Mardi 6 décembre 2016 | Dernière mise à jour 20:08

Flora Coquerel L'ex-miss France se livre au «Matin»

Classée 4e à Miss Univers, du jamais vu pour une Française depuis 1953, l’ex-Miss France Flora Coquerel fourmille de projets.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Si une Miss France ne devait être jugée que sur la voix, Flora Coquerel, vainqueur de l’édition 2014, remporterait à nouveau le concours de beauté. Au bout du fil, un ton doux, qui vous apaise, une jeune diplômée en commerce international s’exprimant avec aisance et élégance. Une élégance que la belle Flora, 182 cm, a également déployée à chacun de ses passages sur la scène de Miss Univers, le 20 décembre dernier, à Las Vegas. Pas étonnant que l’Orléanaise de 21 ans soit la première Française, depuis 1953, à atteindre le top 5 de Miss Univers. Classée 3e dauphine, elle compte bien utiliser ce titre comme un tremplin: «Je suis très fière de cette place et je vais travailler dur pour faire fructifier mes contacts», nous explique-t-elle.

Comment avez-vous vécu le concours de Miss Univers?

Je suis ravie d’être arrivée à la quatrième place, il s’agit d’une très belle récompense. Même s’il est vrai que dans un concours comme celui-ci, on y va pour décrocher la couronne. Lorsque le présentateur s’est trompé en donnant le nom de la gagnante (ndlr: Steve Harvey avait annoncé Miss Colombie alors que la gagnante était Miss Philippines), je m’étais dit que si je restais un peu plus longtemps sur scène, peut-être qu’il finirait par dire mon nom. (Rires)

Avez-vous gardé contact avec les autres candidates?

Oui, on a un groupe sur WhatsApp où l’on parle de nos meetings et on espère toutes se revoir cet été en Grèce. Mais notre sujet préféré, en particulier après l’élection, c’est la nourriture. (Rires) Je n’ai jamais eu autant de photos de pizzas et hamburgers dans mon téléphone.

Qu’est-ce qui a changé depuis cette finale?

Le concours m’a permis d’avoir plus de contacts à l’internationale. Par exemple, depuis cette année, Miss Univers est organisé par IMG, une grande agence de mannequins, qui je l’espère m’aidera à percer dans ce milieu. Je n’ai jamais vraiment tenté ma chance. J’espère aussi partir découvrir les Etats-Unis. C’était mon premier voyage dans ce pays et j’en suis tombée amoureuse.

Et avez-vous davantage de propositions en France depuis Miss Univers?

Ça vient doucement. C’est vrai que le concours peut aider pour la visibilité mais les gens réagissent un peu plus tard. Ils se diront: «Ah oui, c’est vrai, il y a la 3e dauphine de Miss Univers» (rires). Je vais me charger de réveiller mes contacts.

Quels sont vos projets?

J’en ai beaucoup car je suis très curieuse. J’aimerais tout d’abord continuer à m’occuper de mon association Kelina (ndlr: pour les femmes et les enfants au Bénin, pays d’origine de sa mère). On va repartir au Bénin avec mon association pour poser la première pierre d’une maternité que l’on va bâtir. Sinon, je suis en train de créer ma propre marque de cosmétique. Je vais surtout me consacrer à ce projet et à la mode. J’adorerais devenir l’égérie d’une grande marque comme L’Oréal. Et puis pourquoi pas tenter ma chance dans le cinéma.

Dites-nous en plus sur cette marque de beauté.

J’habite dans une zone qui s’appelle la Petite Vallée (ndlr: en Normandie), où l’on trouve des centres de recherche et de développement de plusieurs grandes marques de cosmétique. Ainsi, j’aimerais mettre en avant ma région et, peut-être, réussir à créer quelque chose de bien, de naturel et de bio. J’aimerais regrouper des secrets beauté venant des quatre coins du monde.

Vous avez également mentionné le septième art. Pourquoi ne pas encore avoir tenté cette aventure?

Ces dernières années, plusieurs personnes m’ont répété: «Pourquoi tu n’essaierais pas le cinéma?» Il paraît que je passe bien à l’écran, donc je me laisserais bien tenter. (Ndlr: elle prend une voix gênée) Ce n’est pas encore mon domaine de prédilection mais si je n’essaie pas, je ne saurai jamais… Bien sûr, j’espère un jour avoir une grande proposition, mais il faut d’abord que je fasse mes preuves. Je prendrai des cours et je verrai comment les choses évoluent car ce n’est pas un milieu facile.

Est-ce que vous admirez la carrière de quelqu’un?

J’admire les personnes qui vont au bout de leurs envies, comme Sonia Rolland, Miss France 2000. C’est très difficile en tant que miss de se faire une place dans le milieu que l’on courtise et elle s’en est très bien tirée. Aujourd’hui, elle est devenue une actrice fabuleuse et a très bien su gérer sa carrière. Sinon en dehors du monde des Miss j’aime beaucoup l’acteur béninois Djimon Hounsou. Il a notamment joué dans «Blood Diamond». Il est venu en France avec le rêve de devenir acteur et, malheureusement, s’est retrouvé sans abri. Puis quelqu’un l’a repéré dans la rue pour des photos et sa carrière a commencé.

Et comment voyez-vous votre avenir sur le plan privé?

Oh! Je me vois avec une famille, c’est sûr! Cependant, j’aurais des enfants assez tard. Dans 10 ans, je m'imagine avec un enfant en bas âge et mariée avec mon compagnon.

Comment gérez-vous votre relation, avec votre agenda chargé?

Tout se passe bien et je suis très heureuse. Je suis chanceuse d’avoir quelqu’un qui m’accompagne et me soutienne dans tout ce que j’entreprends. Il est patient, car j’ai toujours mille idées en tête et c’est assez dur de me suivre. Il est ambitieux, c’est important pour moi d’être avec quelqu’un qui va toujours de l’avant et finalement il est calme et très gentil.

Pouvez-vous nous dire de qui il s’agit?

Un jour sûrement, mais pas pour l’instant. Je n’ai même pas dit depuis combien de temps nous sommes ensemble mais je vous confirme qu’il n’est pas du milieu.

Comment vous êtes-vous rencontré?

Sur une piste de ski de SnowWorld à Maastricht, aux Pays-Bas. Je descendais en chasse-neige, je n’étais pas du tout douée, mais le charme à quand même opéré!

(Le Matin)

(Créé: 21.01.2016, 06h58)

Sondage

Manuel Valls a-t-il une chance de devenir président?



Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.