Samedi 10 décembre 2016 | Dernière mise à jour 01:10

Escroquerie Nabilla a fait tomber un réseau

C’est sur la base de ses déclarations que la justice a arrêté les gros bonnets pour qui elle travaillait.

Image: Visual Press Agency

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Elle a beau vouloir se faire passer pour une jeune femme d’affaires respectable, Nabilla voit son passé la rattraper. On savait déjà par les révélations de VSD sa condamnation pour escroquerie dans le cadre d’un réseau zaïrois. On apprend aujourd’hui que son témoignage a été capital pour faire tomber des gros bonnets de cette opération.

Selon nos informations, c’est grâce au fait qu’elle se soit mise à table après son arrestation qui a permis de remonter la «Z connection». Entre 2008 et 2009 à Genève, ce réseau a tenté de détourner 300 000 francs et s’est mis dans la poche plus de 100 000 francs.

Me Nicola Meier, l’avocat genevois du Zaïrois figurant comme le principal commanditaire dans cette affaire, confirme la somme de 100 000 francs sans en dire davantage. Son client, déjà condamné cinq fois par le passé, a été jugé en juin 2011 par le Tribunal correctionnel de Genève avec deux autres compatriotes. Selon le jugement que «Le Matin» a pu consulter, le trio a été reconnu coupable d’escroquerie par métier et a écopé de peines allant de 2 ans (avec sursis) à 2 ans et demi de prison. Nabilla n’a pas été auditionnée lors du jugement. Mais c’est bien sur la base de ses déclarations au départ que le verdict a été rendu.

Boîtes aux lettres surveillées

Un gros dossier pour la police et la justice genevoises qui a duré des mois avant les interpellations, notamment en Suisse alémanique et en Belgique.

A l’origine de toute cette affaire, un ami proche de Nabilla, surpris en train de voler des courriers dans des boîtes aux lettres placées sous surveillance. Interpellé, l’homme aujourd’hui âgé de 27 ans, aurait balancé le nom de son amie: la désormais célèbre Nabilla. Celle-ci apparaît sur les bandes de vidéosurveillance d’une agence d’UBS en janvier 2009. Elle est arrêtée à l’aéroport de Cointrin le 15 juillet de la même année en partance pour Málaga. Elle passe rapidement aux aveux. Au vu des risques de fuite, la jeune femme – domiciliée en France voisine et mineure au moment des faits – passe près d’un mois en détention. Elle est relâchée le 12 août 2009 à l’issue d’une audience de confrontation chez le juge, où elle fait preuve de beaucoup d’aplomb. «Elle allait chez le juge comme chez un copain», nous rapporte une source.

Pour reprendre des termes du jargon policier, Nabilla a joué un rôle «d’attaquante» dans cette affaire d’escroquerie. Sa «mission» consistait à ouvrir des comptes bancaires ou postaux avec un passeport (volé) et, par la suite, à retirer de l’argent. Selon VSD, le compte de la starlette était crédité à l’époque de son arrestation de plus de 20 000 francs, elle-même assurant n’avoir touché que 200 francs pour services rendus à ses amis zaïrois. (Le Matin)

(Créé: 02.05.2013, 09h14)

Sondage

La fin de la franchise à 300 francs peut-elle responsabiliser les assurés aux coûts de la santé?




Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.