaudi, il a aussi juré de «démanteler l'accord catastrophique» scellé en juillet dernier entre les grandes puissances et l'Iran sur son programme nucléaire et a accusé Barack Obama d'avoir «peut-être été la pire chose qui soit jamais arrivée à Israël».

Le favori républicain a enfin taclé sa possible rivale démocrate Hillary Clinton en l'accusant d'être «faible avec l'armée (américaine) et faible franchement avec les autres pays». (afp/nxp)

Créé: 21.03.2016, 22h11

3

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

3 Commentaires

Georges Boulet

21.03.2016, 22:26 Heures

Super ! Un ancien de l'administration Bush (puis reconverti chez Blackwater de sinistre mémoire), deux clampins spécialisés dans le pétrole. Avec ça, on sent très nettement le "changement" annoncé par Onc'Donald... Répondre


Oria De timonier

22.03.2016, 13:19 Heures

Un frond russoaméricain contre un frond chinoiranien. Bin tous les moyens sont bon pour faire plaisir à l Arabie saoudite. Est le terrorisme il veut l appliquer où ? Quand vous aurez fini avec ce grand corps malade on pourra peut-être passer aux vrais questions de fond et faire un véritable travail sur les relations dans le monde ; sans les us c est mieux. Répondre



Sondage

La Suisse est-elle trop prudente dans l'utilisation de l'alerte-enlèvement?




Sondage

Etes-vous choqué que Swisscom offre un traitement de faveur aux parlementaires?




Les salaires à plus d'un million des grands patrons sont-ils justifiés?

Oui, ils font aussi gagner des millions

 
21.0%

Non, c'est hors de proportion

 
76.1%

Je n'ai pas d'avis sur la question

 
2.9%

2713 votes au total

Sondage

Irez-vous voir les films primés au dernier Festival de Cannes?