ACCUEIL 20.4.2014 Mis à jour à 07h18

Roch Voisine: «J'ai toujours peur des chiens»

Interview indiscrète

Le pimpant Canadien revisite ses tubes en duo et viendra survoler sa carrière, sur scène, deux soirs en Suisse romande.

Par Didier Dana. Mis à jour le 08.02.2013 3 Commentaires
Roch Voisine est papa de deux garçons de 7 et 8?ans. Depuis sa mésaventure à skis, en Suisse, l’ancien hockeyeur professionnel s’est assagi.

Roch Voisine est papa de deux garçons de 7 et 8?ans. Depuis sa mésaventure à skis, en Suisse, l’ancien hockeyeur professionnel s’est assagi.
Image: Sony Music

PLEIN TUBE!

Revisiter ses succès en duo avec les voix du moment et un orchestre symphonique, le projet a belle allure.
Ce superbe «Duophonique» sortira le 25 février. La jeune Cœur de Pirate figure sur «Hélène». Aux côtés de Roch Voisine, on retrouve aussi Patricia Kaas, Véronic DiCaire, Lynda Lemay, Chimène Badi ou Patrick Fiori.

Concerts: Roch Voisine sera au Théâtre du Léman (GE) le 12 avril et le 13, à l’Auditorium Stravinski à Montreux. Rés.: Fnac et Ticketcorner. (Image: Sony Music)

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

«Bonjour c’est Roch Voisine.» Au téléphone, la voix douce et timide quasi inaudible de l’interprète d’«Hélène» déstabilise. Depuis sa maison au Canada, et avant de monter sur scène, le fringant quinquagénaire a répondu à nos questions avec son accent inimitable.

– Roch Voisine, qui êtes-vous?

(Rires.) Je suis un francophone canadien à l’aube de la cinquantaine, auteur, compositeur interprète, producteur animateur TV à ses heures, père de deux beaux garçons de 7 ans et 8 ans et j’habite au Canada. J’ai le privilège d’avoir un public extraordinaire d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique, cela me permet de faire ce merveilleux métier depuis 25 ans.

– Votre tout premier souvenir?

Je me souviens de mon arrière-grand-mère paternelle, elle habitait en face de chez mes grands-parents. Je la vois nous saluer de la main. J’ai vérifié sur des photos, je n’avais pas 2 ans. C’était à Saint-Basile, au Nouveau-Brunswick (Il s’interrompt. Parle en aparté à l’un de ses fils.) On est papa 24 h sur 24!

– Etiez-vous un enfant sage?

Oui, très. Timide et sage.

– Enfant, de quoi aviez-vous peur?

Des chiens. J’ai été mordu. J’avais même été à l’hôpital faire une piqûre contre le tétanos. Après, on reste marqué. J’ai toujours peur des chiens. J’en ai pourtant eu de grands et beaux. Quand on est maître, c’est une chose, mais avec ceux des autres, je ne suis pas très à l’aise.

– Dans l’enfance, quel fut votre plus grand choc?

Le divorce de mes parents à 5 ans. Ça bouleverse la vie.

– Votre mère vous disait-elle «je t’aime»?

Oui. (Rires.) Mais je ne me souviens pas comment elle me le disait. Comme toutes les mamans, je suppose…

– Comment avez-vous gagné votre tout premier argent?

Mon grand-père me donnait 10 centimes tous les jours, mais ça ne compte pas. Mon premier job: j’étais servant de messe à 12 ans et je gagnais 20 centimes. J’aidais le prêtre avec deux camarades.

– Que vouliez-vous devenir?

Pompier puis joueur de hockey (ndlr: il a été professionnel). J’ai fait des études de physiothérapie et je n’ai jamais imaginé devenir chanteur. Cela s’est imposé vers l’âge de 25 ans et ma vie publique a commencé l’année suivante.

– L’amour pour la première fois. C’était quand et avec qui?

Je devais avoir 13 ou 14 ans, c’était un amour d’été un peu classique. A l’époque, je n’étais pas très beau gosse. (Rires.) On ne l’est jamais à cet âge-là.

– C’est quoi pour vous le vrai bonheur?

D’aimer et d’être aimé.

– Votre plus belle qualité?

Je suis honnête. Trop. (Rires.) Il y a des choses qui sont bonnes à dire et d’autres pas.

– Votre plus grand regret?

Je me considère plutôt chanceux. Il est impossible de réussir tout ce qu’on entreprend. Avec un peu de distance, je me dis: «C’est pas mal.»

– Avez-vous déjà volé?

Oui, des tomates et des pommes dans le jardin du curé. (Rires.) Il ne faut pas que mes enfants lisent ça!

– Avez-vous déjà tué?

(Surpris.) Déjà tué? Si on répond oui à cette question, on va directement en taule! J’ai tué à la chasse. Je suis un chasseur et un pêcheur. Le petit gibier, le gros gibier. J’aime beaucoup la chasse à l’orignal, pas beaucoup la chasse au chevreuil, c’est un peu compliqué. Sinon, la perdrix ou le lièvre.

– Si vous aviez le permis de tuer quelqu’un, qui serait-ce?

(Etonné.) Woaw! Tuer quelqu’un? Non! (Il réfléchit.) Ceux qui font souffrir les enfants méritent la mort, par exemple.

– Déjà payé pour l’amour?

(Il éclate de rire.) Oh non! Mais on finit toujours par payer quand même.

– Avez-vous déjà menti à la personne qui partage votre vie?

Parfois, des petits mensonges, pour faire des surprises. Il faut savoir habilement mentir dans la vie lorsqu’on a une bonne raison. Cacher la vérité, sans dire de faussetés.

– Avec qui aimeriez-vous passer une agréable soirée?

Un joueur de hockey que j’aimais beaucoup dans ma jeunesse: Bobby Orr, défenseur de légende chez les Bruins de Boston.

– Qui trouvez-vous sexy?

Ça change tous les jours. Il y en a toujours une qui est la saveur du mois. En 2013, je n’en ai aucune idée. J’aimais beaucoup Julia Roberts à l’époque et Elle MacPherson. Mais je ne mets pas beaucoup de posters sur mon mur. J’ai passé cet âge-là.

– Votre dernier baiser?

Pour mes enfants à l’école ce matin.

– Pourquoi avez-vous pleuré la dernière fois?

Pour un film, mais lequel? Je ne m’en souviens pas.

– De quoi souffrez-vous?

De la cheville. (Rires.) J’ai changé mes bottes de ski et j’ai mal.

– Avez-vous déjà frôlé la mort?

Oui. Au couloir de la Dent-Jaune, dans les Dents-du-Midi, en Valais. J’ai fait une mauvaise manœuvre sur la glace. Je suis tombé la tête la première. Impossible de m’arrêter avant le vide à 900 m en contrebas. Je me suis finalement agrippé à quelques pierres qui ressortaient de la glace et on m’a envoyé un câble. C’était en 2000. Je me suis calmé depuis que j’ai mes deux enfants.

– Croyez-vous en Dieu?

Je crois à la spiritualité, mais ça n’est pas évident à définir d’un mot. Je n’ai pas de foi aveugle.

– Votre péché mignon?

Ce que je préfère, c’est un plat de chez moi: le cîpate du Nouveau-Brunswick. C’est un plat d’hiver assez lourd. Un mélange de viande de gibier et de pommes de terre.

– Trois objets culturels à emmener sur une île déserte?

Là, je suis en train de lire la biographie de Keith Richards. Si vous voulez un très bon livre, il y a celui d’André Agassi. Une musique? Pink Floyd, «The Wall». Et en DVD, «Le seigneur des anneaux».

– Combien gagnez-vous?

Ça change tous les ans. J’ai une société et je ne le sais pas.

– Il faut que j’appelle votre comptable?

(Rires.) Oui, c’est ça!

– Qui sont vos vrais amis?

Je ne vais pas vous les nommer, je risquerais d’en vexer d’autres.

– Que souhaitez-vous à vos pires ennemis?

De changer! (Rires.)

– Ronflez-vous la nuit?

Ça m’arrive, oui.

– Qui aimeriez-vous voir répondre à ce questionnaire?

Bonne question… (Il réfléchit.) Phil Collins qui habite en Suisse! (Le Matin)

Créé: 09.02.2013, 13h41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

3 Commentaires

Fanny Henry de Pourquoy

09.02.2013, 22:02 Heures
Signaler un abus 8 Recommandation 1

Excellent, ça change comme interview et je suis contente qu'il n'ai pas utilisé de Joker! Bravo a vous et merci a lui Répondre


Alain Merly

10.02.2013, 17:23 Heures
Signaler un abus 4 Recommandation 3

Une bonne raison de plus d'aimer les chiens. Répondre



Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter
    lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne