ACCUEIL 26.6.2016 Mis à jour à 00h25

Obama demande à Poutine de mettre fin aux frappes russes

Syrie

Conformément à l'accord conclu à Munich jeudi, le président américain a prié le dirigeant russe de cesser les frappes en Syrie contre l'opposition.

Mis à jour le 14.02.2016 19 Commentaires
Poutine et Obama, ici dans une photo de 2013, ont réussi à s'entendre à Munich.

Poutine et Obama, ici dans une photo de 2013, ont réussi à s'entendre à Munich.
Image: Keystone

Articles en relation

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Le président américain Barack Obama a demandé à son homologue russe Vladimir Poutine de mettre fin aux frappes de l'armée russe en Syrie contre des groupes de l'opposition modérée, conformément à l'accord international conclu à Munich jeudi, a indiqué dimanche la Maison Blanche.

Dans un appel téléphonique samedi entre les deux chefs d'Etat, Barack Obama «a souligné qu'il était dorénavant important que la Russie joue un rôle constructif en cessant sa campagne aérienne contre les forces de l'opposition modérée en Syrie», selon un communiqué de la présidence américaine, Barack Obama étant actuellement en voyage en Californie.

Accords du 11 février

Les deux dirigeants, dont la conversation téléphonique avait déjà été rapportée dimanche par le Kremlin, ont «discuté des décisions et des accords conclus le 11 février lors de la réunion à Munich du Groupe international de soutien à la Syrie (ISSG)», a expliqué la Maison Blanche.

Barack Obama et Vladimir Poutine ont «insisté sur l'importance de mettre en oeuvre rapidement un accès humanitaire aux zones assiégées en Syrie et d'amorcer une cessation des hostilités sur l'ensemble du territoire national syrien».

Les 17 pays et trois organisations multilatérales -- dont les Etats-Unis, la Russie, l'Arabie saoudite, l'Iran, la Turquie et l'Union européenne -- réunis au sein du ISSG, sont convenus jeudi soir à Munich d'une «cessation des hostilités» en Syrie d'ici une semaine et d'ouvrir des accès humanitaires aux villes assiégées.

Cessez-le-feu illusoire

Mais en dépit de ces promesses de trêve, une résolution du conflit syrien semblait dimanche de plus en plus illusoire, les différents acteurs internationaux, dont la Turquie et la Russie, s'accusant mutuellement de jeter de l'huile sur le feu.

Au terme de leur conversation téléphonique, les présidents Obama et Poutine, dont les gouvernements sont en froid depuis plus de trois ans sur les dossiers syrien et ukrainien, sont «tombés d'accord pour rester en communication à propos du travail important du ISSG», selon la Maison Blanche. (afp/nxp)

Créé: 14.02.2016, 17h19

19

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

19 Commentaires

Debrab Chris

14.02.2016, 17:31 Heures

Jusqu'à présent le "dialogue constructif" était refusé côté américain. Répondre


Jean Pierre

14.02.2016, 17:38 Heures

Le même double jeu et la même hypocrisie que d'habitude de la part des Etats-Unis, Obama demande à Poutine d'arrêter de lutter contre ce qu'il appelle "l'opposition modérée" en Syrie, qu'on sait être les islamistes wahhabites et salafistes soutenus par l'Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie, dont l'EI et Al-Qaïda et, dans le même temps, permettent à la Turquie et à l'Arabie d'attaquer Bachar... Répondre



Sondage

La Grande-Bretagne a-t-elle raison de sortir de l'Union européenne?




Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons