ACCUEIL 29.6.2016 Mis à jour à 21h32

«Je suis vraiment sa moitié!»

Macha Méril

Actrice et auteur à succès, elle nous a accordé hier sa dernière interview avant son mariage religieux avec le compositeur Michel Legrand. Exclusif.

Par Propos recueillis par Didier Dana. Mis à jour le 18.09.2014 1 Commentaire

Image: AFP

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Comment s’est déroulé votre mariage civil à Monaco qui scelle votre incroyable histoire d’amour avec Michel Legrand?

Je n’ai pas pu contrôler mes larmes. C’est tellement émouvant. C’est un aboutissement. Nous savons ce que nous faisons. C’est ça la beauté de l’âge (ndlr elle a 73 ans, lui 82). Nous agissons avec une connaissance et une conscience parfaite de nous-mêmes. Le mariage, ça n’est pas une affaire de jeunes! Quand on est jeunes on subit des pressions. Celle de la société, de la famille, celle que l’on s’impose à soi-même. On veut fonder une famille, faire des enfants. On veut tout faire, tout réussir et quelques fois on n’en a pas les moyens. Nous sommes rentrés cette nuit de Monaco (ndlr dans la nuit de mardi à mercredi). Cette foutue grève nous a obligés à prendre le TGV. Et aujourd’hui, c’est le grand jour.

A votre âge, le mariage et l’amour, c’est tout autre chose.

Il ne s’agit pas de procréation, ni de prolonger l’espèce, ni de faire plaisir aux autres. Il s’agit de nous faire plaisir à nous! De répondre à quelque chose d’extrêmement profond: l’amour. C’est puissant. C’est plus fort que l’ambition, que la guerre, que l’enrichissement. C’est la plus grande émotion qui soit. C’est ce qui nous permet d’avancer. Je comprends que l’on ait crucifié un type qui a dit: «Aimez-vous les uns les autres.» Parce que c’est un danger l’amour. Une force immense.

Comment s’est faite votre rencontre avec Michel Legrand?

Nous nous sommes connus à Rio en septembre 1964. J’avais 24 ans, Michel 30. Nous avons eu un coup de foudre formidable, mais il ne s’est rien passé. Moi, je suis raisonnable. Je me suis dit, si je pars dans cette affaire, je vais souffrir. Lui était marié avec 2 enfants dont un bébé. J’étais sur le point de me marier avec quelqu’un dont je n’étais pas suffisamment amoureuse. Michel et moi avons compris très vite que nous étions faits l’un pour l’autre, mais ce n’était pas le bon moment. On s’est dit: «Adieu. On ne va pas briser des vies autour de nous. Ça sera dans une autre vie.» Sans penser que ça se produirait.

Vous avez su résister.

Nous savions que c’était dangereux. On ne s’est pas téléphoné pendant 50 ans. On ne s’est pas recherchés. Je le croisais lorsqu’il venait aux «Grosses Têtes» chez Bouvard. Il y avait de l’émotion. On se faisait de petits signes, lointains. Notre cœur battait. Mais on n’a pas bougé.

Et tout bascule l’an dernier.

Je jouais dans la pièce «Rapport intime» de Didier van Cauwelaert qui est un grand ami de Michel. Tout juste séparé de sa dernière compagne, il est venu me voir jouer sur scène à Noël. Moi, j’étais seule depuis 3 ans. Et c’est reparti comme en 64. Le soir même, il m’a dit: «Je t’épouse!» Je lui ai répondu: «Attends… Tu te calmes un peu.» Exalté! Il fallait voir un peu de quoi tout ça était fait. En réalité, il avait raison. Quand c’est simple comme ça, cela veut dire que c’est juste et que ça se fera.

La suite lui a donné raison.

Nous avons passé une semaine ensemble. Ça a été fulgurant. Un amour complet. Qui touche toutes les parties de nous. Le corps, l’esprit. L’âme, le cœur. Et la création. Nous allons faire des choses ensemble. Nous allons unir nos intelligences, nos talents. C’est grisant.

On dirait un scénario.

Tout le monde me tanne pour que j’en fasse un livre! À Morges (ndlr au Livre sur les quais), trois éditeurs me sont tombés dessus en me disant: «Il faut que tu le racontes!» Nous ne sommes pas dans une société qui privilégie l’amour. C’est regrettable. Michel et moi sommes un peu une rareté.

J’ai l’impression que vous avez 20 ans, Madame…

(Elle interrompt en riant) Mademoiselle! Je dis cela, car les actrices le sont jusqu’à la fin de leur vie. Mais, je suis Madame depuis hier. Ça me bouleverse: je suis vraiment sa moitié. Nous sommes faits l’un pour l’autre. Michel me dit qu’il a toujours gardé une petite flamme. Qu’il parlait de moi à ses différentes compagnes. Moi, non. Les femmes sont pragmatiques. Je ne voulais pas souffrir. J’avais rayé ça de ma vie et de mon inconscient, croyais-je. Tout s’est réveillé en une seconde.

A vous entendre, c’est mieux aujourd’hui qu’à 20 ans.

C’est un âge maudit 20 ans. On a 20 ans, mais on ne le sait pas. Arrive un moment où l’on est plus habile avec l’existence. La vieillesse n’est pas la sagesse. C’est la liberté. La liberté de la connaissance. On se connaît et on connaît un peu la vie.

Votre mariage religieux se déroule à l’église orthodoxe.

Je suis orthodoxe, Michel a été baptisé. Pourquoi l’église russe? A cause de mes origines et des chants magnifiques. On se marie à 18 h à Paris. Ensuite, on offre une vodka avec des piroshki et on file à l’abbaye des Vaux de Cernay dans la vallée de Chevreuse où nous ferons une grande fête vendredi. Avec les copains musiciens de Michel et les miens. Nous allons faire une espèce d’immense bœuf sous un chapiteau. Il y aura Pierre Richard, les «Grosses Têtes», Natalie Dessay, Maurane, Liane Foly, un big band, des musiciens classiques.

Vous partez en voyage de noces?

Nous sommes coquins, nous en avons déjà fait deux. Un au Brésil, sur la plage de Copacabana. Un autre au début du mois. Nous avons visité Venise où Michel n’avait jamais été. On a loué une suite magnifique dans un hôtel sur le Grand canal. On s’est promenés amoureusement pendant 48 heures. C’était à l’occasion de la présentation du film de Xavier Beauvois, «La Rançon de la Gloire», tourné à Lausanne. Michel en a fait la musique. Une musique admirable, comme toutes ses musiques. Parce que c’est un génie sur pattes mon petit Michel. Il est d’une fertilité et d’une créativité incroyables.

Sa musique rend amoureux.

C’est un homme sensuel, pas un intellectuel. Il compose avec ses 5 sens. C’est un homme du corps et du cœur. (Le Matin)

Créé: 18.09.2014, 08h21

1

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

1 Commentaire

Clarissa Rochat

18.09.2014, 10:41 Heures

Merci pour cette magnifique "Ode à l'amour" qui prouverait que le grand amour existe encore à tout âge !Tous mes voeux vous accompagnent ! Répondre



Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons