Jeudi 29 septembre 2016 | Dernière mise à jour 08:22

Virus Selon l'OMS, les traitements actuels pourront stopper le sida

Guérir le sida reste incertain 30 ans après le début de l'épidémie mais l'arsenal grandissant des traitements pourrait un jour mettre fin aux nouvelles infections l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

La FDA, l'agence américaine des médicaments, a donné son vert lundi à la mise sur le marché de l'antirétroviral Truvada, premier traitement de prévention contre le sida.

La FDA, l'agence américaine des médicaments, a donné son vert lundi à la mise sur le marché de l'antirétroviral Truvada, premier traitement de prévention contre le sida. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les percées dans la recherche et les progrès accomplis dans certains pays «montrent qu'il est possible de vraiment faire des progrès pour intensifier la réponse et même commencer à envisager l'élimination de nouvelles infections», explique Dr Gottfried Hirnschall, responsable de la lutte contre la pandémie à l'OMS, lors d'un entretien.

«Nous disposons d'un arsenal assez important de traitements à notre disposition», poursuit-il, soulignant que les antirétroviraux (ARV) actuels sont moins toxiques, plus efficaces et moins susceptibles de déclencher une résistance du virus que les précédentes générations.

Les ARV ont sauvé environ 700'000 vies dans le monde en 2010, selon l'OMS. On compte actuellement 26 ARV sur le marché, sans compter ceux qui sont encore au stade de la recherche clinique.

Ces médicaments permettent d'endiguer le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) responsable du sida chez les personnes contaminées, précise le responsable de l'OMS lors d'une visite à Washington avant la 19e conférence internationale sur le sida prévue dans la capitale américaine du 22 au 27 juillet.

Diminuer le risque de contamination

Le VIH a infecté quelque 60 millions de personnes dans le monde depuis son émergence et la moitié en sont mortes. Les résultats de plusieurs essais cliniques récents montrent qu'il est bénéfique de commencer plus tôt les traitements ARV pour prévenir l'infection de personnes saines mais à risque.

Chez les personnes déjà contaminées, cela permet d'intervenir avant que leur charge virale (nombre de copies du virus par millilitre de sang) ne soit trop élevée. Ces sujets restent ainsi en meilleure santé et présentent un risque moindre de contaminer d'autres personnes.

Plusieurs autres études menées ont aussi révélé une bonne efficacité préventive des antirétroviraux pris quotidiennement chez des personnes séronégatives dans des couples hétérosexuels ou homosexuels chez qui un partenaire est infecté. «Nous voyons cela comme probablement un sujet central de conversation à la conférence de Washington et plus généralement comment profiter au mieux des antirétroviraux pour faire de la prévention», estime le Dr Gottfried Hirnschall.

Encourager la prévention

L'expert précise que l'OMS va rendre public durant la conférence de Washington un guide d'utilisation des ARV comme prévention chez les séronégatifs. La FDA, l'agence américaine des médicaments, a donné son vert lundi à la mise sur le marché de l'antirétroviral Truvada, premier traitement de prévention contre le sida.

«Le Truvada ne peut pas se substituer à des pratiques sexuelles sûres», a souligné la FDA. Certains groupes à haut risque restent difficiles à atteindre, comme les travailleurs du sexe et les toxicomanes qui, dans certains pays, n'ont souvent pas accès aux traitements pour des raisons légales.

«Nous savons que dans de nombreux endroits les hommes homosexuels comme les travailleurs du sexe n'ont pas le même accès aux services de santé car ils sont stigmatisés ou considérés comme des criminels dans beaucoup de pays», déplore le Dr Gottfried Hirnschall.

L'utilisation des antirétroviraux comme prophylaxie «est une approche prometteuse qui va probablement devenir une intervention de choix pour certaines personnes n'ayant pas accès à d'autres préventions ou quand ces dernières sont difficiles à mettre en oeuvre», dit-il. (afp/nxp)

(Créé: 17.07.2012, 10h05)

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.