Mardi 30 mai 2017 | Dernière mise à jour 02:10
Mélanie pose devant l'école où sa fille a été insultée à Estavayer-le-Lac.

Mélanie pose devant l'école où sa fille a été insultée à Estavayer-le-Lac. Image: François Wavre / LMD

Suisse «J’ai dû payer 500 francs pour avoir tiré l’oreille d’un enfant qui insultait ma fille»

Mélanie a été condamnée pour voies de fait par la justice fribourgeoise. Ce jugement pose la question de l’attitude qu’un adulte peut et doit avoir face à un enfant qui franchit la ligne rouge.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sa fille de 9 ans rentre une fois de plus en pleurant à la maison. «Elle me dit qu’elle a de nouveau été insultée par un garçon de l’école, qui l’a traitée de sale pute et de triple lesbienne», confie Mélanie, la maman. La Fribourgeoise décide de se rendre le jour même à l’école pour mettre un terme à cette situation.

Mélanie est remontée. Elle a déjà dit à deux reprises à cet enfant de 10 ans qu’il ne devait pas insulter sa fille. À l’école, elle s’approche de lui et prononce son prénom. Lorsqu’il se retourne, il semble avoir peur et vouloir partir. «Dans un réflexe, je lui ai tiré l’oreille quelques secondes pour qu’il reste là», confie Mélanie. «Je lui ai dit que je voulais son nom de famille et le numéro de ses parents. J’ai ensuite discuté avec son enseignante qui m’a assuré qu’il serait puni.» L’enfant n’a pas été le seul à être sanctionné… Comme l’a révélé La Liberté, le père du garçon a porté plainte et Mélanie a été reconnue coupable de voies de fait (lire l’encadré). Elle a dû payer 500 francs d’amende, émoluments, frais de dossier et débours pour son geste qui remonte à mai 2015.

L’enfant roi?

Cette condamnation a provoqué une avalanche de commentaires sur la Toile. Les internautes fustigent le père qui a déposé une plainte et affirment que Mélanie ne méritait pas d’être sanctionnée. Elle a pourtant dû casser sa tirelire. Cette affaire pose la question de l’attitude qu’un adulte doit avoir lorsqu’un enfant insulte d’autres enfants, écrase leurs doigts avec ses pieds sur une place de jeu ou éclabousse tout le monde à la piscine. Sommes-nous en face de l’enfant roi à qui on ne peut rien dire?

Pour en savoir plus, consultez le site du Matin Dimanche, www.lematindimanche.ch, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L’application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad. (Le Matin)

Créé: 19.03.2017, 11h16

Cet article est disponible en intégralité sur notre epaper

Déjà abonné ?

Identifiez-vous pour accéder à l'epaper

Pas encore abonné ?

Découvrez nos offres d'abonnement:

Numerique

Accès numérique illimité

Dès CHF 12.- par mois

Numerique Plus

Accès numérique illimité

+

Dès CHF 12.- par mois

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Les enquêtes du matindimanche