ACCUEIL 26.11.2014 Mis à jour à 09h33

Une démarche hésitante peut trahir l'Alzheimer

Médecine

Une démarche lente ou irrégulière peut trahir la maladie d’Alzheimer, ont rapporté des médecins bâlois lors de la Conférence annuelle de l'Association américaine Alzheimer qui se tient jusqu'à jeudi à Vancouver.

Mis à jour le 17.07.2012
Les patients souffrant d'Alzheimer allaient plus lentement que ceux ayant des troubles légers, et ceux-ci également plus lentement que les personnes en bonne santé.

Les patients souffrant d'Alzheimer allaient plus lentement que ceux ayant des troubles légers, et ceux-ci également plus lentement que les personnes en bonne santé.
Image: Keystone

Articles en relation

Partager & Commenter

Il avait déjà été démontré que les personnes ayant de la difficulté à marcher ont un plus grand risque de développer des troubles de la mémoire ou une démence. L'équipe de Stephanie Bridenbaugh, directrice du Basel Mobility Center de l'hôpital universitaire bâlois, a voulu en savoir plus et a testé 1153 personnes avec un âge moyen de 77 ans sur un parcours de dix mètres.

Plus de 30'000 capteurs mesuraient la vitesse, la longueur des pas, la direction et d'autres aspects de la marche. Les participants étaient en partie des patients de la Basel Memory Clinic et du Basel Mobility Center souffrant de troubles cognitifs légers ou d'Alzheimer à différents stades.

Un groupe de contrôle était constitué de personnes en bonne santé. Lors des tests, les intéressés devaient marcher normalement, ou en comptant à rebours à haute voix ou encore en énumérant des noms d'animaux.

Double tâche

Résultats: les patients souffrant d'Alzheimer allaient plus lentement que ceux ayant des troubles légers, et ceux-ci également plus lentement que les personnes en bonne santé, indique le Dr Bridenbaugh, citée dans un communiqué de l'Association Alzheimer. C'est surtout lors des doubles tâches que la démarche devenait plus lente et hésitante.

De telles anomalies ne sont pas perceptibles à l'oeil nu, explique Mohammed Ikram, qui a mené des recherches similaires à l'Erasmus Medical Center de Rotterdam (NL). Mais une analyse détaillée de la marche permet de déceler les troubles cognitifs beaucoup plus rapidement que par d'autres moyens. Certaines composantes de la marche peuvent en outre être associées à des capacités et fonctions cognitives bien précises.

Enfin, la méthode est économique. Elle pourrait donc s'imposer à l'avenir selon le modèle utilisé pour les maladies cardio- vasculaires, soit des appareils simples livrant de premiers indices et en cas de besoin une technologie plus complexe pour des mesures précises, selon le Dr Ikram.

(ats/Newsnet)

Créé: 17.07.2012, 12h20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

Caractères restants:

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.
Aucun commentaire pour le moment