Dimanche 25 septembre 2016 | Dernière mise à jour 08:48

Télévision Sarkozy: «je suis né hétéro, je n'en ai aucun mérite»

L'ancien président estime qu'il a «eu tort» de vouloir abroger la loi sur le mariage gay.

Nicolas Sarkozy était l'invité de l'émission «Des paroles et des actes» sur France 2 jeudi.

Nicolas Sarkozy était l'invité de l'émission «Des paroles et des actes» sur France 2 jeudi. Image: Archives/Keystone

Mots-clés

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le président du parti Les Républicains, Nicolas Sarkozy, a affirmé jeudi soir que l'homosexualité était «une affaire difficile et sensible» et que «l'on ne choisi(ssait) pas son identité sexuelle», ajoutant, en citant son propre exemple: «je suis né hétérosexuel, je n'en ai aucun mérite».

Lors de l'émission «Des paroles et des actes» sur France 2, l'ancien président a également dit avoir «eu tort» de promettre d'abroger la loi Taubira autorisant le mariage homosexuel, devant des militants anti-mariage gay en novembre 2014.

L'homosexualité, «c'est une affaire difficile et sensible qui engage la souffrance de beaucoup de personnes» et «j'ai toujours cru qu'on ne choisissait pas son identité sexuelle», a déclaré l'ancien chef de l'Etat. «On ne la choisit pas, on choisit de l'assumer», a-t-il ajouté.

«Je suis né hétérosexuel, je n'en ai aucun mérite», a-t-il déclaré. «Et qu'on soit homo ou hétéro, on a besoin d'amour, et l'amour a besoin d'une reconnaissance sociale».

«J'ai eu tort»

Dans son livre «La France pour la vie», M. Sarkozy écrit qu'il ne souhaite pas revenir sur le mariage homosexuel, réforme de son successeur François Hollande: «Il ne saurait être question de démarier les mariés, ce serait injuste, cruel et en outre juridiquement impossible», dit-il avant de lâcher: «le remède serait pire que le mal».

Le 15 novembre 2014, alors candidat à la présidence de l'UMP (devenue Les Républicains), il avait pourtant promis, lors d'un meeting de Sens commun, de réécrire «de fond en comble» la loi Taubira. Il avait alors été interrompu par de très nombreux participants qui scandaient «Abrogation! Abrogation!» tandis que d'autres le huaient. «Si vous préférez qu'on dise (qu'il faut) abroger la loi Taubira pour en faire une autre... En français, ça veut dire la même chose... Ca aboutit au même résultat. Mais enfin, si ça vous fait plaisir, franchement, ça coûte pas très cher», avait lâché M. Sarkozy.

Interrogé sur France 2 sur ces propos, il a confessé: «j'ai eu tort, voilà».

(afp/nxp)

(Créé: 04.02.2016, 23h00)

Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?



Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.