ACCUEIL 23.7.2016 Mis à jour à 10h45

«J’assume tous mes amours»

Louis Bertignac

Avant sa venue en Suisse, l’ex-Téléphone se livre sur son bonheur avec sa compagne de 26 ans et sa passion sans borne pour la guitare. Interview.

Par Trinidad Barleycorn. Mis à jour le 14.01.2015

1/4 Louis Bertignac fidèle à son image, une guitare à la main, les cheveux longs: «Je ne les porte jamais courts car j'ai une toute petite tête.»
Image: AFP

   

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Votre nouvel album est plus positif que le précédent, sorti trois ans après votre divorce difficile avec la mère de vos filles. Vous allez donc mieux?

Oui, je suis apaisé. Mes conditions de vie ont aussi changé: j’ai quitté Paris et j’ai retrouvé l’amour.

Comment avez-vous connu votre compagne, Laetitia, de 34 ans votre cadette?

Son tonton, que je connais, lui avait offert un billet pour mon concert. Elle m’a avoué qu’elle y était allée à reculons, elle ne connaissait pas trop ma musique. En me voyant sur scène, sa première réaction a été: «Qu’est-ce qu’il est beau ce mec!» (Rires.) Au début, entre nous, c’était de l’amitié. Elle a été là quand j’allais mal car j’avais l’impression de perdre mes filles (ndlr: Lola, 10 ans, et Lili, 7 ans, dont il a la garde les week-ends) à cause du divorce.

La différence d’âge ne vous a pas fait peur?

Non, elle est totalement assumée. Si j’aime Laetitia, ce n’est pas parce qu’elle a 26 ans, mais parce que c’est Laetitia. On est ensemble depuis cinq-six ans. Elle a le caractère qui me convient. Ce n’est pas une emmerdeuse. On est zen.

Souhaitez-vous avoir d’autres enfants?

Peut-être. Au début, Laetitia disait non. Aujourd’hui, elle dit oui. Moi je suis un branleur, vous savez. Je ne veux pas d’emmerdes. Donc je serai d’accord avec son choix. (Rires.) Je suis devenu père à 50 ans. C’était mon horloge biologique: ma carrière était assise, je ne cherchais plus la lune. 

Après votre divorce,vous aviez aussi remonté la pente grâce à votre ex Carla Bruni et son mari, Nicolas Sarkozy…

Carla m’a beaucoup aidé. Nous sommes restés très proches. Elle est la marraine de ma fille Lola. J’ai produit son premier album, elle a écrit pour moi. Je retravaillerai avec elle si elle le souhaite. Même si on s’appelle moins, on sait qu’on s’aime. Nicolas est un homme que je respecte. Son retour en politique ne changera rien à nos relations.

Vous avez également été ami avec les Rolling Stones.

Je les ai rencontrés à l’époque de Téléphone. Ils enregistraient dans le studio voisin du nôtre. J’allais souvent les écouter. Je suis fan. Charlie Watts, le batteur, m’avait dit: «Entre, installe-toi, tu ne déranges pas.» Je discutais avec eux, je me sentais accepté. Mais, un jour, Mick Jagger et Keith Richards se sont moqués de moi en imitant mon accent français. J’ai piqué la mouche, j’ai claqué la porte en imitant leur accent anglais. Le lendemain, Mick est venu me voir pour fumer un pétard comme si de rien n’était. On s’est recroisés plein de fois. Je lui ai aussi présenté Carla (ndlr: Jagger et Bruni sont ensuite sortis ensemble).

Vous les voyez encore?

Je vois seulement Bill Wyman, parfois. Il me fait jouer avec lui. J’ai recroisé Jagger à l’inauguration d’une boîte à Paris il n’y a pas si longtemps. Il était adorable comme d’habitude. Mais moi, je suis trop timide avec ces mecs. J’ai trop de respect. C’est dommage, j’aurais aimé leur proposer quelque chose. Je rêverais de travailler avec eux. Mais je reste un simple fan parmi d’autres.

Vous avez été guéri d’une hépatite C. Comment l’avez-vous attrapée?

En me droguant, je pense. Je ne me suis jamais injecté de drogue, mais je sniffais de l’héro. Ça irrite le nez, on saigne. Si le mec d’avant a saigné aussi… Un jour, j’étais fatigué. Une amie me tire les cartes et me dit: «Tu es malade, mais tu vas guérir.» J’avais 47 ans, j’ai fait un check-up et j’ai découvert mon hépatite. J’ai paniqué. Mais j’ai eu de la chance, j’ai guéri en six mois. C’était dur: les médicaments, les injections… Jamais je ne me suis senti aussi mal. J’avais l’impression d’avoir 95 ans.

Quand avez-vous arrêté l’héroïne?

A 30 ans. J’ai compris que j’arrivais à un croisement. Soit je choisissais le mal et je mourais. Soit je choisissais le bien et il fallait supporter de survivre à cette saloperie. Les premiers jours sans drogue ont été terribles.

La guitare ne vous a jamais quitté depuis vos 14 ans. Combien en avez-vous?

Environ vingt-cinq dans mon studio, neuf dans le salon. Je peux en jouer huit à dix heures par jour. Je suis amoureux de ma Gibson SG Junior depuis quarante ans. Je joue sur d’autres modèles, mais je reviens toujours à elle. C’est comme des amourettes de trois-quatre jours. Je n’en ai pas dans ma vie conjugale, alors je m’en accorde avec ma Gibson! Elle n’est pas jalouse. (Rires.)

On vous a vu affirmer «Je suis Charlie» sur France 2.

Oui, on n’a pas peur, on est debout. Il ne faut pas s’armer mais il faut lutter. C’est lamentable que les peuples ne soient pas foutus de s’entendre.

Vous êtes juif algérien par votre père. Quel est votre rapport à la religion?

Je suis agnostique. Je respecte les religions. Mais j’ai le sentiment qu’au XXIe siècle, tout cela est dépassé. Et ne voilà-t-il pas que les intégristes reviennent. Pour un agnostique, c’est bizarre. Comment peut-on croire au point de tuer? Ça sent la maladie. Je ne suis pas optimiste pour l’avenir. (Le Matin)

Créé: 14.01.2015, 14h20

0

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité
Aucun commentaire pour le moment

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons