ACCUEIL 2.9.2014 Mis à jour à 02h40

Quatre nouveaux ministres entrent au gouvernement

France

Après les législatives remportées le 17 juin par la gauche, François Hollande et son premier ministre Jean-Marc Ayrault ont remanié l'équipe en changeant les attributions de certains ministres et en la renforçant de quatre nouveaux membres.

Mis à jour le 21.06.2012
Le premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, a remanié son gouvernement.

Le premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, a remanié son gouvernement.
Image: AFP

Articles en relation

Partager & Commenter

La gauche française a achevé jeudi de mettre en place l'organisation du pouvoir en changeant les attributions de certains ministres et en la renforçant de quatre nouveaux membres et le futur président de l'Assemblée nationale désigné.

Font ainsi leur entrée comme ministres délégués: Guillaume Garot chargé de l'agroalimentaire, Anne-Marie Escoffier à la décentralisation, Thierry Repentin à la formation professionnelle, et Hélène Conway aux Français de l'étranger, a annoncé le secrétaire général de l'Elysée, Pierre-René Lemas.

Conformément à la promesse du chef de l'Etat, le gouvernement respecte la parité avec 19 portefeuilles dévolus à des femmes, et autant à des hommes. Il y a davantage de femmes ministres de plein exercice que dans le précédent gouvernement (11 contre 9), et moins de ministres délégués (8 contre 10).

Deux femmes ministres prennent du galon: Delphine Batho et Sylvia Pinel. Ministre déléguée auprès de la ministre de la Justice, Delphine Batho devient ministre à part entière, chargée de l'Ecologie, du développement durable et de l'énergie. Sylvia Pinel garde les mêmes attributions (Artisanat, commerce, tourisme) mais devient elle aussi ministre de plein exercice.

Le Roux chef de groupe

Nicole Bricq, ex-ministre de l'Ecologie, désormais remplacée par Delphine Batho, demeure ministre de plein exercice mais chargée du Commerce extérieur. Plusieurs ministres délégués voient le périmètre de leur charge renforcé ou changé. Ainsi, Benoît Hamon, ministre délégué à l'Economie sociale et solidaire, ajoute à son portefeuille la Consommation.

Critiquée par certains de ses collègues au gouvernement, Yamina Benguigui garde la Francophonie mais perd les Français de l'étranger, dont s'occupera désormais la sénatrice Hélène Conway. L'ancien dirigeant communiste Robert Hue, dont l'entrée au gouvernement a été un temps évoquée, n'est finalement pas retenu dans l'équipe.

Auparavant, les socialistes avaient désigné le président de leur groupe politique à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux, un proche de François Hollande, ainsi que leur candidat à la présidence de la chambre basse du Parlement, Claude Bartolone. Bruno Le Roux, fidèle de François Hollande, était seul candidat au poste de chef du groupe.

«Dès maintenant nous allons travailler d'arrache-pied pour réussir le changement et engager le nécessaire redressement de la France», a dit le député de Seine-Saint-Denis (banlieue parisienne), évoquant de «nombreux défis» pour la législature à venir.

Bartolone au «perchoir»

Né en 1965 et titulaire d'une maîtrise de sciences économiques, d'une maîtrise de gestion et d'un 3e cycle en stratégie, Bruno Le Roux a été consultant en gestion et stratégie des organisations. Chargé de cours à l'Université, député depuis 1997, il était chargé des questions de sécurité et de police au parti socialiste.

Dans la foulée, les députés socialistes ont désigné leur candidat à la présidence de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, 60 ans, un proche de la patronne du parti, Martine Aubry. Les socialistes disposant de la majorité absolue à l'Assemblée, il sera élu mardi prochain à cette fonction prestigieuse, la quatrième dans la hiérarchie de l'Etat.

Comme Bruno Le Roux, Claude Bartolone est député du département de Seine-Saint-Denis. Obtenant 127 voix sur 258 votants, il a été préféré aux anciens ministres Elisabeth Guigou, Jean Glavany et Daniel Vaillant.

La présidence de l'Assemblée nationale était promise à Ségolène Royal. Mais l'ex-candidate socialiste à la présidentielle de 2007 n'a pas été élue députée, défaite dimanche dernier par un dissident socialiste à La Rochelle (ouest). (ats/afp/Newsnet)

Créé: 21.06.2012, 21h40

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment

Sondage

La Suisse doit-elle soutenir la candidature de Sepp Blatter à la présidence de la FIFA?



Sondage

Certaines compagnies aériennes continuent à sillonner le ciel de pays en guerre, est-ce raisonnable?



Super héros, Louis Vuitton, fleuri, à poids... Les meilleurs du web!