ACCUEIL 24.6.2016 Mis à jour à 23h15

L’alcool est à l’origine d’un acte violent sur deux

Santé

Lausanne étudie des mesures pour limiter les rixes nocturnes alcoolisées.

Par Elodie Lavigne. Avec la collaboration de www.planetesante.ch . Mis à jour le 02.10.2012 1 Commentaire

Autopsie

De quoi on parle

Les faits

Le centre-ville de Lausanne connaît régulièrement des fins de nuit agitées à la sortie des boîtes, notamment en raison de jeunes fortement alcoolisés.

Le bilan

Les autorités lausannoises et le milieu noctambule réfléchissent à des solutions pour rétablir la sécurité: restriction des horaires d’ouverture, surveillance accrue aux abords des clubs, renforcement de la présence policière et limitation de la consommation d’alcool.

La famille subit aussi

L’alcool est impliqué dans près de 30 à 40% des cas de violence domestique (à l’égard du conjoint, des enfants, d’un membre de la famille ou de soi-même). L’abus d’alcool favorise le passage à l’acte, mais augmente aussi la vulnérabilité tant aux violences agies que subies – selon ces données de l’Office fédéral de la Santé publique, une victime sur dix est également sous l’emprise de l’alcool. Par ailleurs, le risque augmente considérablement lorsqu’il y a dépendance au produit. «Une femme est cinq fois plus exposée à la violence physique, psychologique ou sexuelle de son partenaire s’il est dépendant», commente le Dr Emmanuel Escard, chef de clinique à l’Unité interdisciplinaire de médecine et de prévention de la violence des Hôpitaux universitaires de Genève. Mais là aussi, de nombreux paramètres (jeune âge, dépression, troubles de la personnalité, conflits conjugaux, domination masculine, violences subies pendant l’enfance, conditions socioéconomiques difficiles) combinés à l’alcool sont des facteurs aggravants.

Maîtriser sa consommation en soirée

Dix règles pour ne pas se laisser déborder par les effets de l’alcool:

1. Anticiper: se fixer des limites dans sa consommation avant de sortir.

2. Compter le nombre de verres qu’on boit pour ne pas perdre de vue ses objectifs.

3. Manger pour ralentir le passage de l’alcool dans le sang.

4. Alterner avec des boissons sans alcool et favoriser des boissons faiblement alcoolisées.

5. Boire lentement (pas plus d’un verre par heure) pour que l’organisme puisse éliminer progressivement l’alcool.

6. Un verre à la fois: ne pas se resservir avant d’avoir fini son verre.

7. S’en tenir à un seul type de boisson alcoolisée, pour mieux maîtriser la quantité d’alcool ingurgitée. Et ne pas mélanger avec d’autres substances psychotropes.

8. Se méfier des boissons alcoolisées très sucrées ou gazeuses. Le sucre masque le goût de l’alcool et pousse à boire, le gaz accélère le passage de l’alcool dans le sang.

9. Se lever, aller se rafraîchir aux WC, danser, se promener: introduire des pauses permet de garder le contrôle.

10. Rester à l’écoute de ses sensations et estimer son alcoolémie (par exemple avec une application smartphone de type Alcooquizz).

Source: Addiction suisse

Signaler une erreur

Vous avez vu une erreur? Merci de nous en informer.

Partager & Commenter

Selon un sondage réalisé par l’Office fédéral de la Santé publique en 2007, près de la moitié des actes de violence, quels qu’ils soient, sont perpétrés sous l’emprise de l’alcool. Les plus fréquents sont le tapage nocturne, les altercations, les coups et blessures, les vols, mais aussi la violence domestique et les crimes sexuels. Même s’il ne suffit pas à lui seul à expliquer le recours à la violence, l’alcool en est le principal facteur de risque. Comment expliquer son impact sur nos comportements? Une partie de la réponse réside dans son action sur l’organisme. Après son ingestion, l’alcool passe très vite dans le sang, pour atteindre ensuite les zones riches en graisse ou en eau, le cerveau par exemple. Comme d’autres substances psychotropes addictives, l’alcool agit sur le système de récompense (zones du cerveau qui gèrent notre motivation à agir de façon adaptée) en augmentant la décharge en dopamine, à l’origine de la sensation de bien-être ou, à plus haute dose, de l’ivresse. Mais il agit surtout sur les circuits de certains neurotransmetteurs et perturbe l’équilibre fragile entre les zones de contrôle et d’agitation de notre cerveau.

Cette perturbation cause une désinhibition de l’individu, qui contrôle moins bien sa part d’agressivité: «Une personne qui a trop bu perçoit moins bien le danger. Elle a tendance à prendre des risques et à minimiser les conséquences de ses actes. Débarrassée de ses freins psychologiques, elle accède plus facilement à la violence qui est en elle. Mais l’alcool n’est qu’un révélateur», explique le professeur Jean-Bernard Daeppen, chef du service d’alcoologie au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), à Lausanne. Une personne colérique, impulsive, brutale, qui peine à supporter la frustration, souffrant d’instabilité émotionnelle ou de troubles de la personnalité (antisociale, borderline) est prédisposée à la violence. Son passé aussi peut avoir une influence (conditions de vie difficiles, parents alcooliques, etc.).

Perceptions modifiées

La fonction révélatrice de l’alcool est d’autant plus forte que l’alcoolémie est élevée. Sur le plan physiologique, une alcoolisation aiguë (un gramme pour mille) modifie les perceptions: l’acuité visuelle diminue et l’attention se limite aux éléments les plus saillants et immédiats d’une situation. Cette mauvaise appréciation des gestes ou des paroles d’autrui est souvent à l’origine des comportements inadéquats.

«Il existe une corrélation claire entre l’alcoolémie et la propension à la violence», poursuit le Dr Thierry Favrod-Coune, chef de clinique, responsable Alcool au Service de médecine de premier recours des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Au-delà de 0,8 gramme pour mille, toute personne tend à perdre la maîtrise de soi et à devenir incapable de faire des choix raisonnés. «Des études montrent même que dans des situations conflictuelles, le spectre des solutions envisagées par un individu ivre se réduit au profit de réactions instinctives», poursuit-il. De plus, passée cette limite, les effets négatifs de l’alcool remplacent les sensations positives: la confusion, la perte de vigilance, les malaises, les troubles de la marche et de l’élocution apparaissent. Fragilisée, la personne alcoolisée court le danger de commettre des actes répréhensibles (violence, conduite dangereuse ou comportement sexuel à risques, etc.), voire d’en être elle-même victime. Autres cas problématiques, les alcoolodépendants: «En raison de l’effet de tolérance, la personne dépendante à l’alcool doit sans cesse boire plus pour se sentir soûl. Comme elle atteint plus facilement une alcoolémie élevée, elle est davantage exposée à des comportements à risque», explique Jean-Bernard Daeppen. La prise concomitante d’autres substances psychotropes (cocaïne, tranquillisants de la classe des benzodiazépines, par exemple) renforce les effets de l’alcool et facilite les passages à l’acte.

Influence de l’environnement

Dernier facteur important: le contexte de consommation. Le danger de violence est bien plus fort dans un stade de foot ou à la sortie d’une boîte de nuit que lorsqu’on est seul dans son salon. Dans le cadre précis des sorties nocturnes, ajoute Ségolène Samouiller, porte-parole d’Addiction suisse, «le recours à l’agressivité peut aussi être lié à l’effet de groupe – au sein duquel on veut se montrer fort, sûr de soi – auquel s’ajoute la baisse d’inhibition causée par l’alcool». A ce titre, le jeune âge est un facteur de risque supplémentaire quand on sait qu’«une majorité des hommes de 20 ans ont des épisodes réguliers d’alcoolisation aiguë», commente Jean-Bernard Daeppen, coauteur d’une vaste étude sur cette population. Pour conclure, Thierry Favrod-Coune en appelle à la prudence: «Les 14-20 ans sont particulièrement vulnérables face à la violence. Ils traversent une période d’instabilité et leurs cerveaux, encore en plein développement, sont plus sensibles aux effets de l’alcool.» (Le Matin)

Créé: 02.10.2012, 17h24

1

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Publicité

1 Commentaire

Jean Kabé

08.10.2012, 23:28 Heures

1 sur 2, on doit conclure qu'il y a autant de violence par les gens sobre que par les imbibés... l’alcool n'y serait donc pour rien. Répondre



Jetons

Services
  • Pratique et économique, commandez vos jetons