Mardi 27 septembre 2016 | Dernière mise à jour 11:57

Attentats de Paris Le chanteur «chargé par Dieu» de revenir à Paris

Le leader du groupe Eagles of Death Metal qui jouait au Bataclan lors de l'attaque terroriste estime avoir une mission.

Jesse Hughes, le chanteur du groupe Eagles of Death Metal veut, à travers le concert prévu mardi à l'Olympia, à Paris, terminer le concert interrompu tragiquement au Bataclan le 13 novembre 2015. (Image - 13 février 2016)

Jesse Hughes, le chanteur du groupe Eagles of Death Metal veut, à travers le concert prévu mardi à l'Olympia, à Paris, terminer le concert interrompu tragiquement au Bataclan le 13 novembre 2015. (Image - 13 février 2016) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Jesse Hughes, leader du groupe Eagles of Death Metal qui se produisait au Bataclan le 13 novembre, est certain d'avoir été «chargé par Dieu» de revenir à Paris et de jouer pour «ses amis», tombés sous les balles des terroristes.

«J'ai le sentiment que nous avons été choisis par les circonstances (...), pour le meilleur et pour le pire. Je le prends comme une responsabilité. C'est Dieu qui m'en a chargé», assure ce fervent catholique dans un entretien à l'AFP samedi soir à Stockholm, trois mois jour pour jour après la tuerie.

Les cinq rockeurs jouaient au Bataclan devant près de 1500 personnes le 13 novembre quand un commando de djihadistes était entré dans la célèbre salle de concert parisienne et avait ouvert le feu, faisant 90 morts, dont l'un des responsables commerciaux du groupe, Nick Alexander.

«Sans peur»

Les «EODM» avaient annulé leur tournée européenne après cette attaque mais avaient déclaré peu après qu'ils voulaient être «le premier groupe à jouer au Bataclan quand il rouvrirait», ce qui ne devrait pas arriver avant la fin de l'année, au plus tôt. «Nous avons besoin de revenir dans ce lieu, sans peur», assure Jesse Hughes.

«EODM» remontait sur scène samedi soir dans la capitale suédoise, avant Oslo dimanche puis l'Olympia à Paris mardi, premières dates de ce «Nos Amis Tour».

Jamais la salle de concert Debaser, au coeur de Stockholm, n'avait connu un tel dispositif de sécurité: des chiens parcourent les étages à la recherche d'éventuels explosifs, des policiers en civil sont postés dans la salle, la fouille au corps est obligatoire à l'entrée.

«Je porte toujours un flingue sur moi maintenant aux Etats-Unis (...). Je ne suis pas un cowboy, mais je veux être prêt», lâche Jesse Hughes, militant de la National Rifle Association (NRA), le lobby des armes outre-atlantique. Et d'ajouter aussitôt: «Personne ne m'empêchera d'être celui que je suis (...) mais je ne me laisse pas envahir par la haine».

«Fervent catholique»

Les «EODM» sont brièvement réapparus à Paris en décembre aux côtés de U2 lors d'un concert du groupe irlandais à la salle de Bercy, mais cette tournée constitue leur véritable retour. «Ce sont nos amis qui ont été attaqués et qui ont péri. Cette tournée doit avoir un sens, pour que nous puissions tourner la page et redevenir un groupe de musique ordinaire».

Chemise à gros carreaux rouge et blanc, veste de cuir, lunettes à verres roses, Jesse Hughes raconte encore la soirée du 13 novembre, ne s'interrompant que pour sécher ses larmes ou allumer une cigarette.

«Il y avait plusieurs policiers dans le public, et tu sais, j'adore les flics, et l'un d'eux s'est jeté pour arrêter une balle et il ne marchera plus. Je vais passer autant de temps que possible à ses côtés», assure le musicien qui se dit «fervent catholique».

A Paris, il ira aussi voir de jeunes rescapés de la tragédie, ces «gamins blessés, complètement bousillés physiquement». «Si le fait que je vienne les voir peut les aider, alors c'est génial, il n'y a rien de plus important dans ma vie».

Suspense sur la tournée

Entre rires et larmes, Jesse Hughes confie aussi écrire un titre à partir du traumatisme du 13 novembre. «Mon ex-femme, je l'ai mise dans une chanson et elle y est restée. Je vais faire pareil avec ces enfoirés et je les laisserai là, comme des imbéciles».

Jesse Hughes refuse de dévoiler le déroulé du concert de l'Olympia. Josh Homme, le co-fondateur du groupe qui n'était pas au concert du Bataclan, sera-t-il présent? Peut-être, peut-être pas, s'amuse-t-il.

Le groupe autrichien White Miles, qui avait assuré la première partie du concert le soir de l'attentat, est lui aussi de la nouvelle tournée qui compte pour le moment près d'une vingtaine de dates. En France, outre Paris, elle fera étape à Lille (le Splendid) le 24 février et Nîmes (Paloma) le 2 mars.

Olympia mardi

Le retour à Paris du groupe américain, dont le nom apparaîtra au fronton de l'Olympia mardi, sera évidemment une soirée très particulière, en présence dans la salle de rescapés de la tuerie du Bataclan (90 morts sur les 130 morts des attentats parisiens) et de proches des victimes. Tous ceux qui assistaient au concert du 13 novembre ont été invités.

Pour Jesse Hughes, l'objectif est de «terminer» le concert tragiquement interrompu.

A Paris, le concert «est bien plus qu'un spectacle», a-t-il affirmé. «Il a un but et une responsabilité bien au-delà du divertissement».

Beaucoup de rescapés devraient répondre à cet appel, mais pas tous, selon les témoignages recueillis par l'AFP.

Reconstruction

«Il y a des personnes pour qui c'est important, cela fait partie du processus de reconstruction, mais il y a aussi beaucoup de gens pour qui c'est beaucoup trop tôt ou qui ne sont pas en état», estime Alexis, membre de l'association «Life for Paris» qui groupe quelque 500 rescapés.

«Pour beaucoup, comme pour moi, ce sera une décision de dernière minute», ajoute-t-il.

Pour préparer cette soirée «délicate», l'association veille en particulier à l'«accompagnement psychologique» et aux «considérations de sécurité, qui seront évidemment une préoccupation centrale». (afp/nxp)

(Créé: 14.02.2016, 01h24)

Sondage

La retraite à 67 ans est-elle envisageable?





Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?



Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Les plus partagés People