ACCUEIL 2.9.2014 Mis à jour à 02h40

La Suisse première de classe écolo

Ressources naturelles

En matière de gestion durable des ressources naturelles, la Suisse arrive première d’un classement réalisé par Dexia Asset Management. Devant la Suède, l’Allemagne, l’Autriche et la Finlande. Explications.

Par Pierre-François Besson. Mis à jour le 22.06.2012
La part importante du rail dans les transports est un bon point de la Suisse, selon Dexia.

La part importante du rail dans les transports est un bon point de la Suisse, selon Dexia.
Image: Keystone

Isabelle Cabie. (Image: sp)

Galerie Photos

Rio en vert

Rio en vert
La Conférence des Nations unies sur le développement durable entre dans le vif du sujet. Partout à Rio, il est question d'environnement.

Liens

Articles en relation

Partager & Commenter

Mots-clés

Le gestionnaire d’actifs franco-belge a retenu pour son classement les pays membres de l’OCDE et de l’Union européenne, indique Isabelle Cabie, responsable des investissements durables et responsables chez Dexia Asset Management.

Le Matin – Dans votre classement, la Suisse arrive première en matière de gestion de son capital naturel. Qu’est-ce que cela signifie?

Isabelle Cabie – Sous l’angle de l’investissement durable et responsable, notre analyse repose sur quatre piliers: le capital humain, le capital naturel, le capital social et la durabilité économique. Chacun a un poids identique au final. Pour le capital naturel, nous avons cinq grands domaines: émissions atmosphériques, énergie et changement climatique, utilisation du sol et biodiversité, consommation de l’eau et émissions annexes, et enfin déchets.

Mais quels sont les critères?

Chacun de ces thèmes dispose de toute une série d’indicateurs. Pour comparer les pays, nous tenons compte du contexte. La Suisse par exemple a des montagnes qui lui permettent de travailler sur l’hydraulique. Ce que la Belgique n’a pas. Ensuite, nous tenons compte non seulement des stratégies annoncées par le pays, mais aussi de ses performances effectives. En matière de changement climatique, par exemple. Et il est vrai qu’en terme de capital naturel, la Suisse est particulièrement bien placée.

Quelles sont les forces de la Suisse?

Sa politique des transports, notamment. Et dans la part importante du marché du rail, le transport de passagers comme du fret. Malgré un paysage géographique parfois difficile, les infrastructures sont particulièrement développées et très efficaces. Sur la politique climatique, on a en Suisse une génération d’électricité faible en carbone. Elle repose sur les ressources hydrauliques et le nucléaire. Le nucléaire est envisagé positivement pour le climat. En plus, les centrales ne sont pas construites sur des zones sismiques dangereuses.

Et les aspects moins positifs?

L’impact environnemental total de l’activité est assez élevé en Suisse par rapport à la capacité biologique. Mais le territoire étant tout petit, le pays parvient tout de même à une bonne gestion, trouvant un équilibre entre l’utilisation du territoire et son impact. Un point négatif se situe dans le traitement des matériaux et des déchets. Par habitant, la Suisse a un niveau assez élevé de déchets produits. Mais le recyclage compense cette situation. Donc quelques petits bémols, mais, en comparaison, la Suisse est très bien positionnée.

A quoi vous sert un tel classement?

Il a un impact direct. Nous avons une large gamme de fonds ISR (Investissement socialement responsable), des produits financiers que nous vendons à nos clients institutionnels et privés. En plus des indicateurs et ratios financiers, nous appliquons depuis 1996 toute une série de critères ISR. On le fait pour les actions et obligations des entreprises, mais aussi, depuis 2008, pour les pays. L’idée est la suivante: on veut bien financer, mais à condition que ça ne se fasse pas au détriment des générations futures. Cette analyse nous permet d’exclure certains pays du périmètre d’investissement de nos fonds.

Par exemple?

L’Italie et l’Irlande ont été exclue, la Grèce a été exclue dès qu’il y a eu soupçon de fraude sur ses comptes [critère de durabilité économique]. Et ça marche financièrement. Sur les dernières années, en deux ans et demi, nous avons gagné 2% de plus que dans les fonds classiques. (Newsnet)

Créé: 22.06.2012, 07h38

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment