Samedi 10 décembre 2016 | Dernière mise à jour 22:55

Couple princier Catherine la conquérante

Dimanche, Catherine et William fêteront leurs noces de coton. En un an, elle a trouvé ses marques, mais le bébé tarde.

Galerie Photos

Le mariage du siècle

Le mariage du siècle Le 29 avril 2011 Kate et William unissaient leurs destins

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Depuis le début de leur histoire d’amour, le prince William et Catherine Middleton ont toujours pris leur temps. Pourquoi en serait-il autrement pour fonder une famille? Leur mariage en grande pompe le 29 avril 2011 à Londres avait pourtant suscité de grandes espérances quant à l’arrivée rapide d’un bébé. Un an plus tard, les voilà surtout maîtres de «Lupo», un jeune cocker, cadeau de William à sa tendre princesse à Noël dernier. «Que diable peuvent-ils bien attendre?» se demandent les Anglais, sous le charme du couple princier comme rarement ils l’ont été avec le reste de la famille royale.

Priorité au jubilé de la reine

Dimanche, au palais St James, William et Catherine ont prévu de célébrer dans l’intimité leurs noces de coton, se souvenant certainement trop bien que le 29 avril 2011, dans l’abbaye de Westminster, deux milliards de personnes avaient eu les yeux braqués sur eux. En un an, Catherine est restée chaleureuse, spontanée, tout en réussissant l’exploit de signer un zéro faute dans ses sorties officielles. Quoi qu’elle fasse, quoi qu’elle dise, quoi qu’elle porte, la duchesse de Cambridge séduit. Contrairement à Lady Diana, qui étouffait au sein de la monarchie, Catherine, 30?ans, s’y épanouit d’autant plus librement que personne ne semble lui imposer quoi que ce soit.

Le bébé tant attendu arrivera quand la providence le voudra, mais il se chuchote que l’heureux événement serait mieux apprécié s’il pouvait se produire après le jubilé de la reine Elizabeth II, célébré cette année. En attendant, la jeune femme alterne joies simples du quotidien avec son époux dans leur cottage sur l’île d’Anglesey, dans le Pays de Galles, et soirées mondaines avec toujours le même enthousiasme.

Elle parle rarement

Les comparaisons avec Lady Diana se font toujours entendre, mais un cran moins fort. Avant d’épouser le prince William, deuxième dans l’ordre de succession au trône, Catherine Middleton avait déjà cette aisance et ce naturel qui la rendent incroyablement populaire.

Après son mariage, elle a développé ses atouts charme avec de petits riens qui changent tout: ses voisins gallois la croisent en train de faire les courses dans le supermarché du coin, elle n’a pas réclamé une armée de domestiques, quant à ses virées shopping à Londres, elles n’ont rien du délire compulsif façon Victoria Beckham. Même sa timidité fait mouche les rares fois où elle s’est s’exprimée en public. «La seule chose que je regrette, c’est que William ne puisse pas être là aujourd’hui, il aurait tant aimé», avait-on retenu de son premier discours officiel, en mars dernier, lors d’une visite dans un hôpital pour enfants.

Engagements caritatifs

Début janvier, la duchesse avait choisi de devenir la marraine de seulement quatre associations, alors que la reine Elizabeth II en soutient six cents. C’est sur l’engagement du cœur que Catherine est attendue ces prochains mois, d’autant plus que son pilote d’hélicoptère de mari officie comme sauveteur dans la Royal Air Force. «La princesse y gagne en termes d’image publique, un atout face au sentiment grandissant ces derniers mois que, derrière la silhouette svelte et le sourire éclatant de la nouvelle recrue de la famille royale, se cache une personnalité plutôt terne», écrivait au même moment The Independent.

Catherine la conquérante avance donc à pas feutrés au sein de la famille royale. Au vu des échecs précédents, qui le lui reprochera? (Le Matin)

(Créé: 26.04.2012, 22h35)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.