Samedi 3 décembre 2016 | Dernière mise à jour 20:45

«Première dame» Valérie Trierweiler occupe l’esprit des chefs du protocole

Le statut civil de la compagne du nouveau président élu de la France titille la presse people et suscite des discussions parmi ceux qui sont chargés des bristols des grands de ce monde.

Chargé du protocole international, le Quai d'Orsay devra assez vite établir la façon de faire figurer le nom de la compagne de François Hollande sur les listes de la délégation française et autres bristols d'invitations entre les grands de ce monde.

Chargé du protocole international, le Quai d'Orsay devra assez vite établir la façon de faire figurer le nom de la compagne de François Hollande sur les listes de la délégation française et autres bristols d'invitations entre les grands de ce monde. Image: Cagle.com

Dossiers

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A peine son compagnon François Hollande élu nouveau président des Français, Valérie Trierweiler a laissé entendre sur son compte twitter que les projecteurs médiatiques braqués sur sa personne ne l’enthousiasment guère. «Merci à mes consoeurs, confrères, de respecter notre vie et nos voisins. Merci de ne pas camper devant notre domicile. Merci de le comprendre», a-t-elle laissé entendre. Pas sûr du tout qu'elle soit réellement entendue.

S'il ne fait guère de doutes que les rédactions des magazines français, du type de celui pour lequel elle collaborait (Paris-Match) relateront, du moins dans un premier temps, ses moindres faits et gestes, le monde diplomatique s'interroge, pour sa part, sur la manière d'intégrer Valérie Trierweiler au protocole.

Chargé de ce dernier, le Quai d'Orsay devra assez vite établir la façon de faire figurer son nom sur les listes de la délégation française et autres bristols d'invitations entre les grands de ce monde, ainsi que le souligne Le Figaro.

La tâche est pour l'instant compliquée par le fait que la compagne de François Hollande, désignée habituellement sous l'appellation pratique mais non officielle de «Première dame de France» n'a pas encore fait connaître son choix. Et nul ne sait encore maintenant au Ministère des Affaires étrangères, dont le futur locataire issu du nouveau gouvernement ne sera désigné que la semaine prochaine, si Valérie Trierweiler envisage de participer aux déplacements qui attendent François dès son entrée en fonctions.

Toujours est-il que le Sommet du G8, qui se tiendra à Camp David (Etats-Unis) est fixé à l’agenda à la date du 18 mai, avant l'ouverture du Sommet de l'OTAN à Chicago.

Les temps changent

En matière de protocole, la libération des moeurs a fortement contribué à un assouplissement, particulièrement dans les pays anglo-saxons et dans le Nord de l'Europe. Certaines frasques intervenues au sein de plusieurs familles royales ont contribué à détendre l'atmosphère et simplifier la donne.

Le Royaume-Uni et d'autres monarchies acceptent aujourd'hui le statut non-marital. Les nombreux divorces intervenus dans les Cours européennes ont contribué à inciter ces dernières à ne pas être plus royalistes que le roi...

Comme le relève l'enquête du Figaro, «les Anglo-Saxons ont désormais un terme générique "spouse" (faux ami à traduire par "conjoint") pour nommer les accompagnateurs(trices) des chefs de délégation, qu'ils soient époux légitimes, concubins hétéro ou homosexuels. Bien que l'évolution des mœurs torture encore parfois les méninges des chancelleries, le pragmatisme l'emporte souvent».

Si le protocole s'est largement assoupli en Occident, certaines parties du monde sont encore très pointilleuses sur l'étiquette. C'est le cas de plusieurs pays musulmans qui refusent les honneurs protocolaires à des couples non-mariés. Le Vatican ne dit pas le contraire, là où une audience auprès du pape a toutes les chances d'être refusée à la compagne d'un chef d'Etat non-mariée ou divorcée. De même, par exemple au Japon, où la maison impériale est très à cheval sur les convenances.

Priorité à la bonne réputation

Mais ce qui compte le plus en matière d'accréditation parmi les grands de ce monde, c'est avant tout la réputation. A cet égard, il est de notoriété publique que l’organisation d’une réception d'un chef de gouvernement atypique, comme l'ancien président du Conseil italien Silvio Berlusconi, peut engendrer passablement de sueurs froides dans certaines chancelleries ou ambassades.

Pour ce qui est de la France en particulier, ce sont les visites d'Etat qui donnent le plus de fil à retordre. C'est là en tous cas à ces occasions que les fastes de la République se déploient avec le plus de pompe.

Interrogé par l'hebdomadaire Elle à propos d'un sujet qui risque de tarauder l’esprit des Français au fil du Quinquennat qui s'ouvre, à savoir un éventuel mariage, François Hollande avait donné la réponse suivante au magazine féminin alors qu'il n'était encore que candidat: «Ce n'est pas une chose qu'on fait sous prétexte qu'on devient président de la République. La décision nous appartient». (nxp)

(Créé: 09.05.2012, 16h20)

Sondage

Avec le retrait de François Hollande, la gauche peut-elle conserver la présidence de la France?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Choisissez vos newsletters

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Choisissez vos newsletters

Les plus partagés People