Vendredi 9 décembre 2016 | Dernière mise à jour 11:57

France Valérie Trierweiler ne veut pas être une potiche

Elle fera le nécessaire pour représenter l'image de la France, mais n'a aucune intention d'être une potiche: Valérie Trierweiler, future Première dame, est très claire sur le sujet.

Valérie Trierweiler.

Valérie Trierweiler. Image: AFP

Dossiers

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La compagne du président français élu François Hollande, Valérie Trierweiler, affirme qu'elle fera le nécessaire pour «représenter l'image de la France» mais ne compte pas être «une potiche» en tant que Première dame, dans une interview accordée au Times publiée mercredi.

«Je veux représenter l'image de la France, faire les sourires nécessaires, être bien habillée, mais (mon rôle) ne devrait pas s'arrêter à cela», déclare cette journaliste politique de 47 ans, qui a déjà exprimé son intention de continuer à travailler une fois Première dame.

«Quand vous dites que je suis l'équivalent de Michelle Obama, je n'en crois pas mes yeux ni mes oreilles», s'étonne-t-elle aussi dans cet entretien réalisé mardi et retranscrit en anglais.

Selon le quotidien britannique, Valérie Trierweiler est davantage inspirée par les exemples de Danielle Mitterrand et Hillary Clinton que par Carla Bruni-Sarkozy ou Bernadette Chirac.

Pas de robes de grands couturiers

Cette femme élégante affirme aussi qu'elle choisit pour s'habiller «des marques de prêt-à-porter de qualité» et qu'elle n'a jusqu'à présent «jamais porté de robes de grands couturiers».

A propos de son compagnon, elle le décrit comme «un homme agréable et facile à vivre» mais aussi comme un fin politique. «J'ai découvert que ce que l'on pouvait prendre chez lui pour des faiblesses étaient en réalité ses grandes forces», dit-elle.

«Cela désarme l'adversaire quand vous tendez la main à quelqu'un qui tient un poignard», explique encore Valérie Trierweiler, qui croit «depuis longtemps» aux chances de celui qui est son compagnon depuis 2005.

Elle évoque aussi les «courtisans» qui se battent désormais pour apparaître aux côtés de son compagnon. «Je le remarque d'autant plus que j'étais avec François Hollande à l'époque où il n'y avait que cinq personnes autour de lui», lance-t-elle. (afp/nxp)

(Créé: 09.05.2012, 14h24)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.