Jeudi 27 juillet 2017 | Dernière mise à jour 14:38

événement Xenia Tchoumi, conférencière d'honneur à l'ONU

La Tessinoise a donné hier soir un discours au Palais des Nations visant à promouvoir la présence des femmes dans le monde digital.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Consécration hier pour Xenia Tchoumi: la Tessinoise était l’invitée de l’organisation onusienne International Trade Centre (ITC) en tant que conférencière, avec quelques heures d’avance, pour la Journée des femmes au Palais des Nations, à Genève. Pourquoi Xenia, première dauphine de Miss Suisse 2006 et mannequin à succès, se seront demandé certains. La réponse est livrée, limpide, par le comité: Xenia Tchoumi a su bâtir un empire grâce aux réseaux sociaux, où la fashion influencer, que les plus grandes marques s’arrachent, comptabilise 7 millions d’abonnés.

Trois mois de déprime

Or, avec sa nouvelle initiative SheTrades, l’ITC cherche à offrir une plate-forme pour un million de femmes entrepreneurs à travers le monde d’ici à 2020. Et de rappeler que deux milliards de femmes n’ont même pas accès à un téléphone portable. «Alors qu’Internet peut donner un grand pouvoir. Seule depuis chez soi, on peut avoir accès au monde entier», souligne Xenia Tchoumi, arrivée l’après-midi même de Londres, où elle vit désormais.

Le but de sa conférence: dévoiler ses trucs et astuces pour développer un commerce sur Internet. Mais, questionnée par Vanessa Erogbogbo, de SheTrades, sur scène, elle n’a finalement dessiné que les grandes lignes de son succès, un peu comme un cuisinier ne dévoilerait pas chaque ingrédient de sa recette. Normal. Face à elle, une audience, presque exclusivement féminine et relativement jeune, de 200 personnes. Ainsi que 2900 spectateurs en direct sur Facebook.

Xenia Tchoumi retrace, dans un anglais sans failles, ses débuts dans l’univers digital, pour lequel il n’existe pas de formation. Après son bachelor en économie, plusieurs stages dans des banques, ses nombreuses années de mannequinat et des débuts d’actrice, elle s’est lancée à tâtons: «Je cherchais à avoir plus de liberté dans le travail. Et je n’ai pas honte de le dire, j’ai tout essayé!» Rires dans la salle. Le public est conquis. Puis le silence se fait de nouveau.

«Tout a commencé après un contrat pour un livre qui avait capoté. J’ai passé trois mois à déprimer après cet échec, couchée sur le canapé de ma mère. J’étais perdue. Une amie à moi m’a parlé de son blog. L’idée m’a plu. Je me suis dit que c’était un risque à prendre, recommencer de zéro sans aucune garantie de succès. Me montrer avec des photos amateurs alors que j’avais l’habitude d’être photographiée par des pros. Je me suis mise à créer du contenu. Sans arrêt. Après un an, j’avais déjà un million de suiveurs sur Facebook!»

Son secret? «Garder le rythme de publication, qu’il soit rapide ou plus lent car il y a une attente. Il faut aussi savoir poster aux bonnes heures et développer sa communauté en rejoignant celles de gens qui partagent vos intérêts.» Mais surtout, rappelle-t-elle souvent: «Être digital influencer, c’est 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.»

Ne pas juger les apparences

Sûre d’elle, Xenia Tchoumi, qui multiplie ces dernières années les discours de «womens’ empowerment», rappelle encore le droit des femmes à être, si elles le souhaitent, «glamour, en talons et en robe tout en étant prises au sérieux. On a le look qu’on veut, ce qui compte, c’est le message.» Ce message, pour elle, s’adresse autant aux hommes qu’aux femmes: «Car, trop souvent encore, les femmes se mettent elles-mêmes des limites alors qu’il n’y a rien que nous ne puissions faire.»

Après avoir répondu aux nombreuses questions du public, elle quitte l’estrade, sous un tonnerre d’applaudissements. Et glisse: «C’était un tel honneur d’être invitée ici pour parler de mon travail. Et de féminisme, une cause qui me tient vraiment à cœur.» (Le Matin)

Créé: 08.03.2017, 13h03


Sondage

Buvez-vous régulièrement des sodas sucrés, comme le Coca-Cola?






Sondage

L'utilisation de l'anglais dans les magasins romands vous insupporte-t-il?




Sondage

Etes-vous prêt à faire des cadeaux à une régie pour obtenir un appartement?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.