Dimanche 25 septembre 2016 | Dernière mise à jour 15:38

Polémique Une princesse saoudienne demande l'asile au Royaume-Uni

La princesse Sara Bint Talal Ibn Abdel Aziz Al Saoud, surnommée la «princesse Barbie» en raison de son éducation très choyée, a également demandé l'asile pour ses quatre filles.

Image: Photo telegraph.co.uk

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une princesse saoudienne, petite-fille du fondateur du royaume, a demandé l'asile en Grande-Bretagne, alléguant qu'elle risquait d'être persécutée par des membres de sa famille si elle rentrait en Arabie, annonce dimanche le Sunday Telegraph.

La princesse Sara Bint Talal Ibn Abdel Aziz Al Saoud, surnommée la «princesse Barbie» en raison de son éducation très choyée, a également annoncé qu'elle avait sollicité du ministère de l'Intérieur du Royaume Uni l'asile pour ses quatre filles, précise le journal.

Le ministère britannique a déclaré qu'il ne commentait pas les cas particuliers de demandes d'asile.

«Avec mes profonds regrets et dans la mesure où je n'avais pas le choix, j'ai écrit au ministère de l'Intérieur du Royaume-Uni pour demander, pour moi-même et pour mes enfants, l'asile politique», affirme la princesse.

Dispute avec son père

«Ma réputation a été souillée dans les médias par une campagne de dénigrement mal intentionnée et sans fondement», a-t-elle ajouté.

«J'ai subi tout cela en silence pendant des années en essayant de trouver une solution digne à travers les voies normales, sans tambours ni fanfare», poursuit-elle.

Divorcée, la princesse vit actuellement à Londres, où elle s'est installée en 2007 à la suite d'une dispute avec son père octogénaire, le prince Talal Ibn Abdel Aziz Al Saoud.

C'est la première fois qu'une demande de ce type est faite par un membre important de la famille royale saoudienne.

Sara, 38 ans, est convaincue que de hauts responsables saoudiens complotent pour l'enlever et la ramener à Ryad.

Accusée de comploter avec l'Iran

«J'ai été agressée physiquement», a-t-elle confié au journal. «Ils m'ont accusée de comploter contre eux avec l'Iran. J'ai très peur», a-t-elle souligné.

La validité de son passeport a expiré deux ans après son arrivée en Grande-Bretagne et elle risque l'expulsion, son visa étant périmé.

La Grande-Bretagne doit examiner sa requête et prendre le risque d'un incident diplomatique si elle l'accepte.

Les tensions montent au sein de la famille royale saoudienne du fait de la maladie du Roi Abdallah et de la mort récente du prince héritier Nayef Ibn Abdel Aziz.

Le prince héritier décédé soutenait Sara et était opposé à son père. Sa mort pourrait avoir poussé Sara à présenter sa demande d'asile.

Un diplomate de l'ambassade d'Arabie à Londres a confirmé que des négociations étaient en cours au sujet du visa de la princesse, estimant qu'il ne s'agissait pas d'un problème politique mais d'une affaire personnelle, dans laquelle le gouvernement saoudien ne pouvait pas faire grand chose. (afp/nxp)

(Créé: 08.07.2012, 22h33)

Sondage

Pensez-vous qu'Hillary Clinton soit encore en mesure de battre Donald Trump?



Offres spéciales - Pour s'offrir ou pour offrir, les idées sont là !

Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.