ACCUEIL 22.11.2014 Mis à jour à 18h48

«Ma connerie a été d’avoir apporté un flingue en Suisse»

Famille

Le fils d’Alain Delon a donné un entretien exclusif au magazine «VSD» dans lequel il revient sur sa famille et le fait divers genevois de l’année dernière.

Par LeMatin.ch. Mis à jour le 03.08.2012

Image: DR / VDS

De passage à Paris, Alain-Fabien Delon, 18 ans, a choisi le magazine français «VSD» pour se confier et mettre les choses à plat. Hormis cette ressemblance frappante sur la couverture du magazine, on y apprend que le fils d’Alain Delon vit toujours à Genève, qu’il a passé son enfance entre les Pays-Bas, Paris et la Suisse, entre les écoles internationales et ses parents séparés. «J’ai été longtemps pensionnaire mais, lorsque je rentrais, ma mère était plutôt cool, voire laxiste. En revanche, mon père a toujours été assez dur et strict. Il me faisait et continue d’ailleurs aujourd’hui encore de faire des réflexions sur ma coupe de cheveux, sur mes fringues, sur mes chaussures.»

Coups de feu à Genève

L’an passé, en juillet 2011, Alain-Fabien avait été impliqué dans un fait divers. Pour rappel, il avait organisé une fête dans le domicile genevois de son père, et lors de la soirée, une jeune femme avait été blessée par un coup de feu tiré accidentellement par l’un des invités. Alain-Fabien avait alors été inculpé pour lésions corporelles par négligence.

Il a tenu à donner aujourd’hui sa version des faits: «J’ai effectivement invité quelques potes dans l’appartement de mon père. L’un d’eux en fouillant dans ma chambre, a trouvé un pistolet que j’avais apporté de Douchy. Une arme de collection. Un 7,65. Il a voulu jouer avec, sans savoir qu’une balle se trouvait dans le chargeur. Le coup de feu est parti, se remémore-t-il. Une jeune femme a été blessée à l’abdomen. Contrairement à ce qui a été dit, je n’ai pas essayé de fuir, je n’ai pas essayé de camoufler quoi que ce soit. Au contraire. C’est moi qui ai appelé la police et les pompiers. Je suis inculpé pour lésions corporelles par négligence. Je serai jugé pour ça sans doute avant la fin de l’année. Je suis profondément désolé de cet accident, toutes mes pensées vont à cette jeune fille que je ne connaissais même pas. Elle s’en est sortie, elle est vivante, mais garde des séquelles. C’était un accident et la connerie, ma connerie, a évidemment été d’avoir apporté un flingue en Suisse.»

Excuses à son papa

Plus loin dans l’interview, le jeune homme explique qu’il rêverait de faire du cinéma, même s’il sait que de marcher sur les traces de ce «monstre sacré» du cinéma ne sera pas aisé et a souhaité lui passer un message aux yeux de tous: «Excuse-moi, papa, pour toutes les conneries du passé. Je ne suis plus un gamin, je voudrais que tu me considères comme un adulte. Laisse-moi te montrer, laisse-moi te prouver que tu peux me faire confiance. Tu ne le regretteras pas. Je ne te décevrai pas. Parlons-nous, vraiment, entre hommes !» (Le Matin)

Créé: 02.08.2012, 14h30

Personnalitweet





Portail annuaire/services

Commerce