ACCUEIL 17.4.2014 Mis à jour à 20h08

Ségolène Royal vide son sac

France

Humiliée par sa défaite électorale et par le fameux tweet de Valérie Trierweiler, l’ex de François Hollande se lâche.

Par Marion Clément. Mis à jour le 22.06.2012
Battue dimanche 17 juin dans la 1re circonscription de Charente-Maritime, Ségolène Royal ne pourra pas devenir présidente de l'Assemblée nationale. Elle ne pardonne pas le tweet de Valérie Trierweiler, qui apportait son soutien à son concurrent.

Battue dimanche 17 juin dans la 1re circonscription de Charente-Maritime, Ségolène Royal ne pourra pas devenir présidente de l'Assemblée nationale. Elle ne pardonne pas le tweet de Valérie Trierweiler, qui apportait son soutien à son concurrent.
Image: Keystone

Galerie Photos

Les images de Ségolène Royal à la Rochelle

Les images de Ségolène Royal à la Rochelle
Menacée au second tour des régionales par un dissident PS, Ségolène Royal a reçu le soutien mardi à La Rochelle de la première secrétaire du PS, Martine Aubry.

Liens

Partager & Commenter

Le vaudeville de l’Elysée prend un nouveau tournant. Après le tweet qui a propulsé la première dame de France, Valérie Trierweiler, au Panthéon des gaffeuses jalouses, voilà que sa victime se rebiffe. On savait Ségolène Royal abattue, suite à sa défaite électorale à La Rochelle, mais on ignorait qu’elle avait, la veille du scrutin, confié son amertume à un magazine, ainsi que le relève le site atlantico.fr.

«C’est l’inversion des rôles, déplore-t-elle dans Le Point, sans jamais nommer sa rivale. C’est moi dont la famille a été bousillée, c’est moi qui pourrais avoir de la rancœur, confesse-t-elle. Je lis des articles sur les monarques, leurs maîtresses, leurs femmes. Mais c’est horrible! Je suis une femme politique, je me bats et je suis ravalée au rang de feuilleton, de théâtre de boulevard, de machin à trois, de trio!»

Dans le même magazine, l’ex-compagne du nouveau président de la république raconte comment elle a dû, à plusieurs reprises, réconforter sa fille Flora, leur cadette, «effondrée au téléphone». Le Nouvel Observateur relate, quant à lui, combien le «tweet fatal a choqué les enfants de François Hollande». Et de relever que «Thomas, Clémence, Julien et Flora, qui avaient accepté de déjeuner à l’Elysée, malgré leur mise à l’écart de la cérémonie de passation des pouvoirs, ne souhaitent plus, pour l’heure, rencontrer l’ennemie de leur mère. Pour François, c’est un gros souci», confie un proche à l’hebdomadaire. On le conçoit aisément.

Un petit flash-back permet encore à Ségolène Royal de se remémorer l’absence de soutien de François Hollande lors de la campagne présidentielle qui l’opposait alors à Nicolas Sarkozy. Dans Le Point toujours, elle confie, à propos de celle qui était déjà sa rivale: «En 2007, elle a profité de la situation. C’était facile, elle suivait le PS, elle suivait le premier secrétaire. Dans un pays anglo-saxon, le jour même, c’est le licenciement. Mais Paris-Match n’était pas mécontent de me voir affaiblie, alors ils l’ont laissée volontairement, comme tous les autres qui savaient, Lagardère, Sarkozy…».

Pour un président qui voulait rester «normal» et surtout ne jamais mêler vie publique et vie privée, c’est réussi. On ne parle plus que de ses histoires de couette. A faire pâlir d’envie le trio Nicolas - Cécilia - Carla… Sarkozy. (Le Matin)

Créé: 22.06.2012, 16h10