Samedi 25 mars 2017 | Dernière mise à jour 10:32

Geraldine Chaplin «J'avais l'impression que papa allait entrer»

L’aînée de Charlie et Oona Chaplin nous a raconté ses souvenirs d’enfance en découvrant – enfin – le musée consacré à la légende.

Laura Juliano


Suivez-nous sur Youtube!

Suivez nos reportages vidéo sur notre chaîne.

Et sur notre chaîne du Matin du Soir.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Tout est magnifique, comme avant. Ça m’a touchée. J’avais l’impression que papa allait entrer. Alors que ces dernières années, la maison était délabrée, les arbres poussaient dans le salon!» Geraldine Chaplin, la fille de Charlot, n’a pas caché sa joie et son émotion hier, en découvrant pour la toute première fois le Manoir de Ban de son enfance, à Corsier (VD), transformé en musée. Enchaînant les tournages, elle n’avait pas pu s’y rendre depuis l’inauguration en avril. Elle a particulièrement apprécié la nouvelle bâtisse qui abrite les répliques du studio de son père. «J’aime l’émotion qui se dégage dans tout le musée. On n’est pas dans la mélancolie.»

Du feu dans les cheminées l’été

L’actrice du «Docteur Jivago», fille aînée des huit enfants de Charlie et Oona Chaplin, a vécu au Manoir de 8 à 17 ans. A 72 ans, toujours résidente de Corsier, elle s’est souvenue avec nous de cette enfance dorée, où elle était très fière de son nom, «ce cadeau qui a ouvert toutes les portes». La visite a toutefois fait remonter un mauvais souvenir: «En regardant par la fenêtre, j’ai revu la voiture qui me ramenait au pensionnat. Je n’aimais pas y aller. Au Manoir, j’étais bien, c’était chaleureux.» Mais c’est avec le sourire, confie-t-elle, qu’elle a découvert les statues de cire de ses parents, Charlie et Oona, disparus en 1977 et en 1991. «C’est un peu bizarre, mais j’aime bien. Elles sont très ressemblantes. Et puis les statues de papa ne peuvent pas me gronder!» rit-elle. «Il était strict. Il fallait avoir de bonnes notes, le repas était servi à 18 h 45 précises. Mais on rigolait aussi beaucoup. Il faisait souvent le pitre.» Sauf quand l’acteur, arrivé à Corsier en 1952 à 63 ans, après son expulsion des Etats-Unis, travaillait. Là, les enfants devaient jouer dans le parc. A l’intérieur, seul crépitait le feu des cheminées. Allumé aussi en été: «Papa disait que c’était son seul luxe. Il aimait regarder le feu et se perdre dans ses souvenirs.»

Des pensées qui le ramenaient peut-être à son enfance dans l’extrême pauvreté. «Il répétait: «Moi, les bonnes années à Noël, je recevais une mandarine.» Au Manoir, c’était tout le contraire: «Dans nos chaussettes, on avait les cadeaux du Père Noël. Et sous le sapin, à l’entrée, ceux des parents. Maman nous faisait aussi croire que certains venaient de nos idoles, Yul Brynner, Elvis Presley», dit-elle tendrement. «Papa, lui, restait toujours triste à Noël.» Ironie de la vie, il est mort dans sa chambre, au premier étage, le 25 décembre: «Il s’est vengé pour qu’on n’aime plus Noël! sourit Geraldine. J’ai recommencé à le fêter quand j’ai eu mes enfants.» Geraldine Chaplin a alors tenu à partager avec son fils Shane et sa fille, l’actrice Oona Chaplin, la magie qu’elle avait connue au Manoir: «Sur des cadeaux, j’écrivais, comme le faisait maman, qu’ils étaient de Madonna ou Michael Jackson.»

(Le Matin)

Créé: 22.11.2016, 11h38


Sondage

Vous rendrez-vous à la prochaine Fête des Vignerons, en 2019, à Vevey?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.