Jeudi 25 août 2016 | Dernière mise à jour 10:08

Emirats Condamnés à mort pour avoir combattu avec l'EI

Quatre hommes ont été reconnu coupables à Abou Dhabi d'avoir rejoint Daech et d'avoir combattu avec ses membres en Syrie.

Les Emirats arabes unis se sont engagés en septembre 2014 dans la coalition internationale anti-EI en Syrie.

Les Emirats arabes unis se sont engagés en septembre 2014 dans la coalition internationale anti-EI en Syrie. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Quatre Emiratis ont été condamnés à mort par contumace dimanche pour avoir voyagé en Syrie et combattu avec le groupe djihadiste, Etat islamique (EI), ont indiqué l'agence officielle WAM et des journaux locaux. La condamnation a été prononcée par le juge Mohamed Jarrah al-Tounaiji de la Cour de sûreté de l'Etat à Abou Dhabi, a précisé l'agence WAM. La presse internationale n'a pas été autorisée à assister aux audiences.

Les condamnés à mort sont Abdelaziz al-Najjar (25 ans), Moaz al-Harithi (22 ans), Saoud al-Minhali (18 ans) et Ahmed al-Naqbi (29 ans), ont indiqué les quotidiens Gulf News et The National. Ils ont été reconnus coupables d'avoir rejoint Daech (acronyme de l'EI en arabe) et d'avoir combattu avec des membres du groupe «terroriste» en Syrie, selon le verdict cité par ces journaux.

Trois autres Emiratis, un Bahreïni, un Mauritanien et un Syrien ont été condamnés à des peines allant de cinq à dix ans de prison pour des activités liées à l'EI, y compris des appuis financiers ou logistiques, a précisé The National. Un autre Emirati, âgé de 22 ans, a été acquitté.

Les Emirats arabes unis, où la population locale ne représente qu'environ 10% des habitants, se sont engagés en septembre 2014 dans la coalition internationale anti-EI en Syrie.

Tolérance zéro

Les attaques imputées à des djihadistes ou des personnes s'inspirant de groupes extrémistes sont rarissimes dans cette riche monarchie du Golfe qui mène une politique de «tolérance zéro» vis-à-vis des islamistes radicaux.

Une Emiratie avait été exécutée par balle en juillet dernier après avoir été condamnée à mort pour le meurtre d'une enseignante américaine à Abou Dhabi.

Son époux, qui s'était autoproclamé «émir» de l'EI aux Emirats, est actuellement jugé pour avoir planifié des attentats, notamment contre le circuit de Formule 1 d'Abou Dhabi.

(afp/nxp)

(Créé: 14.02.2016, 15h30)

Sondage

Devoir passer devant un psy pour les tireurs et les chasseurs, est-ce nécessaire?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.