Mardi 25 avril 2017 | Dernière mise à jour 03:38

Prince n'avait aucune ordonnance à son nom

Plusieurs boîtes d'antidouleurs opiacés, prescrites à des amis de Prince, ont été retrouvées dans la foulée de la mort par overdose de l'icône de la pop.

Galerie photo

En images, la rétrospective des célébrités décédées en 2016

En images, la rétrospective des célébrités décédées en 2016 De David Bowie à Fidel Castro en passant par Prince, Mohammed Ali et les autres, les stars ont été nombreuses à nous avoir quittés cette année.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des documents judiciaires rendus publics ce lundi 17 avril 2017 se réfèrent aux six premiers mois de l'enquête sur sa mort, par une overdose accidentelle de fentanyl - un puissant médicament analgésique -, qui a eu lieu dans son domaine du Minnesota il y a près d'un an jour pour jour.

Ils fournissent des indices sur l'utilisation par Prince d'antidouleurs dans les mois précédant sa mort et potentiellement sur la direction prise par les enquêteurs. Jusqu'à présent, personne n'a été accusé.

Mais les documents n'offrent pas de preuves concernant la source du fentanyl qui a tué la superstar de 57 ans, ni sur qui pourrait l'avoir fourni.

Les enquêteurs ont trouvé des pilules dans divers contenants dans la chambre de Prince, dont certaines avaient été prescrites à Kirk Johnson, gestionnaire immobilier et ami de longue date du chanteur.

Certaines boîtes Aleve et Bayer - des médicaments vendus en libre service aux Etats-Unis - contenaient en fait des pilules marquées «Watson 853», un opiacé à base d'acétaminophène et d'hydrocodone.

Dans des valises

D'autres pilules se trouvaient dans de simples enveloppes, ou encore dans une valise au nom de «Peter Bravestrong», un alias utilisé par le chanteur.

Michael Todd Schulenberg, le médecin qui a traité Prince deux fois avant son décès, a admis avoir prescrit une ordonnance d'antidouleurs Percocet sous le nom de Kirk Johnson pour protéger la vie privée du chanteur.

Prince n'avait apparemment aucune ordonnance sous son propre nom.

Des policiers avaient été appelés à Paisley Park, résidence de l'artiste, après qu'il eut été retrouvé mort dans un ascenseur le matin du 21 avril 2016.

Six témoins présents sur les lieux ont déclaré aux enquêteurs que Prince «avait eu des antécédents de sevrage, qui seraient le résultat de l'abus de médicaments sur ordonnance», selon une déclaration écrite sous serment.

Paisley Park devrait organiser quatre jours de concerts, de tournées et d'autres événements à partir du jeudi, pour le premier anniversaire du décès de Prince. (afp/nxp)

Créé: 17.04.2017, 21h42


Sondage

Les partis traditionnels sont-ils en péril?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.